Musée de la Monnaie de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée de la monnaie.
Musée de la Monnaie de Paris
Logo monnaie de Paris.gif
Paris - Hôtel des Monnaies - Façade côté cour.JPG

Hôtel de la Monnaies - Façade côté cour

Informations générale
Type
Musée national
Ouverture
1833
Fermeture
2011-octobre 2014 (travaux)
Site web
Collections
Genre
Coins, Médailles, Monnaies, Numismatique
Bâtiment
Article dédié
Localisation
Pays
Commune
Paris
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte du 6e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 6e arrondissement de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Entrée de l'hôtel des Monnaies, situé quai de Conti dans le 6e arrondissement de Paris, qui abrite le musée de la Monnaie de Paris et la Monnaie de Paris.

Le musée de la Monnaie de Paris est le musée des monnaies françaises. Il présente des monnaies, du matériel servant à sa fabrication, et des espaces pédagogiques exposant l'histoire et la technique de la fabrication de la monnaie en France depuis son origine.

Le musée est rattaché à l'institution qui fabrique la monnaie en France, la Monnaie de Paris. Il est situé dans l'hôtel de la Monnaie, 11 quai de Conti à Paris.

À la suite du lancement du projet « MétaLmorphose » qui a transformé le site, le musée a fermé ses portes entre juillet 2010 et septembre 2017.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier musée : 1833[modifier | modifier le code]

Statère de Philippe II de Macédoine, Coll.historiques de la Monnaie de Paris

Créé en 1833 par Jean-Baptiste Henry Collin de Sussy , le musée a été inauguré par Louis-Philippe Ier le 8 novembre 1833 [1]. Il eut pour conservateur Fernand Mazerolle (1868-1941) [2].

Le deuxième musée : 1991[modifier | modifier le code]

Une nouvelle muséographie est présentée à partir de 1991, conçue par Katherine Gruel, pour la partie Antique, Jean Belaubre, pour la partie médiévale et Bruno Collin pour les parties moderne et contemporaine.

Tous trois ont signé plusieurs volumes du catalogue des collections du musée.

Il a fermé ses portes le 31 juillet 2010, avec un projet de travaux pour une durée de deux ans[3].

Le troisième musée : 2017[modifier | modifier le code]

Après sept ans de réflexion, de choix, de travaux, le musée de la Monnaie rouvre le 30 septembre 2017[4]. Avec près de 1800 objets présentés sur 1200 m², le nouveau musée expose quelques unes des pièces maîtresses de la collection de la Monnaie de Paris comme une créseide d'or antique, couronne d'or de Philippe VI (monnaie capétienne), une pièce de 10 louis d'or, un mètre étalon en platine, un ōban d'or, une collection de poids Akan, le trésor de Hué, etc.

Labellisé musée de France, le musée est doté d'un conservateur du patrimoine et de trois chargés de conservation dont les missions s'étendent au-delà des seuls espaces ouverts au public : gestion et régie des réserves, inventaire, récolement, restauration, études scientifiques, collaborations avec d'autres institutions[réf. nécessaire].

Double louis d'or, Paris, 1640 (collections historiques de la Monnaie de Paris)

Collections[modifier | modifier le code]

Les fonds[modifier | modifier le code]

Le musée est riche d'un fonds de près de 200 000 objets dont le récolement est en cours. Près de 70 000 médailles, 40 000 monnaies, 18 000 monnaies papier, 5 000 outils constituent l'essentiel du fond. Le reste est constitué d'objets scientifiques et métrologiques, d'objets d'art, de tableaux et de plans.

L'essentiel des archives historiques, 13 020 volumes imprimés, 98 400 publications, 1 454 volumes manuscrits, 18 227 dossiers en liasses qui constituaient le fonds de l'institution, a été reversé au service des Archives économiques et financières du ministère des Finances pour des raisons de conservation préventive.

L'exposition[modifier | modifier le code]

Une première salle présente les matières premières utilisées de l'antiquité à nos jours dans les domaines monétaires, médaillistiques et métrologiques. Le mètre étalon en platine et son homologue le kilogramme étalon sont ainsi, pour la première fois, présentés ensemble au public. Platine, or, argent, mais aussi fer, zinc, étain, nickel sont présentés au moyen d'objets historiques et de minerais.

Les minerais exposés sont un écho au Laboratoire des Essais installé dès l'inauguration de l'Hôtel des Monnaies du Quai Conti en 1775. Ils y furent étudiés à partir de 1783 dans l'École Royale des Mines, établie lors de sa création dans le Salon d'honneur de l'hôtel par le chimiste Balthazar Georges Sage. Un tableau périodique des éléments interactif y est présenté, pour souligner le rôle prépondérant de la physique et de la chimie dans la fabrication de la monnaie métallique comme de la monnaie fiduciaire.

Les fabrications de monnaies, de médailles, de fontes d'art et de bijoux, sont expliquées dans la salle suivante (qui abrita au XXe siècle le hall des laminoirs). La gravure y est expliquée sous tous ses aspects, anciens et modernes : taille directe, modelage, réduction, électro-érosion, dessin assisté par ordinateur, gravure laser. La frappe est ensuite expliquée, depuis l'époque dite "au marteau" jusqu'à l'ère "de la presse" en passant par l'emblématique période du balancier, dont plusieurs exemples des XVIIIe et XIXe siècles sont présentés. Des coins monétaires au marteau, des poinçons du XVIIIe siècle, et deux pièces de 10 louis d'or sont notamment exposés dans cette salle.

Au niveau inférieur, dans l'ancien hall du Grand Monnayage, une allégorie de la Fortune restaurée pour la réouverture du musée est exposée. L'histoire de l'hôtel, de la fabrication des monnaies françaises et de la lutte contre la contrefaçon est présentée dans ces salles.

Les fonctions et usages de la monnaie sont évoqués dans les salles suivantes : objets régalien, d'échange, de compte, de thésaurisation, etc. Il y est exposé des monnaies traditionnelles : pagnes, cauris, briques de thé, guinzés, mitako (barrettes de cuivre), etc.

Une salle est dévolue à la numismatique.

La dernière salle est la salle des trésors où sont notamment expliqués ceux de la rue Mouffetard (Paris) et de Hué (Vietnam).

Des objets hétéroclites font également partie des collections, comme la Vénus au violoncelle en or massif d’Arman, l’Ultime franc de Philippe Stark et le Portrait de Nicolas Delaunay par Hyacinthe Rigaud[réf. nécessaire].

Trésor du Slot Ter Hooge, XVIIème siècles (collections historiques de la Monnaie de Paris)

Accès[modifier | modifier le code]

Le musée est desservi par les stations de métro des lignes (M)(7) Pont Neuf et (M)(4) Saint-Michel et (M)(4)(10) Odéon, par plusieurs lignes de bus RATP (BUS) RATP 58 70 24 27, ainsi que par les RER (RER)(A) Châtelet - Les Halles et (RER)(B)(C) Saint-Michel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Barbier Collin de Sussy, Horizons d'Argonne (no 84) 2007
  2. Fernand Mazerolle par P. Le Gentilhomme, Bibliothèque de l'école des chartes, année 1943, volume 104, numéro 1 pp. 390-392 [1]
  3. [2] Information Presse de la monnaie de Paris.
  4. « Ouverture du Musée du 11 Conti de la Monnaie de Paris ! », sortiraparis.com, 16 août 2017.