Monteils (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monteils.

Monteils
Monteils (Aveyron)
Dans le village.
Blason de Monteils
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Aveyron et Tarn
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Villefranchois
Maire
Mandat
Michel Delpech
2014-2020
Code postal 12200
Code commune 12150
Démographie
Gentilé Monteillois(e)
Population
municipale
539 hab. (2016 en diminution de 2 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 16′ 39″ nord, 1° 59′ 54″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 487 m
Superficie 17,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Monteils

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Monteils

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Monteils

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Monteils
Liens
Site web Monteils.fr

Monteils est une commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Monteils se trouve dans la vallée de l'Aveyron. La commune est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Monteils[1]
La Rouquette
Castanet
(Tarn-et-Garonne)
Monteils Sanvensa
Najac La Fouillade

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Plusieurs villages et lieux-dits dépendent de la commune de Monteils : c'est le cas de Floirac et des Fénials.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Aveyron, et le village est traversé par l'Assou qui y conflue sur la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Monteils

Les armes de la commune de Monteils se blasonnent ainsi :
De gueules à l’aigle essorante d’argent ; au chef bastillé de trois pièces d’or chargé de trois molettes de gueules.

Antiquité[modifier | modifier le code]

En 50 av. J.-C., quand les Romains envahissent la Gaule, les coteaux d’Ardennes et du Rat sont déjà habités depuis fort longtemps. Plus aucune trace ne demeure de cette présence. Il faut attendre plusieurs siècles pour voir cette population traverser les zones marécageuses et s’installer rive droite de l’Assou, sur le petit monticule appelé « Monticellus ». Au fil des IXe et Xe siècles, en raison des multiples invasions, mais surtout aux XIIIe et XIVe siècles, le village se fortifie autour de la « maison seigneuriale ».

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au gré des différentes alliances ou mésalliances et autres luttes d’influence, Monteils abrite tout au long des XIVe et XVe siècles de nombreux seigneurs pour ensuite devenir propriété de Jean de Murat Seigneur de Lestang. Bien que conservant un rôle particulier pour les contributions, c’est au cours de cette période que le fief de Floirac passe sous la houlette de Monteils, alors que ce n’est qu’en 1830 que l’administration y rattache Courbières.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Tout au long du XVIIe siècle la famille de La Valette (fondateur de la capitale éponyme et de l’ordre de Malte) règne sur Monteils. Mis à part la décapitation d’une tour Renaissance (toujours visible), le village ne vit, dans tous les sens du terme, aucune révolution de grande ampleur au cours du XVIIIe siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En revanche, de 1850 à 1950, et jusqu’à nos jours Monteils connaît un essor particulier. Le premier coup de pioche pour bâtir l’église actuelle est donné en 1866. La voie ferrée (avec ses 9 ponts et 9 tunnels 1853-1858), les ponts, et de nombreuses routes sont construits. Le Couvent est édifié (1888). L’eau, l’électricité, la poste, le télégraphe déchargent les villageois d’abondantes vicissitudes. Malgré leur caractère travailleur, les Monteillois ont longtemps et souvent côtoyé la pauvreté ou la misère. D’abord sous le joug de la féodalité, puis harassés d’impôts et desservis par des terres ingrates, c’est dans la vigne surabondante à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle que Monteils tire ses premières richesses. Suivra la culture du chanvre et donc la confection de toiles. Durant cette même période l’artisanat, le commerce se développent. Bien que la commune demeure à forte dominante agricole, les échoppes et les cabaretiers se multiplient, les foires (le 19 du mois) se poursuivent jusqu’au premier quart du XXe siècle. La population connaît des fortunes diverses, fluctuant au gré des disettes et des guerres elle s’accroît pourtant jusqu’à la fin du XIXe siècle. En 1882 la commune compte près de 1000 habitants. Les deux guerres et l’exode rural massif feront considérablement baisser ce nombre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Robert Alazard    
2014 En cours Michel Delpech SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Résultats pour la commune des scrutins français depuis 2000.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2002 92,37 % Jacques Chirac RPR 7,63 % Jean-Marie Le Pen FN 80,54 % [2]
2007 41,58 % Nicolas Sarkozy UMP 58,42 % Ségolène Royal PS 89,08 % [3]
2012 63,10 % François Hollande PS 36,90 % Nicolas Sarkozy UMP 87,39 % [4]
2017 % Emmanuel Macron EM % Marine Le Pen FN % [5]
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
Monteils (Aveyron) est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
Avant 2010, Monteils (Aveyron) est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats des .
2002 52,12 % Serge Roques UMP 47,88 % Jean-Pierre Pouzoulet PS 76,35 % [6]
2007 51,34 % Marie-Lou Marcel PS 48,66 % Serge Roques UMP 75,76 % [7]
Après 2010, Monteils (Aveyron) est répartie sur plusieurs circonscriptions, cf. les résultats de .
2012 63,23 % Marie-Lou Marcel PS 36,77 % Laurent Tranier UMP 70,29 % [8]
2017 % % % [9]
Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 37,02 % Abdelkader Arif LPS 19,85 % Alain Lamassoure LUMP 61,02 % [10]
2009 27,54 % Dominique Baudis LMAJ 16,10 % Kader Arif LSOC 54,70 % [11]
2014 % % % [12]
2019 % % % [13]
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004 55,62 % Martin Malvy PS 35,56 % Jacques Godfrain UMP 77,90 % [14]
2010 66,55 % Martin Malvy LUG 33,45 % Brigitte Bareges LMAJ 67,20 % [15]
2015 % % % [16]
Élections cantonales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
Monteils (Aveyron) est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2001 % % indisponible %
2004 53,55 % Bernard Vidal DVG 30,18 % Jean-Louis Cance UDF 78,59 % [17]
2008 % % indisponible %
2011 63,27 % Bernard Vidal DVG 28,36 % Daniel Carrie DVD 64,65 % [18]
Élections départementales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e)s Battu(e)s Participation
Monteils (Aveyron) est répartie sur plusieurs cantons, cf. les résultats de ceux de .
2015 % % % [19]
Élections municipales, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu(e) Battu(e) Participation
2001 % % indisponible %
2008 % % indisponible %
2014 % % [20]
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992 70,63 % (51,04 %) 29,37 % (48,96 %) 78,70 % [21]
2000 74,47 % (73,21 %) 25,53 % (26,79 %) 72,68 % [22]
2005 56,00 % (45,33 %) 44,00 % (54,67 %) 80,09 % [23]


Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections présidentielles 2012

Commune de Monteils

2e tour 6 mai

Inscrits : 452 Votants:395 Suffrages exprimés: 374 Nuls : 21

236 : François Hollande (63,10 %)
138 : Nicolas Sarkozy (36,90 %)


1er tour 22 avril 2012

Inscrits: 452 Votants : 403 Suffrages exprimés: 395 Nuls: 8

138 : François Hollande
76 : Nicolas Sarkozy
59 : Jean-Luc Mélenchon
49 : Marine Le Pen
39 : François Bayrou
9 : Philippe Poutou
8 : Nathalie Arthaud
8 : Eva Joly
7 : Nicolas Dupont-Aignan
2 : Jacques Cheminade

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[26].

En 2016, la commune comptait 539 habitants[Note 1], en diminution de 2 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
657782867816826902905901907
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9389811 007988974973961989976
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
907786735710694648682618572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
496437404424490465519549532
2016 - - - - - - - -
539--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

On peut constater que depuis quelques années, grâce à une politique municipale dynamique et volontariste la tendance à la dépopulation a stoppé et semble même s’inverser sensiblement.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de l'église Notre-Dame de Monteil.
  • Église Notre-Dame.
  • Ancienne forteresse. Subsistent encore à Monteils quelques vestiges de l'ancien château : une tour, une salle voutée et un porche.
  • Le couvent des Dominicaines.
  • Le château fort de Coubière, restauré et habité.
  • De nombreuses caselles et vieilles croix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Vidal), Najac : La Folhada, Lunac, Montelhs, Sant-Vensa, Sent-Andriu, Vòrs e Bar / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Najac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 389 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-46-7, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF38977008)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  3. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  4. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  5. Résultats des élections présidentielles de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  6. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  7. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  8. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  9. Résultats des élections législatives de 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  10. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  11. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  12. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  13. Résultats des élections européennes de 2019 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  14. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  15. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  16. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  17. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  18. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  19. Résultats des élections départementales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  20. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  21. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  22. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  23. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  24. Résultats de l'élection présidentielle de 2002 sur le site du Ministère de l'Intérieur.
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.