Montirat (Tarn)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montirat
Montirat (Tarn)
Montirat : le bourg.
Blason de Montirat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Albi
Intercommunalité Communauté de communes Carmausin-Ségala
Maire
Mandat
Xavier Ichard
2020-2026
Code postal 81190
Code commune 81180
Démographie
Population
municipale
249 hab. (2019 en diminution de 7,78 % par rapport à 2013)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 36″ nord, 2° 06′ 12″ est
Altitude 380 m
Min. 170 m
Max. 516 m
Superficie 27,78 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Carmaux-2 Vallée du Cérou
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montirat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montirat
Géolocalisation sur la carte : Tarn
Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Montirat
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Montirat

Montirat est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie. Sur le plan historique et culturel, la commune est dans le Ségala, un territoire s'étendant sur les départements du Tarn et de l'Aveyron, constitué de longs plateaux schisteux, morcelés d'étroites vallées.

Exposée à un climat océanique altéré, elle est drainée par le Viaur, le ruisseau de Candour, le ruisseau de Lizert et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable : un site Natura 2000 (Les « vallées du Tarn, de l'Aveyron, du Viaur, de l'Agout et du Gijou ») et deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Montirat est une commune rurale qui compte 249 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 2 535 habitants en 1866. Ses habitants sont appelés les Montiratois ou Montiratoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le nord du département du Tarn, à 23 km au sud de Villefranche-de-Rouergue et à 24 km au nord d'Albi. Elle est limitrophe du département de l'Aveyron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[2]. Elle est drainée par le Viaur, le ruisseau de Candour, le ruisseau de Lizert, le ruisseau de Cendrou, le ruisseau de Curbinier, le ruisseau de la Mine, le ruisseau de Sagnas, le ruisseau du Mas del Riou et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 36 km de longueur totale[3],[Carte 1].

Le Viaur, d'une longueur totale de 168 km, prend sa source dans la commune de Vézins-de-Lévézou et s'écoule d'est en ouest. Il traverse la commune et se jette dans l'Aveyron à Laguépie, après avoir traversé 30 communes[4].

Le ruisseau de Candour, d'une longueur totale de 19,1 km, prend sa source dans la commune de Mirandol-Bourgnounac et s'écoule d'est en ouest. Il traverse la commune et se jette dans le Viaur à Saint-André-de-Najac, après avoir traversé 9 communes[5].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Montirat.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[6].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 11,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 989 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Monteils », sur la commune de Monteils, mise en service en 1998[11]et qui se trouve à 16 km à vol d'oiseau[12],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 12,9 °C et la hauteur de précipitations de 854,3 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Albi », sur la commune du Sequestre, mise en service en 1976 et à 27 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 13,4 °C pour 1981-2010[15] à 13,8 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : Les « vallées du Tarn, de l'Aveyron, du Viaur, de l'Agout et du Gijou »[18], d'une superficie de 17 144 ha, s'étendant sur 136 communes dont 41 dans l'Aveyron, 8 en Haute-Garonne, 50 dans le Tarn et 37 dans le Tarn-et-Garonne. Elles présentent une très grande diversité d'habitats et d'espèces dans ce vaste réseau de cours d'eau et de gorges. La présence de la Loutre d'Europe et de la moule perlière d'eau douce est également d'un intérêt majeur[19].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 5] est recensée sur la commune[20] : la « basse vallée du Viaur » (3 509 ha), couvrant 11 communes dont cinq dans l'Aveyron, cinq dans le Tarn et une dans le Tarn-et-Garonne[21] et une ZNIEFF de type 2[Note 6],[20] : la « vallée du Viaur et ses affluents » (27 587 ha), couvrant 56 communes dont 45 dans l'Aveyron, dix dans le Tarn et une dans le Tarn-et-Garonne[22].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montirat est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[23],[I 1],[24]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (60,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (39,5 %), terres arables (26 %), prairies (24,1 %), zones agricoles hétérogènes (10,4 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Montirat est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et la rupture d'un barrage, et à un risque particulier : le risque de radon[26]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[27].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le Viaur et le ruisseau de Candour. La cartographie des zones inondables en ex-Midi-Pyrénées réalisée dans le cadre du XIe Contrat de plan État-région, visant à informer les citoyens et les décideurs sur le risque d’inondation, est accessible sur le site de la DREAL Occitanie[28]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982[29],[26].

