Stade Montbauron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Stade Montbauron
Image dans Infobox.
Généralités
Nom complet
Stade Montbauron
Adresse
24 Allée Pierre de Coubertin
78000 Versailles
Construction et ouverture
Ouverture
(parc des sports)
(stade actuel)
Architecte
Jean-Michel Legrand et Jacques Rabinel (1961)
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
7 545 places[1]
Affluence record
17 000 spectateurs
(, RC Paris - Reims)
Dimensions
110 m x 73 m
Localisation
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
(Voir situation sur carte : Yvelines)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Versailles
(Voir situation sur carte : Versailles)
Point carte.svg

Le stade Montbauron est une enceinte sportive située dans le quartier Montreuil de Versailles. Inauguré en 1961, c'est un stade multifonction essentiellement utilisé pour le football et l'athlétisme.

Depuis l'ouverture du stade, son club résident est le Football Club de Versailles 78 qui prit la succession du Racing Club de Versailles en 1989. Ayant une capacité initiale de 20 000 places, le stade Montbauron possède actuellement 7 545 places, ce qui en fait le plus grand stade du département des Yvelines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création du Parc Montbauron[modifier | modifier le code]

Dès 1935, la municipalité de Versailles souhaite créer un complexe sportif, en plein centre-ville, situé dans un parc de plus de huit hectares : six hectares devant servir à l'édification des installations sportives et deux hectares pour la réalisation d'un programme scolaire pour le quartier Montreuil. La propriété sur laquelle la municipalité a jeté son dévolu appartient à une famille riche qui refuse alors de céder le terrain. Or, de nombreux clubs sportifs versaillais sont obligés de trouver des stades, qu'ils doivent louer à de forts loyers, dans des communes voisines pour pallier le manque d'infrastructures sportives à Versailles.

En 1941, en pleine Seconde guerre mondiale, la législation des années de guerre offre l’opportunité à la municipalité d’exproprier les espaces nécessaires à la pratique du sport. Le conseil municipal de Versailles acte donc la décision de construire un grand complexe sportif, comprenant un stade, des terrains de sport et des bassins de natation, sur le plateau Montbauron[2]. Les architectes Pierre Bailly (en) et Pierre Montenot (en) conçoivent alors un projet de grande envergure de plusieurs millions de francs largement subventionné par l'État[3],[4]. Quant à la ville de Versailles, elle doit assurer les frais de gardiennage et d'entretien du terrain, et doit prendre à sa charge la partie non subventionnée des dépenses d'aménagement, soit plus de 4 800 000 francs[4].

Les premières installations sportives du parc des sports de Montbauron sont inaugurées le au cours d'une manifestation sportive donnée au bénéfice des prisonniers de guerre de Versailles[5]. Un match de football entre l'ES Versailles et l'AS Police d'État de Seine-et-Oise est notamment disputé lors de cette journée[6].

Le grand stade[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1950, un grand projet de Jacques Meissonnier, adjoint au maire chargé des sports, qui doit faire de Versailles une capitale sportive, voit le jour. Dans une optique de créer un grand club de football versaillais qui doit monter à terme dans les championnats professionnels, la municipalité versaillaise décide de construire un nouveau stade Montbauron de 20 000 places dans le parc des sports déjà existant[7]. Ce stade doit alors comprendre un terrain de football, transformable en un terrain de rugby, et une piste d'athlétisme de 400 mètres comportant sept couloirs. Parallèlement, en 1960, la municipalité crée le RC Versailles, le nouveau club phare de football versaillais qui occupera le stade. Dans le contexte d'aménagement du parc des sports, la ville de Versailles est sollicitée pour que le nom de Pierre de Coubertin soit attribué au stade mais la municipalité décide de garder le nom historique du site sportif.

Ce nouveau stade Montbauron est officiellement inauguré le en présence du maire de Versailles André Mignot, du préfet de Seine-et-Oise Paul Demange, du président de la Fédération française de football association Pierre Pochonet et du président de la Ligue de football professionnel Antoine Chiarisoli. Devant plus de 17 000 spectateurs, cette journée voit se succéder une rencontre du RC Versailles contre une sélection parisienne, une réunion d’athlétisme et un grand match de football professionnel entre le Racing Club de Paris et le Stade de Reims[8].

L'enceinte devient alors le lieu de nombreuses compétitions de football et d'athlétisme. Des rencontres de rugby à XV et de cyclisme (dont le Tour de France 1967[9]) y sont disputées occasionnellement. Devant 8 000 spectateurs, un match de football américain est également joué entre les Newton Nite Hawks (en) et les Lions de Chicago dans le cadre de l'Intercontinental Football League en 1977[10],[11].

En 2003, après les trois matchs du Championnat du monde junior de rugby à XV disputés dans l'enceinte versaillaise, la partie supérieure de la tribune Bleue (latérale) est rasée à la suite de la rénovation de la piscine située derrière ces gradins. La capacité du stade est ainsi fortement réduite, passant de 14 000 places assises à 7 545 places.

