Grigore III Ghica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ghica.

Grigore III Ghica ou Grigorie Alexandru Ghika VI (né en 1724, exécuté à Jassy le 12 octobre 1777). Membre de la famille princière Ghica et prince phanariote au service du gouvernement ottoman, il est hospodar de Moldavie de 1764 à 1767, puis de 1774 à 1777. Il règne également sur la Valachie de 1768 à 1769.

Origine[modifier | modifier le code]

Grigore III Ghica est le fils du Grand Drogman Alexandre Ghica exécuté pour trahison le 27 février 1741 par les Ottomans[1]. Il est également le neveu du prince Grigore II Ghica.

Règnes[modifier | modifier le code]

Grigore III Ghica

Grigore III Ghica est Grand Drogman de la Sublime Porte de 1758 à 1764. Il accède ensuite au trône de Moldavie le 29 mars 1764 en succédant à Grégoire Kallimachis. Moins de trois ans après, fin janvier 1767, il doit rétrocéder le trône à son prédécesseur et obtient en contrepartie le trône de Valachie en octobre 1768 à la suite de son parent Alexandre Ier Ghica.

À la suite de la Guerre russo-turque de 1768-1774, il doit abandonner le trône le 16 novembre 1769 après l’invasion de la Moldavie par les troupes russes. Capturé en 1770, il passe trois ans à la cour de Saint-Pétersbourg où il noue des relations. Après l’occupation des deux principautés par l’Empire russe entre septembre/novembre-1769 et septembre 1774, une des clauses du Traité de Kutchuk-Kaïnardji, conclu entre les Empires ottoman et russe pour rétablir la paix, prévoit sa réintégration à la tête d’une principauté. Il redevient donc prince de Moldavie le 9 octobre 1774.

La pression de l’Empire russe en faveur de sa réintégration génère l’hostilité d’un parti de Boyards. Par ailleurs, le projet de cession par les Ottomans à l'Autriche de la province moldave de Bucovine, en contrepartie de l'abstention autrichienne durant le conflit avec les Russes, entraîne une protestation véhémente du prince auprès du gouvernement ottoman. La Sublime Porte, qui veut avoir les mains libres dans cette affaire, décide alors d’éliminer Grigore III Ghica. Le kapidji Ahmed Bey Kara Hissarli est envoyé à Jassy pour exécuter la sentence.

Prétextant une indisposition, le kapidji se retire dans sa résidence où Grigore III Ghica décide de lui rendre une visite de courtoisie. Le prince est alors séparé de sa garde, sa destitution et la nomination de son successeur Constantin Moruzi lui sont annoncées et il est immédiatement étranglé dans la nuit du samedi 11 octobre. Il sera ensuite décapité la nuit suivant et sa tête envoyée à Constantinople où elle sera exposée au Sérail pendant trois jours après le 31 octobre.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Grigore III Ghica avait épousé à Constantinople en 1754 une Phanariote Ecatarina Rizo-Rangabé (morte en 1779) dont il eut six enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandru Dimitrie Xenopol Histoire des Roumains de la Dacie trajane : Depuis les origines jusqu'à l'union des principautés, Tome II de 1633 à 1859. Éditeur Ernest Leroux Paris (1896)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il fut accusé d'avoir bradé les intérêts de l'Empire ottoman lors des négociations du Traité de Belgrade