Montirat est exposée au risque de feu de forêt. En 2022, il n'existe pas de Plan de Prévention des Risques incendie de forêt (PPRif). Le débroussaillement aux abords des maisons constitue l’une des meilleures protections pour les particuliers contre le feu[Note 8],[30].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Montirat.

La commune est vulnérable au risque de mouvements de terrains constitué principalement du retrait-gonflement des sols argileux[31]. Cet aléa est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 14,5 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (76,3 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 269 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 54 sont en en aléa moyen ou fort, soit 20 %, à comparer aux 90 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[32],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[33].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[34].

La commune est en outre située en aval d'un barrage de classe A[Note 9]. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture de cet ouvrage[36].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Montirat est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[37].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Des cathares aux guerres de religion[modifier | modifier le code]

Lagarde-Viaur dans son décor théâtral à mi-flanc des pentes du Viaur a toujours été le village le plus peuplé de la commune de Montirat[38]. Dans cette commune, deux passages permettaient autrefois de traverser le Viaur et de communiquer avec le Rouergue voisin : la Vicasse dans la paroisse de Canezac et la Nicouse, près de Lagarde-Viaur. C’est ce rôle de poste-frontière à la limite de deux provinces qui explique sans doute le développement relativement important du village de Lagarde. Au XVIIIe siècle, il n'existait pas encore de pont et la traversée s’y faisait au moyen d'un bac. Après une passerelle de bois en 1860, un pont de pierre y sera construit en 1875.

La croisade des Albigeois au XIIIe siècle n'a pas épargné la région qui était atteinte en profondeur par le catharisme comme le montrent les registres de l'Inquisition qui sévit après le traité de Paris contre les Parfaits ou les sympathisants cathares de la région de Cordes et de Najac. Montirat et Lagarde subirent les conséquences de la croisade : le , une sentence arbitrale terminait un différend existant entre l'évêque d'Albi et le comte Raymond VII de Toulouse, au sujet de leurs droits respectifs sur les châteaux de Montirat, Monestiès et Virac. En échange de la renonciation de l'évêque à ses droits sur Virac, le comte lui cédait sous réserve de l'hommage le château et la terre de Montirat. Saure et Béatrix, les deux filles de Géraud de Cadoule qui possédait Lagarde-Viaur, avaient épousé respectivement vers 1230 Ozil de Morlhon et Pons de Saint-Privat. Ozil de Morlhon, déjà dépouillé de ses biens en 1214 par Simon de Montfort, les avait recouvrés après les victoires de Raymond VII mais, suspect d'hérésie, il dut se dessaisir d'une partie importante de ses terres en Rouergue au profit de l'évêque de Rodez et vit ses possessions de l'Albigeois, dont Lagarde-Viaur qui lui venait de son épouse, confisquées par l'évêque d'Albi pour crime d'hérésie. À la suite de l'échange de 1232 et de cette confiscation, quasiment toute la communauté de Montirat se trouva relever du point de vue temporel de l'évêque d'Albi. Un accord intervint en 1282 entre ce dernier et le roi de France Philippe III le Hardi, confirmant pour l'évêque la possession de Montirat et de Lagarde-Viaur.

À partir de 1348, la terrible épidémie de peste noire fit plus que décimer la vallée du Viaur.

En 1360, le traité de Brétigny donnait le Rouergue au roi d'Angleterre, l'Albigeois restant au roi de France. La vallée du Viaur devenait la frontière des possessions des deux souverains. Elle se couvrit alors de châteaux et de lieux fortifiés : Thuriès, Mirandol, Lagarde-Viaur, Laguépie entre autres.

