Un drame au Mexique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un drame au Mexique
Image illustrative de l'article Un drame au Mexique
«Hâtons-nous!» répondit Martinez.

Auteur Jules Verne
Genre Nouvelle d'exploration scientifique
Pays d'origine France
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Date de parution 1876
Dessinateur Jules Férat
Série Michel Strogoff
Illustration de Jules Férat, 1876. D'autres illustrations sont disponibles sur Commons

Un drame au Mexique est nouvelle de jeunesse de Jules Verne, initialement intitulée Les Premiers Navires de la marine mexicaine. Elle fut rédigée en 1850 puis remaniée en 1876, pour être publiée à cette date sous le titre de Un drame au Mexique dans le deuxième tome de Michel Strogoff.

Résumé[modifier | modifier le code]

En octobre 1825, une mutinerie éclate à bord de deux navires espagnols. Elle est menée par le lieutenant Martinez et le gabier José. Leur but est de livrer ces navires au gouvernement mexicain, qui n'en possède encore aucun. Paradoxalement, l'aspirant Pablo et le contremaître Jacopo, pourtant dévoués aux deux capitaines assassinés, rejoignent les rangs des mutins.

Thèmes abordés dans le récit[modifier | modifier le code]

  • La traîtrise (en la personne du lieutenant Martinez) [qui se rapproche beaucoup du personnage d’André Vasling dans Un hivernage dans les glaces]
  • La découverte du Mexique : sa géographie, sa faune et sa flore
  • La civilisation mexicaine : sa gastronomie et l’art des poignards
  • Discours sur les races dites “mexicaines”
  • La vengeance

Liste des personnages[modifier | modifier le code]

  • Jacopo, contre-maître à bord de la Constanzia
  • José, gabier
  • Lieutenant Martinez, second de la Constanzia
  • Capitaine don Orteva, commandant de la Constanzia
  • Aspirant Pablo, assure l'intérim de Martinez, alors que ce dernier est mis aux arrêts
  • Capitaine don Roque de Guzuarte, commandant de l' Asia

Les navires[modifier | modifier le code]

  • L'Asia, vaisseau de haut bord
  • La Constanzia, brick de huit canons

Commentaires[modifier | modifier le code]

Comme pratiquement toutes les nouvelles de Jules Verne, Les premiers navires de la marine mexicaine a connu deux versions. Le fait que ces versions soient très différentes l'une de l'autre conduit les verniens d'aujourd'hui à prendre en compte chaque texte comme texte à part dans le corpus. Cette nouvelle est le premier essai littéraire[1] paru sous le nom de Jules Verne[2]. Pitre-Chevalier, alors directeur du Musée des familles, est un ami de Jules Verne. Il lui laisse toute latitude pour ses écrits. L'auteur peut laisser éclater son romantisme exacerbé. Ce premier texte romanesque sonne comme l'ouverture des Voyages extraordinaires. Tout y est: «descriptions techniques et géographiques, aventures à la Fenimore Cooper[3], couple de bandits, et surtout dans un crescendo infernal, déchaînement des quatre éléments, l'eau (la pluie et le torrent), l'air (la tempête), la terre (tremblements de la montagne qui s'entr'ouvre) et le feu (les flammes du volcan)[4] ». Il s'agit ici du premier volcan de l'œuvre, ce volcan qui en deviendra un des pivots incontournables. Verne ne s'interdit même pas quelques allusions érotiques, sous l'œil bienveillant de Pitre-Chevalier. Enfin, la violence est déjà très présente ici, notamment lors de la mort de Don Orteva et du final, composé comme un délire fantastique.

Charles-Noël Martin, dans sa thèse[5], en analysant les écrits de jeunesse de l'auteur, remarque combien les versions originales s'avèrent romantiques et déplore l'ignorance de ces textes initiaux[6]. Dans le chapitre IV, José énumère les mélanges de races qu'il a «soigneusement étudiés pour contracter un jour un mariage avantageux». On notera le terme de tintinclaire (métissage éclairci), oublié des dictionnaires et que Verne reprendra dans son dernier fragment de roman, Voyage d'étude. La boucle est bouclée.

Vingt-cinq ans plus tard, lorsque Verne reprend son texte à la demande d'Hetzel afin de l'introduire à la suite de Michel Strogoff pour étayer le volume jugé trop court, il condense l'histoire et supprime toute dérive romantique, car l'éditeur veille au grain[7].

Éditions[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • pour la première version:
  • L'Amérique du Sud[8]. Études historiques. Les premiers navires de la marine mexicaine. Musée des familles. Juillet 1851.
  • Marc Soriano, in Portrait de l'artiste jeune. Gallimard. 1978.
  • Bulletin de la Société Jules Verne 96. 4ème trimestre 1990.
  • pour la seconde version:
  • Dans l'édition Hetzel, à la suite de Michel Strogoff.
  • Éditions Folio-Junior. Premier tirage: 1979, à la suite des Révoltés de la Bounty.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Noël Martin: Préface. Éditions Rencontre. Tome 44. Lausanne. 1971.
  • Marc Soriano: Préface: Portrait de l'artiste jeune. Gallimard. 1978.
  • Olivier Dumas: Les Premiers navires de la marine mexicaine, version originale, revue et censurée pour Hetzel. Bulletin de la Société Jules Verne 96. 4ème trimestre 1990.

Références[modifier | modifier le code]

  1. En 1850, Les Pailles rompues, édité par Beck, est une pièce, donc faisant partie de l'autre versant de l'œuvre vernienne.
  2. Parution dans le Musée des Familles. Lectures du soir. 2ème série. 8ème tome. N° 10. Juillet 1851. Cf. Piero Gondolo della Riva: Bibliographie analytique de toutes les œuvres de Jules Verne. Tome I. Société Jules Verne. 1977
  3. Verne rend hommage à un de ses auteurs favoris, à la fin de la nouvelle: Ainsi naquit, dans un drame digne de l'auteur des "Mohicans", la marine de la Confédération mexicaine; car les deux navires espagnols restèrent à la nouvelle république, et devinrent le noyau de la petite flotte qui disputait naguère le Texas et la Californie aux vaisseaux géants des États-Unis d'Amérique.
  4. Voir Olivier Dumas. Bulletin de la Société Jules Verne 96. Page 3.
  5. Recherches sur la nature, les origines et le traitement de la science dans l'œuvre de Jules Verne, thèse de doctorat soutenue le 23 juin 1980 à la Sorbonne. Pages 245-252
  6. Aujourd'hui, toutes les premières versions des nouvelles ont été publiées
  7. Texte en partie tiré de l'étude d'Olivier Dumas, parue dans le n°96 du bulletin, en 1990
  8. Jules Verne écrit à sa mère: «Pitre-Chevalier qui veut toujours mettre des titres à propos des articles a fait une bêtise pour moi; il a mis en haut Amérique du Sud; c'est l'Amérique du Nord qu'il faut». Lettre du 29 juillet 1851.