Basarab Ier de Valachie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Basarab Ier le Fondateur)
Aller à : navigation, rechercher
Basarab Ier le Fondateur
Basarab Ier. Peinture murale.
Basarab Ier. Peinture murale.
Titre
Prince de Valachie
vers 1310 – 1352
Prédécesseur Thocomerius
Successeur Nicolae Ier Alexandru
Biographie
Dynastie Basarabi
Nom de naissance Basarab Întemeietorul
Date de décès 1352, ?
Lieu de décès Câmpulung

Basarab Ier Întemeietorul (le Fondateur) fut un prince de Valachie (vers 1310-1352) regardé comme le fondateur de cette principauté.

Son nom est lié a la famille des Basarabi qui est aussi associé à celui de la province moldave roumaine de la Bessarabie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils et successeur de Tihomir ou Togomer (Latin Thocomerius) voïvode en Olténie.

Son nom a probablement une origine coumane, et signifie "Père Roi", dérivé de basar, "régner" et aba, "père". D'autres spécialistes (dont Bogdan Petriceicu Hasdeu considèrent son nom comme autochtone, dérivé de ban, "souverain", et du mot dace saraba, "tête" (qui reste dans certaines régions roumaines comme saramb).

Dans un acte du 24 juillet 1324, Basarab est reconnu par la chancellerie hongroise comme « notre voïvode transalpin » et le détenteur du Banat de Severin. En 1327 Bassarab était encore un « dévôt catholique » aux yeux du Pape Jean XXII[1]

Le 23 juillet 1330, un contingent de Valaques participe à la bataille de Kustendil, aux côtés du tsar Michel IV Chichman Ier de Bulgarie lorsqu'il est vaincu et tué par les forces serbes.

En septembre 1330, le roi Charles Robert de Hongrie prend le commandement d'une expédition en Valachie contre son vassal Basarab à qui il vient de reprendre le banat de Severin. Entre le 9 et le 12 novembre1330, Basarab bat les Hongrois de Charles Robert d'Anjou lors de la bataille de Posada, gagnant ainsi pour la Valachie l'indépendance de la tutelle hongroise. Un des plus grands témoignages de cette bataille est la Chronique enluminée de Vienne.

Vers 1351, Basarab construit l'église de Câmpulung. Toutefois son nom est absent des obituaires et il n'a pas été enterré à Curtea de Arges où un graffiti devait probablemment remplacer la tombe absente. Sa sépulture se trouvait peut être dans le couvent des Dominicains de Câmpulung[2]

D'une épouse inconnue Basarab, laisse au moins deux enfants:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Andrei Pippidi Byzantins Ottomans Roumains « Religion et politique dans les pays Roumains » Honoré Champion (Paris 2007) (ISBN 2745312936) p. 60.
  2. Andrei Pippidi Op.cit p. 60.

Bibliographie[modifier | modifier le code]