Casino municipal de Nice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Casino municipal de Nice
Flickr - …trialsanderrors - Place Masséna, Nice, France, ca. 1895.jpg
La place Masséna et à droite le Casino municipal vers 1890
Présentation
Type
Casino et salles de spectacle
Architecte
Omer Lazard, Vincent-Dieudé Defly, Labrousse, Édouard-Jean Niermans, A. et G. Messiah, Gervais
Construction
1884[2] et 1939
Propriétaire
Ville de Nice
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Alpes-Maritimes
voir sur la carte des Alpes-Maritimes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nice
voir sur la carte de Nice
Red pog.svg

Immortalisé par d'innombrables cartes postales, le Casino municipal de Nice était un célèbre complexe de divertissements avec cercle et salles de jeux, glacier, restaurant, grand hall et salles de spectacle qui se trouvait à Nice, place Masséna. Construit entre 1882 et 1884 sur le Paillon, il fut transformé entre 1939 et 1940 puis démoli en 1979.

La construction[modifier | modifier le code]

Le casino entre 1890 et 1900 vu depuis le jardin public

Le bâtiment a été réalisé à l'initiative du promoteur Omer Lazard. Celui-ci se proposait de réaliser à ses frais un projet auquel tenait beaucoup la municipalité : couvrir le torrent du Paillon, qui traverse Nice, de la place Masséna à son débouché à la mer. En contrepartie de cet énorme investissement financier, Lazard demandait à pouvoir édifier sur la couverture ainsi réalisée un complexe de divertissements avec un casino. Selon traité de 1879, la municipalité l'autorisa à réaliser ce projet, implanté sur le domaine public. Elle lui accorda, en contrepartie de son investissement, un droit d'exploitation du bâtiment pour une durée de quatre-vingts ans en s'interdisant de conférer une concession similaire. Les travaux de couverture du Paillon s'accomplirent entre 1879 et 1882. La construction du Casino municipal fut achevée début 1884. Le bâtiment donnait sur la place Masséna. Il était prolongé à l'arrière par une immense verrière ou hall contenant un jardin d'hiver. Il comportait à l'extérieur, des arcades côté place Masséna, et une allée de portiques côté avenue Félix-Faure. L'inauguration eut lieu le 6 février 1884. Le théâtre du Casino municipal a été construit par Édouard-Jean Niermans et décoré par Paul Gervais et Vincent Lorant-Heilbronn (1874-1912). On doit à l'architecte Labrousse la décoration de la salle de baccara et à Niermans celle des nouveaux salons du Grand Cercle. Le hall est l'œuvre du cabinet d'architectes niçois A. et G. Messiah[3].

Les jeux[modifier | modifier le code]

On jouait au Casino municipal à la boule, au baccara, au trente et quarante et à la roulette. À l'origine, les jeux se déroulaient à l'étage, dans les salons du Grand Cercle, accessibles uniquement sur présentation d'une carte d'abonnement. Avec la loi de 1907 autorisant les jeux à tout venant, les jeux se développèrent. On installa des salles de boule au rez-de-chaussée. L'autorisation de pratiquer les jeux était accordée annuellement par le ministère de l'Intérieur après enquête publique et avis de la municipalité[3].

Les spectacles[modifier | modifier le code]

On donna de mémorables banquets au Casino municipal en l'honneur de plusieurs présidents de la République française dont Armand Fallières et Émile Loubet. Le Casino municipal organisait de très nombreux spectacles : théâtre, récitals, concerts (création de La Vida breve de Manuel de Falla en avril 1913), music-hall, cinéma. Les plus grands artistes s'y produisirent. Parfois, quatre scènes étaient ouvertes en même temps. L'établissement disposait d'un orchestre permanent. Après guerre, il connut les débuts du festival du jazz en 1948 avec Louis Armstrong et Django Reinhardt. Il est à signaler que l'autorisation des jeux était conditionnée par l'effort artistique de l'établissement. À plusieurs reprises, la direction du Casino municipal se plaignit auprès de la ville de l'insuffisance de spectacles proposés par les autres établissements de jeux niçois en suggérant d'émettre un avis défavorable au renouvellement de leur agrément[3].

Les concurrents[modifier | modifier le code]

Les principaux concurrents du Casino municipal furent le Palais de la Jetée-Promenade et son casino et, à partir de 1929, le Palais de la Méditerranée. L'ouverture de cet établissement coïncida avec une importante baisse de recettes du Casino municipal[3].

Les dirigeants[modifier | modifier le code]

Le Casino municipal fut exploité par la Société fermière des casinos de Nice. Durant plusieurs décennies, elle fut dirigée par Pierre Ducis. Après la Seconde Guerre mondiale, ce fut son fils, Pierre-Jean Ducis, qui reprit la direction de l'établissement.

La transformation du Casino municipal[modifier | modifier le code]

Le casino en 1905 vu depuis la place Masséna

En 1906, les salons et la salle de théâtre furent redécorés par l'architecte Edouard-Jean Niermans.

L'aspect extérieur du bâtiment d'origine fut profondément transformé en 1939/1940. On transforma l'édifice pour mieux l'insérer architecturalement dans son environnement de style turinois. On le dépouilla de sa toiture grise et on l'affubla de balustres et d'une façade peinte en rose pour le mettre en harmonie avec les bâtiments plus anciens composant la place Masséna réalisés à l'initiative du Consiglio d'Ornato et de l'architecte Joseph Vernier.

Le Casino municipal et la guerre[modifier | modifier le code]

Le bâtiment servit de garde-meubles des évacués durant la Seconde Guerre mondiale[3]. En novembre 1942, les premiers soldats italiens, prenant le bâtiment du casino pour la Mairie, capturèrent le portier en uniforme galonné, exigeant de voir le maire. Le malentendu burlesque fit la joie des Niçois. Après la libération de Nice, c'est du balcon du Grand Cercle du Casino municipal que le général de Gaulle s'adressa en 1945 à la population niçoise.

La fin du Casino municipal[modifier | modifier le code]

La concession de quatre-vingts ans accordée à l'exploitant vint à expiration en 1964. La société gérante remit à la disposition de la municipalité l'exploitation du hall et du théâtre. Les jeux cessèrent en octobre 1969[3]. Le bâtiment fut rasé en juin 1979 sous le mandat du maire Jacques Médecin qui envisageait de réaliser à la place un palais des congrès, finalement construit au-delà du pont Barla sous le nom d'Acropolis. L'assiette de l'ancien Casino municipal, transformée en jardins et jets d'eaux, porte aujourd'hui le nom de « Forum Jacques Médecin »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Coordonnées trouvées sur Google Maps
  2. Nice : Lou Sourgentin mise sur le Casino municipal sur nicerendezvous.com, . Consulté le 3 novembre 2010.
  3. a, b, c, d, e et f Y. Brugière, Les anciens casinos niçois et leurs jetons de jeu, un siècle d'histoire (1879-1979), numéro hors série des Annales du Cercle numismatique de Nice, 2011
  4. Ce qui a suscité un certain nombre de controverses.