Claude Berge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berge (homonymie).
Claude Berge

Claude Berge, né le 5 juin 1926 et mort le 30 juin 2002, est un mathématicien et artiste français.

Mathématicien, il contribue notamment au développement de la théorie des graphes et de l'analyse combinatoire, et crée la notion de graphe parfait. Artiste, il est membre fondateur de l'Oulipo, nouvelliste, sculpteur et collectionneur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Claude Jacques Berge, né le 5 juin 1926, est le fils du psychanalyste et écrivain André Berge et l'arrière-petit-fils du président Félix Faure[1],[2].

Il suit ses études à l'École des Roches à Verneuil-sur-Avre, puis à la Faculté des sciences de Paris et devient docteur en sciences mathématiques[2].

Chercheur au CNRS en 1952, il y devient directeur de recherches. Il enseigne comme professeur en 1956 à l'Université de Princeton aux États-Unis, puis de 1957 à 1964 à l'Institut de statistiques de l'Université de Paris. À partir de 1965, il est directeur à Rome du Centre international de calcul[2]. Il dirige pendant 25 ans le laboratoire combinatoire du CNRS. Il enseigne aussi en Inde, aux Philippines, à Pékin, à Bombay, au Canada[3].

Mathématicien[modifier | modifier le code]

Sur le plan mathématique, Claude Berge est un des créateurs de la théorie des graphes telle que nous la connaissons actuellement, notamment grâce à son livre Théorie des Graphes et ses Applications publié en 1958. Il introduit la notion de « graphes parfaits », conjecture qui est démontrée plus tard, et qui a donné le théorème des graphes parfaits ou « Berge graphs ». Il est également l'auteur d'ouvrages majeurs en topologie et en analyse combinatoire, qui seront plus tard traduits en anglais et restent actuellement des références incontournables en ces matières. Son directeur de thèse était André Lichnérowicz.

En 1993 le prix Euler lui est décerné – conjointement avec le Professeur R.L. Graham – par l'Institute for Combinatorics (en).

Il est membre de la Société mathématique de France, de l'American Mathematics Society, de la société d'économétrie, de l'association française d'informatique et de recherche opérationnelle[2].

Oulipien, artiste[modifier | modifier le code]

Sur le plan artistique, Claude Berge est membre fondateur de l'Oulipo en 1960[4], et il a proposé de même l'OuLiPoPo (Ouvroir de Littérature Policière Potentielle). Il est l'auteur d'ouvrages littéraires, notamment des nouvelles ou romans policiers comme Qui a tué le duc de Densmore? qu'il écrit, où tout est construit selon le fait que le coupable peut être déterminé de façon unique par un théorème algébrique du mathématicien Elias M. Hagos[5].

Il est aussi sculpteur et collectionneur d'arts, notamment d'art asmat de Nouvelle-Guinée[4]. Enfin, il est l'inventeur de divers jeux de plateau.

Il meurt le 30 juin 2002.

Écrits principaux[modifier | modifier le code]

Principaux écrits mathématiques[modifier | modifier le code]

  • Théorie générale de jeux à n personnes, 1957; trad. en russe, 1961.
  • Théorie des graphes et ses applications, Paris, Dunod, 1958; trad. en anglais, russe, espagnol, roumain, chinois.
  • Espaces topologiques, fonctions multivoques, 1959 ; trad. en anglais, 1963.
  • Programmes, jeux et réseaux de transport, avec Gouila Houri, Paris, Dunod, 1962; trad. en anglais, espagnol, allemand, chinois.
  • Graphes parfaits, 1963.
  • Principes de Combinatoire, Paris, Dunod, 1968; traduction anglaise : Principles of Combinatorics, Academic Press, 1971 (ISBN 978-0124109780).
  • Graphes et Hypergraphes, 1969 et 1970; trad. en anglais, en japonais.
  • Hypergraphes. Combinatoires des ensembles finis, Paris, Gauthier-Villars, 1987; trad. en anglais.

La bibliographie mathématique de Claude Berge comporte environ 130 publications[6].

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bondy et Chvátal, « Creation and Recreation: A Tribute to the Memory of Claude Berge », in Discrete Mathematics, volume 306, 2006, p. 2293-2295.
  2. a, b, c et d « Berge (Claude, Jacques) », Who's Who in France 1973-1974, Paris, 1973, p. 229.
  3. Site fatrazie.com, « Claude Berge »
  4. a et b « Berge, Claude (1925-2002) », Notice BnF no FRBNF123504212.
  5. Site de l'Oulipo, « Claude Berge ».
  6. Université Pierre-et-Marie-Curie, Bibliographie mathématique de Claude Berge.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Adrian Bondy et Vašek Chvátal, « Creation and Recreation: A Tribute to the Memory of Claude Berge », in Discrete Mathematics, volume 306, Issues 19-20, 6 October 2006, pp. 2293-2295.
  • « Berge (Claude, Jacques) », in Who's Who in France 1973-1974, Pais, Lafitte, 1973, p. 229.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]