Structure et équipements[modifier | modifier le code]

Le stade Montbauron, dessiné par les architectes Jean-Michel Legrand et Jacques Rabinel, a été réalisé par l'entreprise Labalette tandis que la société Oma a été chargée de l'installation des infrastructures sportives. Cette enceinte comprend un terrain d'honneur, une piste d’athlétisme en tartan et quatre tribunes. Le terrain comporte une aire de jeu de 110 mètres de long sur 73 mètres de large dont la surface de 8 030 m2 est en gazon naturel. La pelouse est entourée d'un anneau synthétique de huit couloirs avec un neuvième couloir en ligne droite[12]. L’équipement d’athlétisme possède une piste de 400 mètres avec une rivière de steeple, onze aires de saut dont deux de saut en hauteur, trois de saut en longueur, deux de saut en longueur et triple-saut, et quatre de saut à la perche. Le stade dispose également de trois aires de lancer dont un de lancer de disque et deux de lancer de javelot.

Événements[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Match inaugural[modifier | modifier le code]

Le , la ville de Versailles inaugure son stade à l'occasion d'un match entre le RC Paris et le Stade de Reims, deux équipes de Division 1. Jean Guillot, joueur du RC Paris, est le premier joueur à marquer un but dans cette nouvelle enceinte. Malgré cet avantage, le Racing n'arrive pas à conserver le score et voit Reims renverser la situation dans les vingt dernières minutes de la rencontre grâce aux buts de Léon Glovacki et François Bruant[13].

Date Compétition Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
Match amical RC Paris 1 - 2 Stade de Reims 17 000

Matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Date Compétition Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
Match amical France 2 - 2[14] Bataillon de Joinville Huis clos
Match amical Guinée 0 - 1 Comores 1 200

Matchs internationaux juniors[modifier | modifier le code]

Date Compétition Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
Euro U18 1963 (Éliminatoires) France 3 - 1ap Portugal 6 000
Match amical U17 France 2 - 0 Suisse -

Coupe de France[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant indique les matchs de la Coupe de France disputés au stade Montbauron en phase finale (hors FC Versailles).

Date Tour Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
32e de finale AS Bagneaux-Nemours 1 - 0 US Boulogne 891
16e de finale (rejoué) AS brestoise 3 - 2 AS Strasbourg 2 268
32e de finale Stade saint-germanois 0 - 0ap CA Mantes-la-Ville 2 148
16e de finale AS Poissy 1 - 0 AAJ Blois -
32e de finale Red Star FC 2 - 1ap AS Poissy 2 287
32e de finale AS Poissy 2 - 0 Toulouse FC 2 631
32e de finale RC Paris 1 - 0ap ES Viry-Châtillon 1 724
32e de finale AS Évry 1 - 0 SC Toulon-Var 5 000
32e de finale Stade rennais FC 4 - 3 CA Mantes-la-Ville 1 100

Autres compétitions[modifier | modifier le code]

Date Tour Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
38e journée Stade français FC 2 - 1 AS Troyes-Savinienne 2 653
Date Tour Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
Finale Gazélec FC Ajaccio 6 - 1 AS brestoise 9 358

Rugby à XV[modifier | modifier le code]

Championnat du monde junior 2003[modifier | modifier le code]

Date Tour Équipe 1 Résultat Équipe 2 Affluence
8e de finale, groupe A Nouvelle-Zélande 57 - 11 Namibie 2 000
Quart de finale, groupe A France 43 - 26 Pays de Galles 7 000
Finale 5e place, groupe B Belgique 3 - 33 Espagne 1 000

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Le , sur la nouvelle piste du stade Montbauron, Michel Jazy s'offre le record de France du 2 000 mètres[15].

Le , devant 3 000 spectateurs et des millions de téléspectateurs, le quatuor d'athlètes Michel Jazy, Jean Clausse, Robert Bogey et Michel Bernard y bat le record du monde du relais quatre fois 1 500 mètres (15 minutes 4 secondes 2/10) que la RDA détenait depuis 1958[16].

Concerts[modifier | modifier le code]

En mai 1967, à l'occasion de la nuit du scoutisme, le chanteur français Hugues Aufray chante au stade Montbauron devant 10 000 spectateurs.

Le , lors du Body Wishes Tour, un concert du chanteur britannique Rod Stewart y est organisé dans le cadre de la promotion de son nouvel album Body Wishes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Complexe sportif Montbauron », sur sportenfrance.fr
  2. Jean Courtenay, « Versailles rajeunit », Le Journal, no 17696,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  3. « Les Sports à Versailles », Les Nouvelles de Versailles, no 1023,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  4. a et b « Enfin, Versailles va avoir son stade », Le Cri du peuple, no 152,‎ , p. 4
  5. Le Matin no 21646 du 22 novembre 1943, p. 2 sur gallica.bnf.fr
  6. « Une belle manifestation sportive », Les Nouvelles de Versailles, no 1096,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  7. Robert Ichah, « Versailles a de grands projets dont un stade ultra-moderne », L'Aurore, no 4906,‎ , p. 16
  8. « Bonne propagande à Versailles », L'Aurore, no 5180,‎ , p. 16
  9. « 54ème Tour de France 1967 - 22ème étape », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le )
  10. (en-US) « Intercontinental Football League European Championship 1977 », sur Eirball,
  11. (en) [vidéo] First Pro Football Game in Europe Versailles, France sur YouTube (consulté le )
  12. « Le stade de Montbauron », sur athled.kip.free.fr
  13. « Piantoni permet à Reims de battre le Racing : 2-1 », Le Parisien libéré, no 5181,‎ , p. 17
  14. Ce match n'est pas reconnu comme « officiel » par la Fédération française de football.
  15. « Bons départs pour Jazy, Bogey et Delecour », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  16. « Un magnifique record du monde pour Clausse, Bogey, Jazy et Bernard (4 x 1500 m. en 15 min. 4 sec. 2/10) », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]