Au début du XVe siècle, ce sont les compagnies de routiers qui dévastent la région, attirées par un conflit mettant aux prises deux candidats à l'évêché d'Albi : Robert Dauphin et Bernard de Casilhac, ce dernier soutenu par les seigneurs locaux qui s'emparent en 1436 de Montirat et y placent comme capitaine Flotard de Bar. Robert Dauphin avait pris à son service le mercenaire Rodrigue de Villandrando qui, à titre de représailles, met à feu et à sang la terre de Bar et Guillaume dit Guillot d'Estaing, sénéchal de Rouergue assiège Montirat et l'emporte d'assaut le après 3 jours de siège[39].

Dès le début du XVIe siècle, la vallée est à nouveau entièrement repeuplée et c’est sans doute de cette époque de prospérité entre 1500 et 1550 que date la construction de l’église de Lagarde-Viaur.

Mais la deuxième moitié du siècle voit à nouveau s'abattre les épreuves avec les guerres religieuses entre catholiques et protestants. Hormis quelques seigneurs locaux comme celui de Laguépie, la quasi-totalité de la vallée du Viaur reste catholique mais ceci ne l'empêche pas de servir de champ de bataille aux affrontements entre les bandes armées des deux camps.

En 1570, Lagarde-Viaur possède une garnison de trente hommes d'armes commandée par le capitaine de Roquefeuil seigneur de la Salle. En 1581, les protestants s'emparent de la ville et le capitaine catholique La Valette de Cornusson vient y mettre le siège, la reprenant et passant au fil de l'épée tous ses défenseurs. En 1595, Montirat et Lagarde sont détachées de la Ligue et reçoivent une garnison royaliste. C’est l’Édit de Nantes en 1598 qui ramène la paix dans la vallée du Viaur comme dans le reste du pays.

La baronnie de Montirat[modifier | modifier le code]

Les guerres religieuses avaient mis à forte contribution l'évêque d'Albi contraint d'entretenir une nombreuse armée pour combattre les protestants de son diocèse. Pour se procurer les ressources nécessaires à leur entretien, il dut vendre une partie de ces domaines. Et c'est ainsi qu'en 1565 et 1572 le cardinal Strozzi avait cédé - avec cependant une clause de rachat - les seigneuries de Lagarde-Viaur et de Montirat à un riche marchand du lieu, Guillaume Ginestel.

