Domenico Ferrata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrata.
Domenico Ferrata
Image illustrative de l'article Domenico Ferrata
Biographie
Naissance 4 mars 1847 à
Gradoli (Italie)
Ordination sacerdotale 18 septembre 1869
Décès 10 octobre 1914
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
22 juin 1896 par le
pape Léon XIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Prisca
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 19 avril 1885 par le
card. Luigi Jacobini
Fonctions épiscopales Nonce apostolique en Belgique
Secrétaire de la Congrégation pour les Affaires ecclésiastiques extraordinaires
Nonce apostolique en France
Préfet de la Congrégation pour les indulgences et les reliques
Préfet de la Congrégation des rites
Secrétaire du Saint-Office
Secrétaire d'État

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
COA cardinal IT Ferrata Domenico.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Domenico Ferrata, né à Gradoli le 4 mars 1847 et mort à Rome le 10 octobre 1914, était un cardinal italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre en 1869 et docteur in utroque jure, Domenico Ferrata enseigne le droit canon à partir de 1876. En 1879, il est envoyé à Paris en qualité d'auditeur auprès de la nonciature apostolique. En 1885, il devient évêque et est nommé nonce à Bruxelles, où il contribue à la reprise des relations entre la Belgique et le Saint-Siège. En raison de sa bonne connaissance de la vie sociale et politique française, il est ensuite nommé nonce en France en 1891 par le pape Léon XIII, afin de suivre la politique de Ralliement avec la Troisième République.

Il devient cardinal en 1896 et poursuit sa carrière au sein de la Curie romaine sous le pontificat de Pie X, même si, en 1903, il n'est pas nommé - comme on s'y attendait - cardinal secrétaire d'État, Pie X lui préférant en effet le jeune cardinal Rafael Merry del Val.

Grâce à son expérience en Belgique et en France, on l'a considéré, au sein de la diplomatie et de l'administration du Saint-Siège comme un homme très proche de la France.

Il est finalement nommé cardinal secrétaire d'État par le nouveau pape, Benoît XV, en septembre 1914, mais meurt seulement quelques jours après.

Il est l'auteur de Mémoires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]