Madame Verdurin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Madame Verdurin est un personnage du principal roman de Marcel Proust, À la recherche du temps perdu.

Description[modifier | modifier le code]

Son salon, situé quai de Conti à Paris, est l’un des plus décrits dans À la recherche du temps perdu. Il apparaît dès les premières pages de Du côté de chez Swann. Elle tente de rassembler autour d’elle un groupe de « fidèles » auxquels elle veut imposer, avec leur consentement, ses goûts artistiques, par exemple le peintre Elstir à une époque, mais dont elle veut aussi diriger la vie sentimentale, ce qu’elle fait d'Odette et de Swann, s’efforçant de les rapprocher, avant de travailler à les séparer quand elle comprend que Swann fréquente des gens très supérieurs à elle sur le plan mondain.

Madame Verdurin n’ose plus rire parce qu'une fois, sa mâchoire s’est décrochée. Depuis que le docteur Cottard la lui a remise en place, elle l’appelle « Docteur Dieu ».

Madame Verdurin est l'archétype de la moyenne bourgeoisie parisienne, stupide, prétentieuse et malveillante (cf. ses minauderies, grimaces et remarques incultes, tout au long du roman de Proust).

Monsieur Verdurin est tout au service des ambitions de sa femme.

Madame Verdurin finit par trouver en la princesse Sherbatoff la fidèle idéale, avec laquelle elle voudrait même être enterrée.

À la fin du roman, Madame Verdurin épouse le prince de Guermantes, devenu veuf.

Le petit milieu Verdurin caricature une évolution du public de l'art. Ce ne sont plus les aristocratiques Guermantes que le narrateur raille en gardant quelque respect pour leur naturel et leur dignité, mais une bourgeoisie ignorante et superficielle, monde mêlé et disparate où Swann peut rencontrer une demi-mondaine comme Odette de Crécy. C'est l'émergence du milieu artiste parisien moderne, consacré à la fin par le mariage Verdurin-Guermantes, qui affecte le langage cru des rapins sans avoir leur talent. Mme Verdurin lance des peintres, elle applaudit les ballets russes. Ce sont de telles gens qui se laisseront « épater » par l'urinoir de Duchamp (1917, la Recherche est écrite entre 1909 et 1922) et par tout ce qui surprend.

Modèles possibles[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

Madame Verdurin est interprétée par :

Monsieur Verdurin est interprété par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laure Hillerin, La comtesse Greffulhe, L'ombre des Guermantes, Flammarion,‎ , 562 p., p. 435 et 444-446

Bibliographie[modifier | modifier le code]