Grâce à cet achat, les Ginestel devinrent durant quelques années seigneurs de Montirat et Lagarde-Viaur, s'intitulant « barons de Montirat et vicomtes de Lagarde-Viaur ». Guillaume Ginestel s'attribua même la particule et devint Guillaume de Ginestel. Très riche, il possédait une dizaine de métairies dans la communauté de Montirat et dans celle voisine de Saint-André en Rouergue. Cependant, lorsque la situation financière de l'évêque d'Albi se fut rétablie, celui-ci voulut faire jouer la clause de rachat associée à l'acte de vente mais Guillaume de Ginestel fit des difficultés pour se dessaisir de ses acquisitions. En 1580, Jean Bories, procureur de l'évêque Julien de Médicis requiert Guillaume de remettre à l'évêque les deux seigneuries. Guillaume étant absent, son fils Bernard répond qu'il a toujours vu jouir son père de ces terres depuis sept ou huit ans. En 1581, les seigneuries sont officiellement réincorporées au domaine temporel de l'évêché d'Albi mais les Ginestel poursuivent la procédure et obtiennent un arrêt du Grand Conseil à Paris en leur faveur. L'affaire se complique par l'entrée en lice d'une autre famille, les du Maine, barons quercinois, qui en raison de dettes des Ginestel à leur égard se retrouvent possesseurs de droits sur ces seigneuries. En 1644, lors de l'établissement du nouveau cadastre de Montirat, François du Maine sera encore le propriétaire du moulin de Lagarde-Viaur. Les Ginestel semblent avoir définitivement renoncé à leurs prétentions sur Lagarde en 1609/1610. Il faut dire qu’avec le partage de la fortune de Guillaume de Ginestel à sa mort en 1589 entre ses six fils, la puissance de la famille s'était bien amoindrie. Les Ginestel continueront de porter des titres d’apparence nobiliaire, mais ce sera désormais du nom de leurs diverses métairies : pour la branche aînée sieurs de Granouillet, Narthoux et la Combarie, pour les branches cadettes sieurs de Caylusset, Laval, Brésil, Rougeyres ou Bournens. Au cours du XVIIe siècle, les seigneuries de Montirat et Lagarde-Viaur seront une nouvelle fois vendues sans doute vers 1645, cette fois au seigneur de Trévien, Bernard de Castelpers. Mais une nouvelle fois cette aliénation à un seigneur laïc fut éphémère : le fils de l'acquéreur, Charles de Castelpers, revendit le à l'évêque d'Albi Gaspard de Daillon du Lude les deux seigneuries. En 1688, un accord intervint entre Isabeau de Maran, veuve de Charles de Castelpers et Henri de Daillon du Lude, neveu et héritier de l'évêque, concernant les rentes qui grevaient les seigneuries vendues. À la suite des péripéties judiciaires consécutives au testament de l'évêque Gaspard de Daillon du Lude qui avait fait héritier son neveu Henri, les seigneuries de Montirat et Lagarde-Viaur restèrent unies au domaine temporel de l'archevêché d'Albi mais les fiefs de niveau inférieur demeurèrent entre les mains de l'héritier désigné, Henri de Daillon du Lude. De celui-ci grand-maître de l'Artillerie de France, ces fiefs passèrent à son légataire Gaspard Ducrot puis à l'héritière de ce dernier, Louise de Salvan, qui épousa Antoine de Montserrat, conseiller au Parlement de Toulouse. Sans enfant de son mariage, Louise de Salvan fit héritière sa cousine Catherine de Fonvieille en faveur de qui ces différents fiefs, furent reconnus en 1743 et 1744 devant Jean Ayme, notaire de Lagarde-Viaur.

La viguerie de Lagarde-Viaur[modifier | modifier le code]

Sur le plan judiciaire, le village de Lagarde-Viaur était le siège d'une viguerie et la résidence d'un viguier qui y rendait la justice au nom de l’évêque d’Albi, seigneur du lieu. La juridiction associée s'étendait sur l'ensemble de la communauté de Montirat, mais débordait également en Rouergue, car elle comprenait les hameaux de la Marsalarie, de la Nicouse et de la Capélanie situés dans la paroisse de Saint-André-de-Najac. Il s'agissait d'une justice créée par l'évêque d'Albi pour ces territoires excentrés à une époque que nous ignorons, bien avant la fin du XVIe siècle. Cette viguerie fit vivre dans le village de Lagarde-Viaur jusqu’à la fin du XVIIIe siècle un ensemble de professionnels de la justice : en dehors du viguier lui-même, appelé aussi parfois juge, on rencontrait un procureur juridictionnel, un greffier, un ou plusieurs avocats, un sergent, deux ou trois huissiers. Quelles étaient les principales affaires traitées devant le viguier de Lagarde-Viaur ? On relève dans les registres judiciaires conservés seulement à partir de 1771 : des injures parfois accompagnées de coups, des bruits nocturnes avec violences, des vols de châtaignes, de pommes de terre ou de fruits, des rébellions à des séquestres, des diffamations, des passages sur des propriétés privées, un incendie volontaire, une destruction de porte, un vol de pierres et enfin à plusieurs reprises le délit pour lequel fut poursuivi et emprisonné à Lagarde en 1766 Bernard-François Balssa, le père d’Honoré de Balzac, délit appelé gravidation, ingravidation ou défloration, c’est-à-dire la séduction d’une jeune fille devenue par la suite enceinte.

