Stade Gaston-Gérard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stade Gaston-Gérard
Stade Gaston-Gérard (11-03-2012).JPG

Le stade Gaston-Gérard, vu depuis le virage sud, en 2012.

Généralités
Nom complet
Parc des Sports Gaston-Gérard
Adresse
Place Gaston-Gérard
21000 Dijon
Drapeau de la France France
Construction et ouverture
Ouverture
Rénovation
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse naturelle[1]
Capacité
10 578[2],[N 1]
Tribunes
  • Officielle (ouest) : Tribune d'Honneur ouest (2 734 places[3])
  • Latérale (est) : Tribune Caisse d'Épargne (5 112 places[4]) (en construction)
  • Virage nord : Tribune Dijon Céréales (3 817 places[3],[N 2])
  • Virage sud : Tribune Rougeot (3 784 places[3],[N 3])
Affluence record
18 869
(, DFCO - S.Reims)
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bourgogne
voir sur la carte de Bourgogne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Dijon
voir sur la carte de Dijon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Parc des Sports Gaston-Gérard est un stade de football français situé à Dijon, dans le quartier Montmuzard, inauguré en 1934 et comprenant 10 578 places assises depuis le début des travaux de rénovation en [2]. Il est utilisé pour les rencontres du club de football du Dijon FCO. Le stade servait également de terrain d'athlétisme avant ses travaux d'agrandissement en .

Histoire[modifier | modifier le code]

Le stade dijonnais doit son nom à l'ancien député-maire de Dijon de 1919 à 1935, également le premier ministre du tourisme français, Gaston Gérard (1878-1969) (resté célèbre par la recette du poulet Gaston Gérard).

Le stade Gaston-Gérard, vu depuis la tribune est, en 2013.

D'une capacité d'origine d'environ 10 000 places, le parc des sports s'équipe d'éclairage nocturne en 1974 lors de l'ascension du club de foot dijonnais en National (il s'agissait à l'époque du Cercle Laïque Dijonnais).

Il était jusqu'à aujourd'hui un parc omnisports accueillant les matchs de l'équipe de football dijonnaise et les meetings d'athlétisme. Il restera comme le lieu d'un des records de Sergueï Bubka qui effectua un saut à la perche de 6,11 m le .

Aujourd'hui, le Parc des Sports est seulement utilisé pour les rencontres du DFCO.

Rénovation[modifier | modifier le code]

Assez vétuste et peu confortable, le stade fait l'objet d'importants travaux de rénovation qui débutent le . Le projet, conçu par l'atelier d'architecture Michel Rémon, a pour but de construire des tribunes uniformes, reliées dans les angles, avec un anneau de gradin pour le grand public et des loges sous le toit faisant le tour du terrain[5]. La première tribune à sortir de terre est celle du côté nord, comprenant 3 817 places assises (auxquelles s'ajoutent 1 600 places debout, portant la capacité de la tribune à 5 417 places) et inaugurée le [6] ; la piste d'athlétisme qui entoure le stade est ainsi recouverte et devient donc inutilisable. Le virage sud, qui accueillait les visiteurs sur des gradins en béton à ciel ouvert, est entièrement détruit et remplacé le par une tribune couverte de 3 784 places assises (5 384 places en comptant les 1 600 places debout), similaire au virage nord[6]. Le coût de la construction de ces deux virages, qui a porté la capacité du stade à 16 098 places assises[7], est estimé à 21 millions d'euros[3]. Par la suite, ces tribunes ont été renommées tribune Dijon Céréales (pour le virage nord) et tribune Rougeot (virage sud), par le biais du naming[8].

Le virage nord, en 2012.

Le , le Grand Dijon dévoile lors d’une conférence de presse le projet final concernant la destruction de la tribune Marathon (tribune latérale côté est, dotée de 2 460 places[3]) et la construction d'une nouvelle tribune en lieu et place, réalisée par le cabinet Jean Guervilly et comprenant 5 112 places réparties sur trois niveaux : deux niveaux accueillant le grand public (1 883 places pour le niveau le plus bas, en plus de 842 places affaires, et 2 287 pour le niveau le plus haut) et un étage intermédiaire consacré aux loges (avec 204 places), ainsi que 26 places pour personnes à mobilité réduite sur l'ensemble de la tribune[4]. Cette réalisation diffère de celle prévue originellement par le cabinet Rémon et qui devait être dans la continuité des tribunes nord et sud ; le coût de ces nouveaux travaux a été estimé à plus de 18 millions d'euros hors taxe, avec une option permettant de couvrir les angles[4]. Les travaux de démolition de l'ancienne tribune ont été effectués à l'été 2015 et la livraison de la nouvelle tribune est prévue pour 2017, permettant au stade d'accueillir 18 700 spectateurs[9]. Cette nouvelle tribune portera le nom de tribune Caisse d'Épargne, via, à nouveau, un parrainage[10].

À terme, une fois l'ensemble du stade rénové, l'enceinte comptera 22 000 places assises[11].

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Le centre de formation du DFCO a été inauguré le 17 janvier 2014 en présence des représentants du Grand Dijon et du conseil régional de Bourgogne, partenaires financiers de cet équipement situé au stade des Poussots. Pour la première saison, 22 jeunes joueurs venus de la France entière ont été sélectionnés. Ce nouveau centre marque une étape importante dans l’évolution du DFCO, qui pourra ainsi constituer un vivier de jeunes talents pour son équipe professionnelle.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les virages nord et sud comprennent également 1 600 places debout chacune en plus des places assises, portant la capacité total du stade à 13 778 places.
  2. Le virage nord comprend également 1 600 places debout en plus des 3 817 places assises, soit une capacité totale de 5 417 places pour la tribune Dijon Céréales.
  3. Le virage sud comprend également 1 600 places debout en plus des 3 784 places assises, soit une capacité totale de 5 384 places pour la tribune Rougeot.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Stade Gaston-Gérard à Dijon : la pelouse retrouve des couleurs », sur BienPublic.fr,‎
  2. a et b (fr) « Dijon Football Côte-d'Or », sur LFP.fr (consulté le 3 février 2016)
  3. a, b, c, d et e (fr) « Stades de football », sur Stades-spectateurs.com (consulté le 3 février 2016)
  4. a, b et c (fr) Roald Billebault, « Le stade Gaston-Gérard se dévoile », sur GazetteInfo.fr,‎
  5. (fr) « Stade Gaston-Gérard à Dijon (21) », sur ArchiListe.fr (consulté le 3 février 2016)
  6. a et b (fr) « Photos du stade de Dijon : Stade Gaston-Gérard », sur Stades-spectateurs.com,‎ consulté le 15 septembre 2015
  7. (fr) « Dijon Football Côte-d'Or », sur LFP.fr (consulté le 21 septembre 2015)
  8. (fr) « DFCO - Jovial passera l’automne en Chine », sur GazetteInfo.fr,‎
  9. (fr) « Dijon FCO : les travaux ont commencé au stade Gaston Gérard », sur France3.fr,‎
  10. (fr) « DFCO : le nom de la nouvelle tribune est dévoilé », sur BienPublic.fr,‎
  11. (fr) « Le stade Gaston-Gérard », sur DFCO.fr,‎ consulté le 15 septembre 2015
  12. [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]