Maré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Marée.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : marais.
Maré
Nengone
Image illustrative de l'article Maré
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Nouvelle-Calédonie
Province Province des îles Loyauté
Aire coutumière Nengone
Maire
Mandat
Pierre Ateroy Ngaiohni
2014-2020
Code postal 98828, 98878
Code commune 98815
Démographie
Population
municipale
5 417 hab. (2009)
Densité 8,4 hab./km2
Ethnie Kanak : 98 %
Métis : 0,9 %
Européens : 0,8 %
Wallisiens-Futuniens : 0,2 %
Ni-Vanuatu : 0,1 %
Tahitiens : 0,1 %
Indonésiens : 0,02 %
Autres : 0,04 %
Géographie
Coordonnées 21° 31′ 00″ S 167° 59′ 00″ E / -21.516667, 167.983333 ()21° 31′ 00″ Sud 167° 59′ 00″ Est / -21.516667, 167.983333 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 138 m
Superficie 641,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie

Voir la carte administrative de Nouvelle-Calédonie (détail)
City locator 14.svg
Maré
Nengone

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Calédonie

Voir la carte topographique de Nouvelle-Calédonie (détail)
City locator 14.svg
Maré
Nengone

Maré (Nengone dans la langue éponyme) est la seconde île et commune des îles Loyauté (Nouvelle-Calédonie) en termes de superficie et de population, venant juste après Lifou.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Maré

Elle s'inscrit dans un carré de trente kilomètres de côté et couvre une superficie de 650 km². Sur sa plus grande dimension orientée nord-ouest, sud-est, l’île mesure environ 40 km, entre le cap Machau (au nord ouest) et le cap Boyer (au sud-est). Perpendiculairement à l’axe principal, 34 km séparent le cap Wabao au sud-ouest du cap Coster au nord-est. Les différents caps qui parsèment le pourtour de l’île à la manière des branches d’une étoile individualisent plusieurs baies sur le littoral. À partir du cap Machau au nord et en suivant le sens des aiguilles d'une montre, il s’agit de la baie du nord (ou de Waeko), de la baie de l’Allier (la mieux formée), la baie de Wabao (ou de Niri) et la baie de Tadine (Tadine étant en quelque sorte le « village » principal de l'île).

Population[modifier | modifier le code]

L’île est peuplée de 5400 maréens environ en 2009 (à plus de 97 % Mélanésiens en 1996), soit une densité de population aux environs de 8,4 habitants par km² qui se répartissent essentiellement sur la côte (l'île a perdu environ 2 000 habitants depuis 2004, en raison essentiellement d'un fort exode de ses jeunes actifs vers le Grand Nouméa). Sur le plan coutumier, Maré est divisée en huit districts : Guahma et Tadine à l'ouest, Wabao, Medu et Eni au sud-ouest, Pénélo au sud-est, La Roche au nord et Tawainedre à l'est. La langue vernaculaire est le nengone, nom également de l'aire coutumière de Maré. Le grand-chef du district de Guahma, Nidoïsh Naisseline, est une importante figure indépendantiste depuis la fin des années 1960. Maré constitue sinon une commune dont le maire actuel est, depuis 2014, Pierre Ngaiohni.

Géologie[modifier | modifier le code]

La configuration de l'île est très particulière. Maré, comme ses voisines Lifou et Ouvéa, est formée de constructions calcaires récifales, massives, d'origine biologique, surélevées par le plissement de la plaque australienne au pied de sa zone de subduction, constituées d'algues calcaires (rhodolites) et de madrépores, marques d'une histoire géologique tourmentée. L'île présente la morphologie d'un ancien haut-fond qui a été progressivement soulevé au cours des âges par les mouvements tectoniques ; ce soulèvement a permis le formation du massif corallien originel et sa couverture végétale qui se sont achevés lors de l'émersion complète de l'île.

Sur le plan géomorphologique, Maré dessine un large plateau central, représentant le fond d'un ancien lagon aujourd'hui émergé, entouré par une couronne de falaises, correspondant à l’ancienne barrière récifale. Malgré la surface calcaire inhospitalière et le manque d'humus, l'île est recouverte d'une forêt parfois dense. Le littoral s'ourle de bouquets de cocotiers et de pins colonnaires, particulièrement abondants le long des falaises côtières. Le plateau central est, quant à, lui recouvert de forêts entourées d'une savane herbacée, parsemée d'agaves et d'arbustes, qui résulte de siècles de défrichement par le feu et de l'envahissement par des espèces importées.

Au niveau hydrologique, l'île est dépourvue de cours d'eau du fait de la porosité de son substrat calcaire, mais elle renferme une importante lentille d'eau douce en profondeur. Cette lentille représente la seule source d'approvisionnement en eau potable pour les populations (en dehors de l'eau de pluie récoltée dans des citernes). Dénommé « trou de Bône », une ancienne léproserie a existé autour de cette « lentille d'eau ».

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1961 1967 Jean Jebez    
1967 1971 Kéciehni Wagada Soutenu par l'UC  
1971 1977 Samuel Yeiwéné UC  
1977 1995 Jean-Marie Gambey FI-Palika, puis LKS  
1995 2001 Jules Palaa FLNKS-UC  
2001 2014 Basile Citré LKS  
2014 en cours Pierre Ngaiohni FLNKS-UC  

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]