Laguépie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laguépie
Laguépie
Mairie et église de Laguépie.
Blason de Laguépie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Intercommunalité Communauté de communes du Quercy Rouergue et des gorges de l'Aveyron
Maire
Mandat
Emmanuel Cros
2020-2026
Code postal 82250
Code commune 82088
Démographie
Gentilé Guépiens
Population
municipale
608 hab. (2017 en diminution de 11,63 % par rapport à 2012)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 43″ nord, 1° 58′ 14″ est
Altitude 157 m
Min. 140 m
Max. 387 m
Superficie 14,86 km2
Élections
Départementales Canton de Quercy-Rouergue
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Laguépie
Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Laguépie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laguépie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laguépie
Liens
Site web laguepie.fr

Laguépie est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Guépiens.

Rives du Viaur et château

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située sur l'ancienne route nationale 122 entre Villefranche-de-Rouergue et Gaillac entre le Viaur et l'Aveyron, limitrophe des départements du Tarn et de l'Aveyron.

Du fait de son positionnement au confluent de deux rivières, Laguépie est sujette aux crues. La dernière a eu lieu en 2018. La crue historique remonte à 2003 et avait atteint plus de 6m de hauteur[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux[modifier | modifier le code]

Puech-Mignon...

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Laguépie est traversée par les routes départementales D922 (du Lot près de Figeac jusqu'à Gaillac), D958 (de Montauban à Laguépie) et D106bis (du Grès Haut, lieu-dit de la commune de Najac, à Laguépie).

Une véloroute inachevée, la véloroute « Vallée et gorges de l'Aveyron »[3], doit relier Montauban à Laguépie en 81,9 km. Toutefois, le tronçon des gorges de l'Aveyron (23 km) est difficile et non sécurisé[4].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Cars[modifier | modifier le code]

Quatre lignes de transport scolaire sont gérées par la région Occitanie :

  • de Laguépie à Caussade, pour les maternelles et primaires
  • de Laguépie à Caussade, pour les lycéens
  • à l'intérieur de Laguépie
  • de Laguépie à Montauban.

Laguépie n'est pas desservie par les lignes de car régulières liO de la région Occitanie.

De 1938 à 1972, un autocar privé reliait Montauban à Laguépie. Le lundi, l'autocar amenait les usagers au marché de Caussade; les mardi, mercredi, jeudi, c'était Montauban, et le vendredi, Carmaux. Les fins de semaine, l'autocar transportait les jeunes au football, aux fêtes environnantes[5].

Rail[modifier | modifier le code]

La gare de Laguépie est une halte voyageurs du réseau TER Occitanie, desservie par des trains express régionaux des relations : Aurillac - Figeac - Toulouse (ligne 3) et Albi-Ville - Gaillac - Figeac (ligne 4).

Cette ligne a ouvert (depuis Lexos) en 1858 jusqu'à Capdenac, en 1862 jusqu'à Brive, en 1864 jusqu'à Toulouse.

De 1858 à 1955, la ligne de Lexos à Montauban permettait également d'aller en train jusqu'à Montauban.

Le lundi 28 octobre 1895, vers 10 h 15, une collision a eu lieu entre deux trains sur la voie unique entre Lexos et Laguépie. Les chiffres oscillent entre une quinzaine et une quarantaine de blessés, dont certains gravement. Le train en provenance de Paris contenait notamment trois députés socialistes se rendant à Carmaux (Tarn) pour la grève des verriers, dont Jean Jaurès, député de Carmaux depuis 1893[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, le nom de la commune est La Guépia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Laguépie est un village très ancien dont les origines remontent peut-être à l'époque romaine. Le village voit le jour entre 1251 et 1261 [7]. Laguépie s'est considérablement développée au Moyen Âge, sur les deux rives du Viaur, ne formant qu'une seule communauté

Laguépie faisait partie de la province du Rouergue. Lors de la création des départements français en 1790, elle est rattachée au département de l'Aveyron.

Avant 1806, l'ancienne commune éphémère de Puech-Mignon est rattachée à Laguépie.

En 1808, la région de Saint-Antonin, Laguépie et Parisot fut détachée de l'Aveyron pour contribuer à la formation du nouveau département de Tarn-et-Garonne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1983 Elie Bories UDF Conseiller général
avant 1988 ? Marcel Mercadier    
mars 2001 mars 2014 Jacques Alaux    
mars 2014 mai 2020 Ghislaine Martinez    
mai 2020 En cours Emmanuel Cros[8]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 608 habitants[Note 1], en diminution de 11,63 % par rapport à 2012 (Tarn-et-Garonne : +4,61 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4904851 0031 0211 0991 1961 1781 1651 186
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1541 2091 3501 3801 4611 4711 5201 3501 280
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2081 1621 1229881 0151 0581 0711 1281 084
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9911 016925872787720727681607
2017 - - - - - - - -
608--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Écologie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune a obtenu le label Pavillon bleu, qui récompense la bonne gestion des déchets et la qualité des eaux[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hugues Colomb, maître-chirurgien à Laguépie, décédé en 1619 à Rieupeyroux (époux de Jeanne Frespuech native de Najac), ancêtre d'une lignée de médecins et apothicaires établis à Montbazens puis Rodez au XVIIIe siècle. En 1409 et jusqu'en 1469, on connaît à La Guépie des maîtres-verriers du nom de COLOMB, Jean en 1409, Pierre en 1424. Ils établissent, en 1469, une verrerie à Lacapelle-Marival dans le Lot.[14][1]
  • Andrée Marty-Capgras (1898-1963), enseignante, journaliste et femme politique, née à Laguépie.
  • Didier Bienaimé (1961-2004), acteur, mort à Laguépie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Laguépie Blason
D'or à une fasce d'azur
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Dans le Tarn et Garonne, après la crue, à Laguépie, l'heure est au nettoyage », sur France 3 Occitanie (consulté le 14 avril 2020)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Vallée et Gorges de l'Aveyron à vélo », sur Tourisme Occitanie, (consulté le 14 avril 2020)
  4. « Véloroute de la Vallée de l'Aveyron », sur www.af3v.org (consulté le 14 avril 2020)
  5. « Laguépie. Laguêpe reprend du service », sur ladepeche.fr (consulté le 14 avril 2020)
  6. « Collision entre Lexos et Laguépie Jean Jaurès y était », sur Historail, (consulté le 14 avril 2020)
  7. Historique de Laguépie
  8. Le Tarn libre, 19 juin 2020, p. 16
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « 3 nouveaux pavillons bleus flottent sur l'Occitanie », sur France 3 Occitanie (consulté le 14 avril 2020)
  14. « Les gorges de La Cère »