Géraud de Forez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérald ou Girard (?- † après 1046), comte de Lyon et de Forez.,

Géraud et son frère Artaud étaient jeunes à la mort de leur père et le mariage de leur mère Thiberge avec Pons de Gévaudan.

Son mariage avec Adélaïde de Gévaudan, la sœur de Pons de Gévaudan, serait venu parachever l'alliance entre les deux familles[1].

Son frère Artaud III assassina Pons (vers 1016) à la suite de la répudiation de sa mère et fut vraisemblablement victime à son tour de représailles. Géraud se retrouva alors de fait comte de Lyon et de Forez, titre qui devient dès lors héréditaire.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre d'Aurec-sur-Loire.
Église Saint-Jean-Baptiste de Ternand

Il donne à Savigny ses possessions de Ternand en 1017 dans une charte où il est identifié comme "fils du comte Artaud Ier et de Théodeberge, frère d'Artaud (II)"[2], décédés avant cette date.

La charte de donation de l'église Saint-Pierre d'Aurec atteste de son mariage avec d'Adelaïde[3] (très probablement la fille de Pons de Gévaudan) dont il eut 2 fils[4] :

  • Artaud III[5];
  • Geoffroy/Guillaume[6];

Certains auteurs lui reconnaissent également 3 autres enfants:

  • ? Rotulpha (1015/25) qui, pour J.-M. de La Mure, aurait épousé Guigues de Lavieu[7], peut-être Guigue Ier, vicomte de Lyon. Aucune source directe ne fournit d'élément définitif à ce sujet;
  • ? Géraud (1020/1025-?)“suum filium puerulum[8]", le fils aîné qu'il aurait vainement tenté de faire élire archevêque de Lyon en 1033;
  • ? Prèves, qui selon la légende locale reprise par La Mure aurait fondé le prieuré de Pommiers-en-Forez[9].

Il aurait tenté d'imposer l'un de ses fils comme archevêque de Lyon lors de la crise successorale qui suivit la mort de Burchard II en 1033[8].

Il est cité dans la donation faite par Gauzeran des églises Saint-Jean-Baptiste et Saint-Victor de Ternand à Savigny en 1046[10].

Vers 1049, il tient un plaid à la Celle en Forez où il règle un conflit opposant un certain Boson[11] à l'abbaye de Cluny concernant les droits sur les terres de cette dernière à Pouilly[12].

Il serait l'objet de l'enregistrement de l'obituaire de l'église de Lyon d'un "comte Gérard" décédé "III Non Mar" attribué à tort à Gérard de Roussillon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. BERGER, Droit, société et parenté en Auvergne médiévale. Thèse de doctorat. Lyon III, 2016.
  2. Savigny 602, p. 296. Lire en ligne
  3. Geraldus comes et uxor mea Adalaix, Charte de donation de l'église de Saint-Pierre-d'Aurec à l'abbaye de Saint-Michel-l'Écluse. LA MURE, p. 16, n° 20.Lire en ligne
  4. "Artaldus et Gaufredus seu Vilelemus eorum filii" Id. note 1
  5. ...Artaldus et Gaufredus seu Vilelemus eorum filii, Charte de donation de l'église de Saint-Pierre-d'Aurec à l'abbaye de Saint-Michel-l'Écluse. LA MURE, p. 16, n° 20. Lire en ligne
  6. id.
  7. La Mure (1675/1860), Tome I, p. 90.
  8. a et b Ex Rodulfi Glabri Historiarum V, 4, MGH SS IV, p. 70.
  9. La Mure (1675/1860), Tome I, pp. 94-5.
  10. Savigny 730, p. 376. En ligne
  11. Donation de Boson à l'abbaye de Saint-Rigaud en Brionnais. A.D. de Saône et Loire, H. 142, n°3 et 4.
  12. Cart. de Cluny, T. 4, n° 2980, p. 178. Lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]