La Diana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Diana
Image dans Infobox.
Le siège de La Diana.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaines d'activité
Archéologie, histoire, histoire de l'art, recherche-développement en sciences humaines et socialesVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Coordonnées
Organisation
Président
Noël de Saint-Pulgent (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Affiliation
Site web
Identifiants
SIREN

La Diana est une société savante fondée le 29 août 1862[1]. Elle se définit comme la société historique et archéologique du Forez, une ancienne province de France, qui correspond approximativement au département de la Loire actuel à la fin de l'Ancien Régime. Son siège est situé à Montbrison (Loire) où elle gère notamment une bibliothèque ainsi qu'un musée archéologique (labellisé musée de France), actuellement fermé au public.

Historique[modifier | modifier le code]

Le nom de Diana vient de Doyenné, decanatus, qui s'est modifié au cours du temps. La tradition veut que la salle de La Diana ait été construite à la fin du XIIIe siècle pour servir de lieu de fête au comte de Forez Jean Ier à l'occasion de son mariage avec Alix de Viennois, en 1296. Récemment une étude des blasons de la voûte héraldique émet une hypothèse : la salle aurait été décorée pour recevoir Louis le Hutin, fils de Philippe le Bel, préparant le concile de Vienne et le rattachement de la ville de Lyon au royaume de France.

Fondée en 1862 par le duc Victor de Persigny, la Diana est une société savante encore très active aujourd'hui, elle publie son bulletin plusieurs fois par an depuis 1876[1].

La société tient ses assemblées à Montbrison dans une salle héraldique du XIVe siècle, rénovée par Eugène Viollet-le-Duc appelée Salle de La Diana[2].


Objectifs et actions[modifier | modifier le code]

La Diana en tant que société historique et archéologique du Forez mène des recherches sur l'histoire de cette ancienne province.

La Diana édite un bulletin trimestriel qui fait connaitre les recherches de ses membres sur l'histoire et l'archéologie de l'ancien comté de Forez. Elle possède plusieurs monuments historiques, dont deux châteaux. Elle conserve des archives et une bibliothèque, ainsi qu'un musée d'archéologie, ouverts au public[3].

La Diana anime différents ateliers ou chantiers dans les domaines de :

  • la calligraphie ;
  • la céramique ;
  • l'héraldique ;
  • le livre ;
  • les maquettes.

Elle dirige également des chantiers archéologiques ouverts en juillet aux plus de 18 ans.

La Diana organise des visites-découvertes des monuments de la région[4].

En 2009, La Diana a fêté le centenaire de l'achat du château de la Bastie d'Urfé, qui fut réalisé grâce à une souscription auprès de ses membres. Cette demeure d'époque Renaissance unique en son genre fut bâtie pour Claude d'Urfé, proche d'Anne de Montmorency et compagnon de François Ier de France. Il fut entre autres fonctions son ambassadeur au concile de Trente. Les décors intérieurs sont inspirés de l'Italie, notamment la grotte de fraîcheur.

Présidents[modifier | modifier le code]

  • 1862-1870 : Victor de Persigny
  • 1870-1879 : Philippe Testenoire-Lafayette
  • 1879-1896 : Léon de Poncins
  • 1896-1907 : Camille de Meaux
  • 1908-1919 : Raoul Chassain de La Plasse
  • 1919-1928 : Victor de Boissieu
  • 1928-1942 : Noël Thiollier
  • 1942-1965 : Henri de Rochetaillée
  • 1965-1991 : Olivier de Sugny
  • 1991-2005 : Maurice de Meaux
  • 2005-2014 : Jean-François David de Sauzéa[2]
  • depuis 2014 : Noël de Saint-Pulgent[5]

Musée[modifier | modifier le code]

Ses collections incluent un bloc de calcaire gravé découvert en 1879 à Bussy-Albieux (environ 16 km à l'ouest de Feurs) dans les gravats de démolition de l'ancienne l'église du village, sous le pavé de l'église. L'inscription mentionne entre autres le nom en toutes lettres « DEAE SEGETAE », ce qui confirme l'interprétation dans ce sens que certains ont donnée à l'inscription « DEAE • SEG • F » du poids trouvé à Feurs en 1525 - d'autres auteurs voulant voir dans cette dernière inscription le nom des « Seg(usiavi) »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Centenaire de la Diana », Bulletin de la Diana, t. 37, no 8,‎ , p. 3 (lire en ligne [sur gallica]).
  2. a et b La Diana sur forezhistoire.
  3. « La salle de La Diana »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ville-montbrison.fr (consulté en ) (accès à la page par Archive.is).
  4. Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata.
  5. « Un nouveau président pour La Diana », sur le-pays.fr, (consulté en ).
  6. Villefosse 1889, p. 406.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Mathevot 2004] Christophe Mathevot, Salle héraldique de la Diana, Feurs, La Diana / Imprimerie forézienne, (ISBN 2-911623-19-3).
  • [Thiollier & Thiollier 1936] Noël Thiollier et Jacques-Philippe Thiollier, « Montbrison - Salle de la Diana », Congrès archéologique de France, 98e session, Lyon et Mâcon, 1935, Société française d'archéologie, Paris,‎ , p. 241-247.
  • [Villefosse 1889] Antoine Héron de Villefosse, « Notice sur quelques inscriptions antiques du Forez », dans Félix Thiollier, Le Forez pittoresque et monumental, Lyon, La Diana / impr. A. Waltener & Cie, , 451 p., sur archive.org (lire en ligne), p. 405-411. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]