Frritt-Flacc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frritt-Flacc
Image illustrative de l'article Frritt-Flacc
Trifulgas face à son double
Illustration de George Roux
Publication
Auteur Jules Verne
Langue français
Parution 1884, dans le Figaro illustré
Recueil Un billet de loterie (1886)
Intrigue
Genre conte fantastique
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Un billet de loterie Robur le Conquérant Suivant

Frritt-Flacc est une nouvelle fantastique de Jules Verne, parue dans sa version définitive en 1886.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle est publiée pour la première fois en 1884 dans le Figaro illustré, puis reprise en 1886, dans une version différente et définitive de 36 pages, à la suite du roman Un billet de loterie dans le cadre des Voyages extraordinaires chez l'éditeur Hetzel.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans la petite ville imaginaire de Luktrop, officie le docteur Trifulgas, qui ne s'intéresse qu'à l'argent de ses patients. Un soir de pluie et de vent, on frappe à sa porte. C'est la fille du craquelinier Vort Kartif qui vient réclamer ses bons offices pour son père. Mais Vort Kartif est pauvre, et le médecin la renvoie. C'est au tour de la femme du craquelinier de tenter une démarche, tout aussi inutile. Enfin, la mère vient offrir cent vingt fretzers à Trifulgas. Ce dernier, de son plein gré se décide à rendre visite à Vort Kartif.

Par une nuit de tempête sur la lande, suivi de son chien Hurzof et de la vieille, il se dirige vers la demeure du pauvre homme. Mais, en chemin, la vieille femme disparaît. Arrivé à l'adresse indiquée, Trifulgas reconnaît sa propre maison. Il pénètre dans la chambre... c'est sa chambre. Il s'approche du lit... c'est son lit. Et, dans ce lit, c'est lui-même, proche du trépas. Il tente le tout pour le tout afin de se soigner. Mais il est trop tard. Son sosie se redresse et pousse un râle. Et, malgré toute sa science, le docteur Trifulgas se meurt entre ses mains.

Les personnages[modifier | modifier le code]

  • Le Docteur Trifulgas
  • Vort Kartif, craquelinier
  • La fille de Vort Kartif
  • La femme de Vort Kartif
  • La mère de Vort Kartif
  • Edzingov, riche goutteux
  • Hurzof, chien de Trifulgas, métis de bouledogue et d'épagneul

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Soriano. Le cas Verne. Paris. Julliard. 1978.
  • Olivier Dumas. Les versions de "Frritt-Flacc" ou la liberté retrouvée. Bulletin de la Société Jules Verne 59. 1981.
  • Volker Dehs. Dans le sillage des felzanes de Luktrop. Bulletin de la Société Jules Verne 63. 1982.
  • François Raymond. "Frritt-Flacc" revisité. La Revue des Lettres modernes. Jules Verne 5. Émergences du fantastique. Paris. Minard. 1987.
  • Alain Chevrier. Le verbier de "Frritt-Flacc". Pour une scatanalyse de Jules Verne. J.V. 22. Amiens. 1992.
  • Jean-Pierre Picot. Une étude en noir. in "Maître Zacharius et autres récits". Paris. José Corti. 2000.
  • Samuel Sadaune. Le nouveau triomphe du temps. "Contes et nouvelles de Jules Verne". Éditions Ouest-France. Rennes. 2000.
  • Carmelina Imbroscio. Du tarissement de l'âme à la dissolution du corps ; le thème de la mort dans "Frritt-Flacc". Revue Jules Verne n°36, A la Vie, à la Mort, Centre International Jules Verne 2013, p.89-95.

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions du manuscrit de Jules Verne (seule version à prendre en compte pour le corpus):

  • Bulletin de la Société Jules Verne 59. 1981.
  • Contes et nouvelles de Jules Verne. Éditions Ouest-France. 2000.
  • Maître Zacharius et autres récits. Librairie José Corti. 2000.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :