Cécile de Tormay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Tormay Cécile, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Cécile Tormay, où le prénom précède le nom.

Cécile de Tormay

Description de l'image  Tormay Cécile01.png.
Naissance 8 octobre 1876
Budapest
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès 2 avril 1937
Mátraháza
Hongrie Royaume de Hongrie

Cécile de Tormay ou Cécile Tormay ([ˈseːsil], [ˈtoɾmɒi]), née le 8 octobre 1876 à Budapest et décédée le 2 avril 1937 à Mátraháza, était une écrivaine hongroise.

Ses œuvres les plus connues sont deux romans : Fille des pierres [ou Au pays des pierres] (Emberek a kövek között, 1911), et La Vieille maison (A régi ház, 1914), qui obtint le grand prix de l’Académie hongroise, et cinq nouvelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît dans une famille aux lointaines ascendances françaises.

En 1919, Cécile de Tormay s'oppose au régime de Béla Kun, vit dans la clandestinité et publie en 1925 Le livre proscrit - Scènes de la Révolution communiste en Hongrie (Bujdosó könyv), où elle dénonce le nouveau régime d'inspiration soviétique. Elle est nominée deux fois pour le prix Nobel de littérature: en 1936 et 1937[1].

Elle était une grande admiratrice de Mussolini. Elle affirmait fièrement avoir été fasciste avant même que Mussolini n'apparaisse à l'horizon[2]. En 1932, le dixième anniversaire de la Marche sur Rome, elle rencontra le dictateur, et lui présenta les vœux de sa Ligue des Femmes Hongroises dans un discours en italien[3].

Elle s'est acharnée contre le judaïsme dans son œuvre, accusant les Juifs en Hongrie de corrompre la « race » hongroise, notamment dans Le livre proscrit (Bujdosó könyv)[4].

Une polémique éclate en 2013 du fait de ses opinions sur les Juifs après la décision du Conseil municipal de Budapest de nommer une rue en son honneur[5], décision retirée par la suite[6].

Sur les autres projets Wikimedia :

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Apródszerelem (nouvelle, 1900)
  • Apró bűnök (nouvelle, 1905)
  • Emberek a kövek között (roman, 1911)
  • A régi ház (roman, 1914)
  • Viaszfigurák (nouvelle, 1918)
  • Álmok (nouvelle, 1920)
  • Bujdosó könyv (roman, 1921-22)
  • Megállt az óra (nouvelle, 1924)
  • Az ősi küldött (roman, 1933-37)

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Fille des pierres [« Emberek a kövek között »], traduit par Marcelle Tinayre, éditions Viviane Hamy, 1990
  • La vieille maison [« A régi ház »], traduit par Joëlle Richard, éditions Viviane Hamy, 1992

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « The Nomination Database for the Nobel Prize in Literature, 1901-1950 »
  2. (hu) Judit Kádár, « A fasiszta biznisz felvirágzása - Tormay Cécile Bujdosó könyvének legfrissebb kiadásáról », Magyar Narancs,‎ 23 juillet 2009 (lire en ligne) [« Le florissant business fasciste - Sur la nouvelle édition du Livre proscrit de Cécile Tormay »]
  3. Traduction hongroise du discours de Cécile Tormay à Rome
  4. (hu) Márton Gerlóczy, « Így gondozd antiszemitádat », HVG,‎ 14 décembre 2012 (lire en ligne) [« Comment prendre soin de son antisémite »]
  5. Budapest veut donner à une rue le nom d'une antisémite (de), avec citations (en)
  6. (hu) « Az MTA Bölcsészettudományi Kutatóközpontja végre helyére tette a dolgokat Tormay Cécile ügyében »,‎ 4 septembre 2013 [« Le centre de recherches en sciences humaines de l'Académie hongroise des sciences a remis les choses en place dans l'affaire Cécile Tormay »]

Liens externes[modifier | modifier le code]