Le viguier de Lagarde-Viaur au début du XVIIIe siècle était Simon Tranier (1658-1728) d'abord avocat, marié deux fois dans la noblesse, avec la quercinoise Jeanne de Laborie de Bosredon d'abord, avec Anne de Bouzat, de Pampelonne ensuite. Il fut le grand-père d'un autre Simon Tranier, dit de Candour (1705-1786) qui, de son épouse Jeanne Balard, eut deux fils et deux filles. L'aîné des garçons, Jean-Louis Candour (1743-1816), sera un des premiers maires de la commune de Saint-André-de-Najac, durant la Révolution, sous le seul nom de Candour. Un fils de ce Jean-Louis Candour, Gabriel Marie Bernard Candour (1777-1860), jouera un rôle important dans l’affaire Balssa, affaire qui conduira à la guillotine en 1819 un oncle d’Honoré de Balzac sans doute innocent.

Le rôle judiciaire important de Lagarde-Viaur y favorisa sans doute l’installation d’études notariales. Nous connaissons depuis le XVIe siècle le nom de plusieurs de ces notaires, certains ayant instrumenté simultanément : Cabady, Desever, Blanc, Tranier, Miquel, Malier, Degua (avec trois notaires de ce nom : François à partir de 1630 environ, son fils Nicolas et son petit-fils Pierre, mort en 1731), Massotier, Ayme et à partir de 1770 environ et jusqu’à la fin du XIXe siècle la dynastie de notaires Gardès.

L’organisation religieuse[modifier | modifier le code]

Sur le plan religieux, la communauté de Montirat englobait le siège de six paroisses : Saint-Martin de Canezac, Saint-Jacques de Montirat, Saint-Michel-de-Darnis, Saint-Thomas de Lagarde-Viaur, Saint-Christophe et Saint-Dalmaze mais les limites de ces paroisses ne correspondaient pas exactement à celles de la communauté. Par exemple le village de la Borie de Lézan bien que rattaché à la communauté de Montirat dépendait de la paroisse de Notre-Dame des Infournats, dans la communauté de Jouqueviel. L'église de Saint-Martin de Canezac était l'église matrice et jouissait de la primauté vis-à-vis des trois paroisses de Saint-Michel, Montirat et Lagarde-Viaur. Ceci témoigne de l'antériorité du village de Canezac, fondation de l'époque gallo-romaine, sur ceux de Montirat et de Lagarde, datant de l'époque féodale. Le recteur des quatre paroisses était habituellement le même ecclésiastique, nommé par l'évêque d'Albi, le service étant assuré dans les paroisses annexes par un ou plusieurs vicaires. La dédicace à Saint-Thomas de Canterbury (Thomas Becket) de l’église de Lagarde pourrait peut-être s’expliquer par le fait que ce saint fut la victime du roi Henri II d'Angleterre (1152-1190), le mari d’Alienor d’Aquitaine, et que Lagarde était devenue après le traité de Bretigny en 1360 une place forte du roi de France face au Rouergue devenu la possession du roi d’Angleterre. Il reste encore des témoignages de ce rôle défensif de Lagarde avec les vestiges des portes et des tours des anciennes fortifications ainsi qu’avec les meurtrières et les ouvertures pour arquebuses du clocher de l’église et les consoles permettant d’y placer des ouvrages de défense provisoires.

Au XVIIIe siècle, la cure de Canezac faisait partie du district de Pampelonne et comprenait trois annexes : Saint-Jacques de Montirat, Saint-Thomas de Lagarde-Viaur et Saint-Michel-de-Darnis. Le collateur de la cure de Canezac était l'archevêque d'Albi; c'est lui qui en désignait le prêtre bénéficiaire. Pour la plupart des églises du district de Pampelonne, l'archevêque était aussi le décimateur : c'est lui qui percevait les revenus de la dîme, impôt qui frappait toutes les terres. Le revenu annuel de la dîme de la cure de Canezac était en 1775 de 1200 livres.

Depuis le début du XVIe siècle au moins, les cures de Canezac et Lagarde-Viaur étaient quasiment le domaine réservé de la famille Ciron, famille de notaires originaire de Carmaux devenus conseillers au parlement de Toulouse et seigneurs de Carmaux. En 1599, les revenus de la cure de Canezac furent arrentés par le procureur de Jean de Ciron, chanoine de Sainte-Cécile d'Albi et recteur de Canezac à Jean Ciron, prêtre de Lagarde-Viaur. Il s'agissait d'un cousin, une branche cadette des Ciron de Carmaux s'étant établie dans la juridiction de Lagarde-Viaur vers 1570, au moulin de la Marsalarie, de l'autre côté du Viaur, dans la paroisse de Saint-André-de-Najac. Quant à la branche aînée des Ciron, seigneurs de Carmaux, elle s'éteignit dans la première moitié du XVIIIe siècle et ses biens passèrent à la famille de Solages, par le double mariage de Francois Paul de Solages avec Marie de Ciron en 1724 et d'Antoine-Paulin de Solages avec une fille de Charlotte de Ciron en 1737. Les Ciron puis les Solages de Carmaux demeurèrent les « patrons » de plusieurs chapellenies créées par leurs ancêtres dans la communauté de Montirat, en particulier celle du Saint-Sépulcre établie en 1504 par Pierre de Ciron dans l'église de Lagarde-Viaur et celle de Saint-Eutrope dans l'église de Canezac fondée par Guillaume de Ciron vers 1530.

L’église de Lagarde-Viaur[modifier | modifier le code]

L’église de Lagarde est en majeure partie gothique et date sans doute de la première moitié du XVIe siècle. Elle comprend une nef à trois travées voûtées en croisées d’ogives, un chevet plat et six chapelles. Le clocher rustique s’élève à vingt-cinq mètres : très massif, il s’en dégage, comme l’a écrit Victor Allègre « un aspect à la fois sévère et fruste par son appareil de schiste irrégulier, ses rares et simples baies en plein cintre sous le toit (deux par face), ses pierres de bourdage, ses meurtrières et ses orifices pour arquebuses ». Les peintures du retable sont du XIXe siècle. À signaler également une croix de pierre sculptée mais endommagée avec une Piéta et un Christ en croix. Un bail à prix fait pour l’horloge de la Garde-Viaur fut conclu le avec Matthieu Négrier, armurier de Lédergues devant Moulis, notaire du Ségur.

L’église de Lagarde-Viaur renferme une croix processionnelle du XVe siècle constituée par des lames d’argent repoussé recouvrant une croix de bois, haute de 75 cm, large de 44. Les extrémités en sont décorées de fleurs de lys précédées de quatre lobes au milieu desquels s’inscrit une croix. Au XVIIIe siècle ont été apposées deux effigies : l’une du Christ et l’autre de la Vierge à l’Enfant.

Une maison religieuse rattachée au couvent de Bor fut créée à Lagarde en 1858 grâce au soutien de Mlle Victoire Tranier qui prêta un local à deux religieuses de Bor (commune de Bor-et-Bar) permettant d’y ouvrir une école de jeunes filles. Ce fut là que mourut la sœur Ste Marie Hournarette, supérieure de ce vicariat. Cette institution subsista jusqu’à la séparation de l’église et de l’état. Plus tard, l’école devint communale. Après la mort de Victoire Tranier, l’école libre avait été installée dans une maison du village léguée par testament par l’abbé Cathala, curé de Mirandol-Bourgnounac. À la paroisse de Lagarde-Viaur, était rattaché avant la Révolution un couvent de moines capucins appelé l'Ermitage Saint-Joseph de la forêt, cité dès 1660 avec deux frères ermites: Michel-Emmanuel de Nantilly et Alexis Guittard. Il fut supprimé en 1790.

Les faits marquants de l’histoire de Montirat et Lagarde-Viaur[modifier | modifier le code]

En 1709, la population de la communauté de Montirat était de 1400 habitants; en 1790 elle s'élevait à 1785 habitants. Dans la communauté elle-même, les villages ou hameaux les plus peuplés d'après le cadastre de 1644 étaient celui de Lagarde-Viaur (64 propriétaires pour le village et 21 pour les faubourgs) suivi de celui de Montirat (34 propriétaires).

Parmi les évènements associés à l’histoire de Montirat et Lagarde-Viaur et qui méritent d’être signalés, il faut noter l’emprisonnement au « château » de Lagarde (sans doute la grande maison à quatre étages au cœur du village) en 1766 de Bernard-François Balssa pour avoir séduit et mise enceinte une jeune fille de la paroisse de Canezac, Marianne Mouychoux qu’il refusa d’épouser ; ce fut cet événement qui entraîna son départ définitif de la terre natale vers Albi et Toulouse puis Paris où il se maria en 1797 à l’âge de 51 ans. Il deviendra en 1799 le père du romancier Honoré de Balzac qui a situé l’action d’un de ses romans de jeunesse Clotilde de Lusignan dans un village provençal nommé Montyrat !

La tradition orale a conservé aussi le souvenir du passage à Lagarde-Viaur de Jean Jaurès durant ses campagnes électorales dans la circonscription de Carmaux où il affrontait le marquis de Solages. Le célèbre tribun socialiste y avait à plusieurs reprises prononcé un discours depuis le balcon d’une des maisons du centre du village.

De la famille Ginestel, la plus riche du village au XVIe siècle descendent le célèbre navigateur albigeois Lapérouse et Émilie de Rodat, la sainte du Rouergue. À noter que les familles paternelles de Lapérouse et de Sainte Emilie de Rodat, les Galaup et les Rodat, étaient elles aussi originaires de la vallée du Viaur, entre Mirandol et Tanus.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules chaussé d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mai 1998[40] Louis Blanc    
mai 1998 janvier 2015[41] Francis Bosc    
février 2015 En cours Xavier Ichard[42]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[44]. En 2019, la commune comptait 249 habitants[Note 10], en diminution de 7,78 % par rapport à 2013 (Tarn : +2,07 %, France hors Mayotte : +2,17 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9801 8391 8421 9332 0262 2302 2392 2272 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5262 5022 5352 3841 8311 7871 6991 5921 569
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5551 4251 1341 018955906856757709
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
649555462386336319265261250
2019 - - - - - - - -
249--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 125 ménages fiscaux[Note 11], regroupant 259 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 490 [I 4] (20 400  dans le département[I 5]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 6] 5,5 % 8,8 % 6,9 %
Département[I 7] 8,2 % 9,9 % 10 %
France entière[I 8] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 131 personnes, parmi lesquelles on compte 68,6 % d'actifs (61,7 % ayant un emploi et 6,9 % de chômeurs) et 31,4 % d'inactifs[Note 12],[I 6]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune est hors attraction des villes[Carte 4],[I 9]. Elle compte 40 emplois en 2018, contre 52 en 2013 et 57 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 83, soit un indicateur de concentration d'emploi de 48,3 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 42,1 %[I 10].

Sur ces 83 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 37 travaillent dans la commune, soit 45 % des habitants[I 11]. Pour se rendre au travail, 73,6 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 8,4 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 18 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 12].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

20 établissements[Note 13] sont implantés à Montirat au [I 13]. Le secteur des autres activités de services est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 20 % du nombre total d'établissements de la commune (4 sur les 20 entreprises implantées à Montirat), contre 9 % au niveau départemental[I 14].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune est dans le Segala, une petite région agricole située dans le nord-est du département du Tarn. C’est la relative pauvreté du sol de cette région où ne poussait jadis que le seigle qui a donné son nom à cette aire géographique. Situé en moyenne altitude, le Ségala s’étend sur des territoires vallonnés et riches en schiste.[47]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 14] sur la commune est l'élevage de bovins, pour la viande[Carte 5].

