François Le Lionnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

François Le Lionnais ( à Paris - à Boulogne-Billancourt, France) est un ingénieur chimiste mathématicien épris de littérature, doublé d’un écrivain passionné de sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur chimiste de formation, il reprend, dans les années 1928-1929, une entreprise en difficulté, les Forges d’Acquigny, dans l’Eure. Il bifurque ensuite vers l'industrialisation de la téléphonie automatique et devient — à 38 ans — un résistant lyonnais de la première heure (du groupe Front national).

Arrêté et torturé par la Gestapo en octobre 1944, Le Lionnais est déporté à Dora durant six mois (novembre 1944-avril 1945[1]) où il travaille sur les chaînes de montage des circuits de guidage des fusées V2… parfois « modifiés » par ses soins[2].

Nommé Directeur des Études Générales à l'École Supérieure de Guerre, Le Lionnais devient chef de la division d'enseignement et de diffusion des sciences à l'UNESCO au début des années 1950.

Cofondateur - le 26 juin 1950 avec Louis de Broglie et son grand ami Jacques Bergier - et Président de l'Association des écrivains scientifiques de France (initialement financée par l'UNESCO), il devient également membre du Comité consultatif du langage scientifique de l’Académie des sciences et du Comité d’étude des termes techniques français, ainsi que conseiller scientifique de la Commission de restauration des œuvres d’art des musées nationaux français, et expert technique auprès du Conseil indien pour la recherche scientifique durant cette décennie.

En 1952, il crée le Prix Kalinga-UNESCO de vulgarisation scientifique, toujours avec Jacques Bergier.

Célèbre pour son livre Les Nombres remarquables (Hermann, 1983), il est régent du Collège de ’Pataphysique, grand spécialiste du jeu d'échecs et producteur-animateur d’une émission de radio diffusée régulièrement tout au long des années 1960, La Science en marche (sur France Culture), alors qu'il est membre du comité des sciences de la R.T.F.

Il fonde en 1960 l’Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle). Ses connaissances littéraires, musicales ou picturales et mathématiques, l’amènent à rassembler des artistes et des chercheurs autour d'autres ouvroirs dans lesquels un sujet X serait traité uniquement sous un aspect potentiel et où les créations se feraient sous contraintes. À l’intérieur de cet Ouvroir d'x potentiel général, il fonde l’Oulipopo pour la littérature policière, l’Oupeinpo pour la peinture, et avec Noël Arnaud (qui lui succédera à la présidence de l’Oulipo et aux destinées de l’Ouxpo) jette les bases de ce qui deviendra l’Oucuipo pour la cuisine.

Il meurt en 1984, laissant d’innombrables projets en suspens. Ce n’est qu’en 1991 avec la création, par Stanley Chapman, de l’Outrapo pour la tragicomédie en particulier, et tous les arts de la scène en général, que l’Ouxpo prendra un nouvel essor.

Il possédait une bibliothèque de près de 30 000 ouvrages, dont un dixième consacré au seul jeu d'échecs.

Eléments polémiques[modifier | modifier le code]

L'éditeur José Corti écrit dans ses Souvenirs désordonnés, (Éditions José Corti, 1983) que Le Lionnais, arrivé chez lui à Paris en 1944 sous le couvert d'activités pour la revue Les Cahiers du Sud, recommandé par son fondateur Jean Ballard, s'est "grossièrement accaparé" de sa librairie, y a reçu "sans précaution" beaucoup de résistants, s'y est fait adresser son courrier et "par son amateurisme criard et insensé" a attiré l'attention de la Gestapo sur la maison Corti. Sa femme et son fils de 19 ans ont été arrêtés, envoyés en camp de concentration. Elle seule en revint[3]. José Corti sollicita l'intervention de plusieurs personnalités en contact avec les Allemands : Paulhan, Cocteau... sans qu'aucune n'intervienne ou n'obtienne satisfaction. Le Lionnais est de son côté arrêté, torturé, et déporté à Dora. José Corti, croisant François Le Lionnais peu après la guerre, affirme avoir voulu le poignarder dans un esprit de vengeance, avant de lui laisser la vie sauve.

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres écrites[modifier | modifier le code]

À la suite de ses entretiens scientifiques radiodiffusés
  • La Science en marche, Les Yeux Ouverts:
    • t. 1 La Prévision du temps (avec J. Bessemoulin, R. Clausse, l. Facy et A. Viaut - 1962)
    • t. 2 L'Éclairagisme : lumière et couleur (avec Mme Jonckeere, Maurice Déribéré, Y. Le Grand et J. Maisonneuve - 1962)
Sur les sciences
  • Cinquante années de découvertes, bilan 1900 - 1950 (collectif), Seuil 1950.
Sur les mathématiques
  • Les Nombres remarquables, avec Jean Brette, Hermann, 1983.
  • Les Grands Courants de la pensée mathématique, Cahiers du Sud. 1948 (ce titre reprend une locution souvent reprise dans l'introduction du livre de Pierre Boutroux L'Idéal scientifique des mathématiciens dans l'Antiquité et dans les Temps modernes, Paris, Alcan, 1920).
  • Dictionnaire des Mathématiques, PUF (avec A. Bouvier et M. George, 1979 - (ISBN 2-13-047821-2)).
  • Traducteur avec Francine Béris (pseudonyme de Francine Bloch) de Les Mathématiques et l'Imagination de Edward Kasner et James Newman, Paris, Payot, 1950.
Sur la littérature
  • LiPo (1er Manifeste de l’OuLiPo), Gallimard, 1963.
  • 2nd Manifeste de l’Oulipo, Gallimard, 1973.
  • 3e Manifeste de l’Oulipo, Bibliothèque Oulipienne n°30.
  • Un Certain Disparate, entretiens, extraits, Bibliothèque Oulipienne n°85, texte complet publié par l'Oulipo en 2011, [lire en ligne].
  • Lewis Carroll précurseur de l’OU.LI.PO, Éd. Henri Veyrier. 1978.
  • Les Habits Noirs, une épopée méconnue, postface et chronologie au cycle éponyme de Paul Féval, Paris, Marabout Géant, 7 vol, tome 7 "La bande Cadet", p.419-441.
Sur la peinture
  • Magnelli, Galerie de France. 1960.
  • La Peinture à Dora, L’Échoppe. 1999.
Sur les échecs
  • L'Ouverture française 1 é4-é6, Éditions des Cahiers de l'Échiquier Français, 1935.
  • Le Jardin des échecs, Éditions des Cahiers de l'Échiquier Français, 1936.
  • Les Prix de beauté aux échecs, Payot, 1939 ; deuxième édition en 1951 ; troisième en 2002.
  • Le Jeu d'échecs, « Que Sais-je », PUF, 1957 ; Réédition en 1974.
  • Dictionnaire des échecs, avec Ernst Paget, PUF, 1967 ; deuxième édition en 1974.
  • Tempêtes sur l’échiquier, Pour la science, 1981.
  • Marcel Duchamp joueur d’échecs, L’Échoppe, 1997.
Divers
  • Le Temps, Éd. Robert Delpire, 1959.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Salon, Compte-rendu de voyage à Seesen sur le site de l'Oulipo.
  2. François le Lionnais dans Encyclopedua universalis
  3. In José Corti, Souvenirs désordonnés