Maison de Ligne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison de Ligne
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Ligne
Blasonnement D'or à la bande de gueules[1].
Devise « Quo res cumque cadunt, stat semper linea recta. »
(en français : « De quelque côté que tombent les choses, la ligne reste toujours droite[1] »)
Cri : « Transit cum sanguine virtus. »
(en français : « La vaillance se transmet avec le sang[1],[2]. »)
Branches 3e Maison d'Arenberg

La Maison de Ligne est une ancienne et illustre famille de la noblesse belge. Elle remonte au XIe siècle[3] et doit son nom au village de Ligne, en Belgique, situé entre Ath et Tournai.

Généralités[modifier | modifier le code]

La Maison de Ligne compte, parmi ses ancêtres, Fastré de Ligne, qui signa une charte, en l'an 1047, de Gérard, évêque de Cambrai; Odéric de Ligne, qui donna, en l'an 1063, son consentement à une charte de Lubert, aussi évêque de Cambrai ; Wauthier ou Gaulthier de Ligne, qui signa une autre charte, en l'an 1138, en faveur de l'abbaye d'Anchin ; Thierri, Charles et Louis de Ligne, qui sont qualifiés de barons et chevaliers dans des lettres de Baudouin IV, comte de Hainaut, de l'an 1123.

Les seigneurs de Ligne font partie de l'entourage du comte de Hainaut lors des croisades. À la bataille de Bouvines en 1214, ils sont décrits comme des « hommes d'honneur et de grand nom » par les chroniqueurs de l'époque. Ils connaissent ensuite l'ascension progressive dans la hiérarchie nobiliaire : barons au XIIe siècle, comtes de Fauquemberghe et princes d'Épinoy au XVIe siècle.

En 1285, Jacques Bretel cite un Fastré de Ligne, chevalier du Hainaut, présent au tournoi de Chauvency-le-Château.

En 1547, Jean de Ligne (vers 1525-1568), baron de Barbançon, épouse Marguerite de La Mark, comtesse puis princesse (1576) d'Arenberg, et fonde ainsi la 3e Maison d'Arenberg[4].

Le diplôme de prince du Saint-Empire (1601), conféré à Lamoral Ier et à ses descendants, porte ces mots : « Hœc domus nulli antiquitate et decore familiarum nobilissimarum etiam regalium cedit. » Cette maison pour l'antiquité et l'illustration ne le cède à aucune des plus nobles fussent-elles royales[1].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Baron puis comte de Ligne ;

Liste des barons de Ligne[modifier | modifier le code]

Liste des comtes de Ligne[modifier | modifier le code]

Liste des princes de Ligne[modifier | modifier le code]

  1. Lamoral Ier, premier prince de Ligne (1563-1624). Il reçoit de l'empereur Rodolphe II le titre de « prince de Ligne et du Saint-Empire » en 1601, nommé Grand d'Espagne en 1621 par le roi Philippe III d'Espagne. Epouse Marie de Melun.
  2. Albert Henri, prince de Ligne (1615-1641)
  3. Claude Lamoral Ier, prince de Ligne (1618-1679). Epouse Claire-Marie de Nassau-Siegen (veuve de son frère et petite fille de Lamoral Ier).
  4. Henri Louis Ernest, prince de Ligne (1644-1702)
  5. Antoine Joseph Ghislain, prince de Ligne (1682-1750)
  6. Claude Lamoral II, prince de Ligne (1685-1766). Epouse Elisabeth Alexandrine de Salm.
  7. Charles-Joseph, prince de Ligne (1735-1814). Epouse Françoise de Liechtenstein.
  8. Eugène Ier, prince de Ligne (1804-1880). Epouse Mélanie de Conflans, puis Nathalie de Trazegnies puis Hedwige Lubomirska.
  9. Louis, prince de Ligne (1854-1918). Epouse Elisabeth de La Rochefoucauld-Doudeauville.
  10. Ernest, prince de Ligne (1857-1937). Epouse Diane de Cossé-Brissac.
  11. Eugène II, prince de Ligne (1893-1960). Epouse Philippine de Noailles.
  12. Baudouin, prince de Ligne (1918-1985).
  13. Antoine, prince de Ligne (1925-2005). Epouse la princesse Alix de Luxembourg.
  14. Michel, prince de Ligne (1951-). Epouse Eléonore d'Orléans-Bragance, princesse du Brésil

Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Armoiries
Orn ext prince SERG Toison d'or.svg
Blason Fécocourt 54.svg
Armes de la maison de Ligne

D'or à la bande de gueules.[6]

Manteau de gueules, doublé d'hermine, sommé de la couronne de prince du Saint-Empire;
Rangkronen-Fig. 38.svg
Blason Fastré de Ligne (+1227) Seigneur de Montreuil.svg
Fastré de Ligne ( † 1227), seigneur de Montreuil

D'or, à la bande de gueules, au lambel à cinq pendants d'azur brochant.[7]

Rangkronen-Fig. 38.svg
Blason Fastré de Ligne (+1337) Seigneur de Ligne.svg
Fastré de Ligne ( † 1337), seigneur de Ligne

D'or, à la bande de gueules chargée d'une molette d'argent.[7]

Rangkronen-Fig. 38.svg
Blason Nicolas de Ligne (+1377) Seigneur d'Olliginies.svg
Nicolas de Ligne ( † 1377), seigneur d'Ollignies, Grand maître des arbalétriers

D'or, à la bande de gueules chargée d'une coquille d'argent.[7]

Rangkronen-Fig. 38.svg
Blason Michel III de Ligne (+1468) Baron de Ligne et de Brabançon.svg
Michel III de Ligne ( † 1468), baron de Ligne et de Barbançon, Grand maître des arbalétriers

D'or, à la bande de gueules, au lambel à trois pendants d'azur brochant.[7]

Blason fam be Ligne-Ham.svg Armes de la branche de Ham de la maison de Ligne

Écartelé de Ligne et d'argent à 3 bandes de sable (de Ham).[7]

French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason fam be Ligne-Moÿ.svg
Armes des marquis de Moÿ de la maison de Ligne

Écartelé : 1 et 4, de Lorraine ; 2 et 3, de Moÿ; sur-le-tout de Ligne.[7]

Heraldique couronne comte français.svg
Blason fam be Ligne-Barbançon.svg
Jean de Ligne (vers 152523 mai 1568 - Bataille de Heiligerlee), époux de Marguerite de La Marck-Arenberg, baron de Barbançon, seigneur de la Bussière et de Gouy, comte d'Arenberg (par son épouse), gouverneur de Frise et de Frise-Occidentale, stathouder d'Overijssel, de Groningue, de Frise et de Drenthe, chevalier de la Toison d'or (1546, brevet n°210)

Écartelé de Ligne et d'argent, à trois lions de gueules, armés, lampassés et couronnés d'or (de Barbançon).[5]

Orn ext prince SERG Ordre de Malte.svg
Blason Albert de Ligne (1874-1957).svg
Prince Albert de Ligne (18741957), Bailli Grand-Croix de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem

De Ligne, au chef de gueules chargé d'une croix d'argent.[7]

Les armoiries de la maison de Ligne ont inspiré les armoiries et les drapeaux des communes de Belœil[8] et Brunehaut[9].

Galerie de portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Châteaux, seigneuries, terres[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Terres[modifier | modifier le code]


Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]