École des Roches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École des Roches
Généralités
Création 1899
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 44′ 30″ N 0° 53′ 37″ E / 48.7418, 0.89360148° 44′ 30″ Nord 0° 53′ 37″ Est / 48.7418, 0.893601  
Adresse
27130 Verneuil-sur-Avre
Site internet www.ecoledesroches.com
Cadre éducatif
Type Privé
Pouvoir organisateur Académie de Rouen
Président M. Kaminsky
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

L’École des Roches, est une école française créée par Edmond Demolins en 1899, à l’ouest de Verneuil-sur-Avre (Eure), sur un domaine de soixante hectares.

Il s’agissait de la première école nouvelle française. Elle s’inspirait des méthodes actives expérimentées dans les écoles nouvelles anglaises d’Abbotsholme et de Bedales. Elle fut longtemps un haut lieu de la pédagogie active, que visitèrent nombre de précurseurs de l’éducation nouvelle comme Adolphe Ferrière et Gustave Monod.

De nos jours, l’école est un pensionnat privé non confessionnel à forte proportion internationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'École des Roches est fondée en 1899 par Edmond Demolins près de Verneuil-sur-Avre (Eure) dans un esprit s'inspirant des institutions scolaires britanniques : chefs de maison, capitaines. Le sport et la nature y sont favorisés. Les Roches se veulent ainsi une École Nouvelle pour les élites nouvelles, elle s'insère dans le mouvement de l'«éducation nouvelle».

C'est une institution religieuse mais non confessionnelle, libre et destinée en fait aux milieux très aisés. D'esprit "républicain", proche du christianisme social et d'esprit anglophile, les Roches et le directeur d'alors, Georges Bertier, s'intéressent très vite aux expériences de Baden-Powell.

En 1940, au moment de l'avancée allemande, l'école se replia à Maslacq, dans les Basses-Pyrénées. Elle se réinstalla à Verneuil l'année suivante, mais une partie de son activité se poursuivit à Maslacq jusqu'en 1950. À cette date, les élèves et les professeurs de Maslacq revinrent, non pas à Verneuil, mais à Clères, en Seine-Inférieure[1].

En 1989, alors dans une situation financière catastrophique, elle est reprise par M. Claude-Marc Kaminsky [2] . Elle sera progressivement redressée, puis inscrite sous contrat de l'Education Nationale. Elle est restée très internationale, avec 109 nations différentes inscrites, et accueille des élèves du primaire, au lycée, y compris le niveau collège. Les élèves sont principalement internes, répartis dans différentes maisons pour la vie extra-scolaire. Le cadre exceptionnel du parc dans lequel elle est placée, permet notamment la pratique de très nombreux sports, avec des installations multiples. Ceci permet la pratique de sports collectifs communs, tout comme d'autres sports tels que le karting, l'équitation ...

Anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

La page que l’école consacre à ses anciens élèves sur son site officiel[3] propose une liste des grands chefs d’entreprise, des célébrités et des enfants des familles françaises ou étrangères connues qui l’ont fréquentée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Demolins, L'Éducation nouvelle : L'École des Roches, Librairie Firmin Didot, 1898.
  • Georges Bertier, L'École des Roches, Éditions du Cerf, coll. « Les Sciences et l'Art de l'éducation », Juvisy, 1934.
  • Collectif, « L’École des Roches : Un creuset d'éducation nouvelle », Les Études sociales, no 127-128, 1998.
  • Nathalie Duval, « Le Rayonnement international de l'école des Roches : 1899-1999 », dans Études normandes, no 4, 1999, pp. 35-62.
  • Nathalie Duval, « Le Réseau des formations scolaires : L'Exemple de l'école des Roches », dans Marc Fumarolli, Gabriel de Broglie et Jean-Pierre Chaline (dir.), Élites et sociabilité en France, Paris, Éditions Perrin, 2003, pp. 185-199
  • Nathalie Duval, « L'Adolescence des élites à l'école des Roches : Capitanat, sport et spiritualité (de 1899 à 1965) », dans Jean-Pierre Bardet, Jean-Noël Luc, Isabelle Robin-Romero et Catherine Rollet (dir.), Lorsque l'enfant grandit : Entre dépendance et autonomie, colloque organisé à la Sorbonne du 21 au 23 septembre 2000, Presses de l'université Paris-Sorbonne, 2003, pp. 559-572.
  • Nathalie Duval et Patrick Clastres, « Bien armé pour la vie ou Français je suis : Deux modèles scolaires concurrents : L’École des Roches et le Collège de Normandie », dans Les Études sociales, no 137, 1er semestre 2003, pp. 21-35.
  • Nathalie Duval, « L’École des Roches dans les années 1960 : Une institution en crise », dans Annick Ohayon, Dominique Ottavi et Antoine Savoye (dir.), L’Éducation nouvelle : Histoire, présence et devenir, Peter Lang, coll. « Exploration », Berne, 2004, pp. 271-295.
  • Nathalie Duval, « De l'école des Roches à l'outre-mer : Formation et parcours d'élites françaises (de 1899 à 1950) », dans Sarah Mohamed-Gaillard et Marie Romo-Navarrete (dir.) Des Français d'outre-mer, Presses de l'université Paris-Sorbonne, coll. « Roland Mousnier », 2004.
  • Nathalie Duval, L’École des Roches et le Collège de Normandie : Des « écoles nouvelles » pour les élites de 1899 à 2006, thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Jean-Pierre Chaline, Paris-IV-Sorbonne, novembre 2006.
  • Nathalie Duval, « L'École des Roches : Phare français au sein de la nébuleuse de l'Éducation nouvelle (1899-1944) », dans Paedagogica Historica : International Journal of the History of Education, vol. 42, no 112, 2006 (ISSN 1477-674X et 0030-9230), pp. 63-75.
  • Nathalie Duval, L'École des Roches : Une école nouvelle pour les élites, Paris, Belin, coll. « Histoire de l'éducation »,‎ 2009 (ISBN 978-2-7011-4780-2) (prix Gossier 2009 de l'Académie de Rouen).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • École des Roches : 110 ans d'une pédagogie prestigieuse, film documentaire de Marc-Laurent Turpin, 90 min, Mesure-6 Productions, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Le Terrain de clotte - site des anciens de Maslacq et Clères
  2. [1]
  3. « Anciens Rocheux », sur le site de l’École des Roches. (Page consultée le 5 juin 2012.)
  4. Fils du Glaoui, pacha de Marrakech ; président de la Cour des comptes du Royaume du Maroc. Cf. Abdessadeq El Glaoui, Le Ralliement : Le Glaoui, mon père, récit et témoignage, Marsam, Rabat, 2004 (ISBN 9789981149793).