Douglas XB-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Douglas XB-19
(XBLR-2)
Le XB-19 à Tucson DMA avant son ferraillage
Le XB-19 à Tucson DMA avant son ferraillage

Constructeur Drapeau : États-Unis Douglas Aircraft Company
Rôle Bombardier lourd
Statut Resté à l'état de prototype
Premier vol
Nombre construits 1
Équipage
18
Motorisation
Moteur Allison V-3420
Nombre 4
Type 24 cylindres en V
Puissance unitaire 2 600 ch
Dimensions
Envergure 64,6 m
Longueur 40,2 m
Hauteur 13 m
Surface alaire 417 m2
Masses
À vide 63 500 kg
Avec armement 72 000 kg
Maximale 74 400 kg
Performances
Vitesse de croisière 266 km/h
Vitesse maximale 426 km/h
Plafond 12 000 m
Vitesse ascensionnelle 200 m/min
Rayon d'action 6 800 km
Charge alaire 170 kg/m2
Armement
Interne 5 mitrailleuses Browning M2 (12,7 mm)
6 mitrailleuses Browning 1919 (7,62 mm)
2 canons automatiques (37 mm)
Externe 8 480 kg de bombes

Le Douglas XB-19, initialement désigné XBLR-2, est un bombardier lourd américain, conçu dans les années 1930. Il est le plus grand bombardier américain avant l'arrivée du Convair B-36, en 1946.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, l'United States Army Air Corps lance plusieurs projet de bombardiers multi-moteurs, mais qui dans la pratique se révèlent être tous des bimoteurs. Néanmoins en 1935 l'Air Corps émet une fiche programme pour un bombardier lourd à très long rayon d'action sous la dénomination « XBLR » (Experimental Bomber, Long Range). Le projet de Boeing reçoit la dénomination XBLR-1, celui de Douglas devient XBLR-2 et XBLR-3 pour Sikorsky[1]. Les trois projets sont tous des quadrimoteurs. Le projet de Sikorsky est vite rejeté et le projet de Boeing devient le XB-15 (qui sert de point de départ au B-17).

Le 29 septembre 1936, la Douglas Aircraft Company reçoit une commande pour produire un prototype du XBLR-2 qui est renommé XB-19 en 1938. Bien qu'il paraît évident que le prototype serait obsolète, l'armée demande à Douglas d'accélérer sa production[2],[3]. Le XB-19 est le plus grand bombardier construit aux États-Unis jusqu'à l'arrivée du B-36 à la fin des années 1940[4] ; son envergure fait le double de celle de la forteresse volante Boeing B-17.

Le prototype (serial 38-471) est construit à l'usine Douglas de Santa Monica, située à Clover Field (aujourd'hui devenu aéroport de Santa Monica)[5]. Toutefois, sa construction est longue, et des contrats pour les bombardiers XB-35 et du XB-36 sont signés en avril 1941, au moment où le XB-19 est achevé. Il sort d'usine en avril 1941 et effectue son premier vol le 27 juin[6]. En 1943, les moteurs Wright R-3350 sont remplacés par des Allison V-3420, plus puissants ; l'avion est alors redésigné XB-19A[3],[7]. Il sert principalement de banc d'essai avant d’être retiré des vols, puis ferraillé en juin 1949 à la Davis-Monthan Air Force Base[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Francillon 2009, p. 5
  2. Yenne 1985, p. 25
  3. a, b et c (en) Joe Baugher, « Douglas XBLR-2/XB-19 », sur joebaugher.com, (consulté le 24 octobre 2017)
  4. Yenne 1985, p. 26
  5. Francillon 2009, p. 6
  6. Francillon 2009, p. 9
  7. Francillon 2009, p. 15

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bill Yenne, McDonnel Douglas : A Tale of two giants, Crescent Books, , 256 p. (ISBN 0-517-44287-6)
  • René J. Francillon, « Un géant précoce : Le Douglas XB-19 », Air Magazine, Artipresse, no 47,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Douglas XB-19 », sur National Museum of the United States Air Force, (consulté le 7 décembre 2012)