Martiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Martiel
Martiel
Abbaye de Loc Dieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Villefranche-de-Rouergue
Canton Villeneuvois et Villefranchois
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Villefranchois
Maire
Mandat
Guy Marty
2014-2020
Code postal 12200
Code commune 12140
Démographie
Population
municipale
1 023 hab. (2016 en augmentation de 8,6 % par rapport à 2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 22′ 36″ nord, 1° 55′ 24″ est
Altitude Min. 254 m
Max. 430 m
Superficie 46,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Martiel

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Martiel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Martiel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Martiel

Martiel, commune de l'ouest du département de l'Aveyron, dans la région Occitanie, limitrophe du département du Lot, à 10 km de Villefranche-de-Rouergue

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
Cahors (Lot) N Villefranche-de-Rouergue
O    Martiel    E
S

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe des départements du Lot et de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophes de Martiel[1]
Saint-Jean-de-Laur
(Lot, sur 100 m)
Salvagnac-Cajarc La Capelle-Balaguier
Puyjourdes,
Laramière
(Lot)
Martiel[1] Sainte-Croix
Puylagarde
(Tarn-et-Garonne)
Vailhourles Savignac

Histoire[modifier | modifier le code]

Martiel était à l'origine un bourg ecclésial construit autour de son église, et dont l'enceinte était constituée par les maisons construites côte à côte. Cette première église, datant du Xe siècle a disparu. L'église actuelle fut construite dans le faubourg ouest au XVe siècle, avant d'être remaniée au XIXe siècle. Les templiers furent à partir de 1264 coseigneurs de Martiel, droit dont les hospitaliers ont hérité pour un tiers de la seigneurie.

À la Révolution, la commune a englobé quatre autres paroisses :

  • Elbes : cette paroisse très ancienne était déjà citée en 961 dans le testament de Raymond, comte de Rouergue. Cette seigneurie appartenait aux vicomtes d'Elbes, puis aux abbés de Loc-Dieu.
  • Marroule : qui s'est développée autour du prieuré des bénédictines du Buis, près d'Aurillac.
  • Fontaynous : ancienne grange de l'abbaye de Loc-Dieu et lieu de résidence des abbés.
  • Ginouilhac[Note 1] : cette seigneurie fut donnée aux templiers de Lacapelle-Livron en 1243[2]. Son territoire s'étendait au nord-ouest jusqu'à trois importantes fermes: L'Espinassière, le Juge et Bramaloup. Maison du Temple dépendante de la baillie de la Capelle-Livron, elle avait son propre commandeur dont l'existence est attestée en 1288 avec frère « D. Cartairada, comandaire de la maio de Genoilhac ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 2001 Jean Cournède[3]    
mars 2001 en cours Guy Marty DVG Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 1 023 habitants[Note 2], en augmentation de 8,6 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5946901 7252 2451 6131 8681 8431 8581 944
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9481 9661 9271 8251 8511 8231 8241 8581 645
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5291 5231 4301 2441 1491 041956948773
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
723677635706798823885894903
2013 2016 - - - - - - -
1 0021 023-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Associations sportives[modifier | modifier le code]

  • Basket Martiel
  • Olympique de Martiel
  • Sports et Loisirs

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Abbaye de Loc-Dieu[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Abbaye de Loc-Dieu.

Logo monument historique Classé MH (1989)[8]

L'abbaye de Loc-Dieu[9] fut fondée en 1124 par 13 moines venus de l'abbaye de Dalon (devenue cistercienne en 1162). Incendiée en 1411, elle fut rebâtie et fortifiée. Il y restait 5 religieux en 1768. Elle fut fermée à la Révolution.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Tour des Templiers[modifier | modifier le code]

La Tour des Templiers date du XIIIe siècle.

Dolmens[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une des plus grosses concentrations de dolmens de l'Aveyron : 55 dolmens ont été recensés sur le territoire de Martiel, en particulier dans le bois de Margues. Un sentier des dolmens a été aménagé pour découvrir les plus beaux monuments :

Article détaillé : Dolmen du Bois de Galtier.
Article détaillé : Dolmen du Devès.
Article détaillé : Dolmen de Marie-Gaillard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Claude Penel), Vilafranca : Marcièl, Morlhon, La Roqueta, Savinhac, Tolonjac, Valhorlhas / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Vilafranca, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 475 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-55-6, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF38977243)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 44° 23′ 51″ N, 1° 56′ 52″ E.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]