Saint-André-de-Najac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André et Najac.
Saint-André-de-Najac
Saint-André vu de "La Baule" à Montirat
Saint-André vu de "La Baule" à Montirat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Aveyron et Tarn
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Villefranchois
Maire
Mandat
André Dalet
2014-2020
Code postal 12270
Code commune 12210
Démographie
Gentilé Saint-Andréens
Population
municipale
409 hab. (2014)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 26″ nord, 2° 02′ 28″ est
Altitude Min. 150 m – Max. 437 m
Superficie 25,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-André-de-Najac

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Saint-André-de-Najac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Najac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Najac

Saint-André-de-Najac est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Najac La Fouillade Rose des vents
Laguépie N Bor-et-Bar
O    Saint-André-de-Najac    E
S
Saint-Martin-Laguépie Saint-Christophe Montirat

Site[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours André Dalet MoDem Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 409 habitants, en diminution de -2,85 % par rapport à 2009 (Aveyron : 0,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
973 1 594 1 967 1 974 2 000 1 388 1 463 1 541 1 511
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 559 1 646 1 745 1 572 1 669 1 615 1 574 1 455 1 416
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 340 1 277 1 194 1 018 927 871 869 813 686
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
625 550 540 509 426 373 418 419 409
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christian-Pierre Bedel, Saint-André-de-Najac : Béteille, Laval / Christian-Pierre Bedel et les habitants de Saint-André-de-Najac, Rodez, Centre d'animation de loisirs en Rouergue, coll. « Rouergue, terre d'oc. Opération "Vilatge" », , 155 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-01-7, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36637890)
  • Jean-Louis Dega, Notes pour servir à l’histoire de Notre-Dame de Laval, Association Notre-Dame de Laval, Saint-André-de-Najac, 1994
  • Danielle Barria Serres et Jean-Louis Dega, Au fil des siècles, Notre-Dame de Laval et sa communauté, Association Notre-Dame de Laval, Saint-André-de-Najac, 2003
  • Joseph Salvat, La rencontre poétique de Saint-André-de-Najac, dans "Lo Gai Saber", no 270, Julhet-Agost 1956, p. 118–128[5]
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Vidal), Najac : La Folhada, Lunac, Montelhs, Sant-Vensa, Sent-Andriu, Vòrs e Bar / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Najac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 389 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-46-7, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF38977008)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. « La belle, la fructueuse rencontre de Saint-André-de-Najac (…) sera évoquée plus tard par les historiens de notre littérature, qui y verront une des manifestations les plus spontanées, les plus riches de l'amitié occitane, et la rapprocheront des premières rencontres de Fontségugne. On n'y trouve pas trace des combinaisons, des recherches, des exclusives, de l'esprit de chapelle qui mettent toujours de l'ombre où il ne devrait y avoir que clarté. Ici, simplement, l'amour du pays et de la langue qui unit de liens fraternels des hommes séparés par leurs conceptions philosophiques. Et l'on voit planer, au-dessus de ces quatre têtes d'évangélistes, le profit du Maître, Frédéric Mistral, respecté et vénéré comme un dieu. »