Statue de Masséna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Statue de Masséna
Statue massena nice.jpg
Présentation
Type
Créateur
Matériau
Construction
Inauguration
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Square Général-LeclercVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Alpes-Maritimes
voir sur la carte des Alpes-Maritimes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nice
voir sur la carte de Nice
Red pog.svg

La statue du maréchal André Masséna, à Nice, a été inaugurée en 1869[1]. Elle est l'œuvre du sculpteur Albert-Ernest Carrier-Belleuse, et se trouve dans le square Général-Leclerc, sur la partie la plus anciennement couverte du Paillon (1866-1868)[1].

Description et historique[modifier | modifier le code]

À la suite d’un concours ouvert au ministère des Beaux-Arts, l’exécution de la statue est confiée à Albert-Ernest Carrier-Belleuse. La statue en bronze, réalisée en 1867 par Thiébaut fondeur, représente le maréchal lors de la bataille d’Essling, sur le Danube. Masséna est debout, tête nue, en grand uniforme de maréchal de France en campagne et pose le pied droit sur un canon jeté à terre. Il fait un geste impératif de la main droite et serre de la main gauche la poignée de son sabre, qui est dans son fourreau. Sur le socle de la statue est gravée « Essling ». Sur la face avant du piédestal, une statue en bronze représente une jeune femme, torse nu, personnifiant la Victoire ou peut-être l’Histoire. Elle tient un sabre de la main gauche et grave de la main droite le nom de Masséna sur un médaillon. Sur la face gauche, un bas-relief en bronze représente Masséna à cheval lors de la bataille de Zurich. Sur la face droite, un second bas-relief représente le maréchal lors du siège de Gênes. Entouré de ses officiers, debout devant une table, il dicte les conditions qu’il pose à la reddition de la ville. La statue est placée au centre d’un nouveau square construit sur le Paillon, entre la vieille ville et les nouveaux quartiers. Un emplacement sur la place Masséna, un moment envisagé, a été abandonné car la statue aurait tourné le dos à la vieille ville.

La statue a été inaugurée le 15 août, jour de la Saint-Napoléon, fête « nationale » du Second Empire, en 1869, année du centenaire de la naissance de Napoléon Ier. Les discours ont été prononcés par André Reille, petit-fils de Masséna, François Malausséna, maire de Nice et Victor Masséna, député des Alpes-Maritimes et petit-fils du maréchal, en présence du préfet Denis Gavini.

Le monument proclame l'attachement de Nice à la France et au Second Empire. Il a été inscrit aux monuments historique en 2009[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marguerite et Roger Isnard, Sus lu barri, p. 146
  2. Notice no PA06000034, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Potron, « La statue du maréchal Masséna à Nice, une affaire d'Etat » dans Nice Historique, 2008, n° 2, p. 137-155.
  • Courrière Henri, « L’identité politique de Nice. Mémoire et monuments publics de 1860 à 1914 », in Pellegrinetti Jean-Paul (dir.), La Méditerranée en passion. Mélanges d’histoire contemporaine offerts à Ralph Schor, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 497-520.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]