1988 2000 2010 2020
Exploitations 77 49 38 33
SAU[Note 15] (ha) 1 890 1 880 1 716 1 342

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 77 lors du recensement agricole de 1988[Note 16] à 49 en 2000 puis à 38 en 2010[49] et enfin à 33 en 2020[Carte 6], soit une baisse de 57 % en 32 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 58 % de ses exploitations[50],[Carte 7]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 1 890 ha en 1988 à 1 342 ha en 2020[Carte 8]. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 25 à 41 ha[49].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le hameau de Lagarde-Viaur et son église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baqué, Les origines tarnaises de Balzac, in Revue du Tarn, n° 94, été 1979, pp. 245-260
  • Edmond Cabié, Les Gorges du Viaur, Albi, 1890, réédition Vent Terral, 2002
  • Jean-Louis Dega, La vie prodigieuse de Bernard-François Balssa. Aux sources historiques de "La Comédie humaine", éditions Subervie, Rodez, 1998

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[8].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[17].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. Le principe d’un débroussaillement efficace consiste à couper et éliminer tous les bois morts, les broussailles et les herbes sèches 50 mètres autour des habitations et 2 mètres de part et d’autre des voies, élaguer les branches basses des arbres, espacer les arbres et les arbustes situés dans la zone à débroussailler pour éviter que le feu ne se propage d’arbre en arbre, éliminer les arbustes sous les grands arbres pour éviter que le feu ne se propage vers la cime des arbres, toujours se débarrasser des végétaux coupés par compostage, par évacuation en décharge autorisée ou par incinération en respectant la réglementation sur le brûlage et entretenir régulièrement la zone débroussaillée, tous les 2 ou 3 ans maximum sur le pourtour, tous les ans à proximité de l’habitation
  9. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[35].
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  12. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  13. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  14. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  15. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  16. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[48].
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Montirat » sur Géoportail (consulté le 10 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le )
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  4. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée par département », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Montirat » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Tarn » (consulté le ).
  6. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Montirat » (consulté le ).
  7. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Tarn » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Montirat » (consulté le ).
  11. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  12. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  13. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Montirat » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Tarn » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  3. « Fiche communale de Montirat », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  4. Sandre, « le Viaur »
  5. Sandre, « le ruisseau de Candour »
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  11. « Station météofrance Monteils - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Montirat et Monteils », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météofrance Monteils - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Montirat et Le Sequestre », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique d'Albi - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique d'Albi - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  18. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Montirat », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « site Natura 2000 FR7301631 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  20. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Montirat », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF la « basse vallée du Viaur » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF la « vallée du Viaur et ses affluents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Montirat », sur Géorisques (consulté le )
  27. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  28. DREAL Occitanie, « CIZI », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  29. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  30. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  31. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  32. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  33. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Montirat », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  34. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  35. Article R214-112 du code de l’environnement
  36. « Les risques majeurs dans le Tarn », sur www.tarn.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  37. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  38. Notes pour servir à l'histoire de Montirat et de Lagarde-Viaur, par Jean-Louis Dega (inédit)
  39. Études historiques et documents inédits sur l'Albigeois, le Castrais, et l'ancien diocèse de Lavaur Par Clément Compayré (1841)
  40. Décès en cours de mandat
  41. Démission en cours de mandat (ladepeche.fr 20 janvier 2015)
  42. Blog municipal Montirat infos
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  47. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  48. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  49. a et b « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Montirat - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  50. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département du Tarn » (consulté le ).
  51. Bernicat, Jean-Marie, 1939-2001., De Balssa à Balzac ou Le génie créateur du Tarn à Passy : 1842-1992, cent cinquantième anniversaire de "La comédie Humaine, Société CEPS, (OCLC 464076989, lire en ligne).
  52. La Dépêche du Midi, 17 juillet 2009
  53. a et b « Eglise Saint-Thomas de Canterbery, de Lagarde-Viaur », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  54. a et b « Eglise Saint-Jacques », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  55. Voir La vie prodigieuse de Bernard-François Balssa. Aux sources historiques de « La Comédie humaine », par Jean-Louis Dega, éditions Subervie, Rodez, 1998