Gemma Frisius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gemma Frisius
Description de cette image, également commentée ci-après
Gemma Frisius peint par Maarten van Heemskerck
Naissance
Dokkum, Frise
Décès (à 46 ans)
Louvain, Pays-Bas espagnols
Nationalité Néerlandais
Pays de résidence Pays-Bas espagnols
Profession
Mathématicien, cartographe
Activité principale
Cartographe
Gemma Frisius, gravure sur bois

Gemma Frisius, né Jemme Reinerszoon[1], est un cartographe et mathématicien né à Dokkum (Frise) le , mort à Louvain le (à 46 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Gemma Frisius enfant est un orphelin paralysé des jambes.

Il étudie d'abord à Groningue, puis est envoyé à la Pédagogie du Lys à Louvain. Il devient maître ès arts en 1528, puis s'inscrit au Collegium Trilingue.

Il enseigne à partir des environs de l'année 1529 les mathématiques puis la médecine. Il est médecin mais s'intéresse bien davantage à la cosmologie.

Sa première œuvre est une révision du livre de cosmographie de Peter Apian ; elle attire l'attention de Jan Dantyszek.

Son traité De locorum describendorum ratione est important dans l'histoire de la géodésie, car il contient le plus ancien exposé des principes de la triangulation et une méthode de détermination des longitudes. Ses contributions scientifiques ont une grande place dans le domaine de la cartographie pratique. On lui attribue également une partie des calculs qui aideront à la confection de l'horloge-astrolabe de la cathédrale Notre-Dame de Saint-Omer.

Infirme, il s'est très probablement associé à Jacob van Deventer, ce dernier faisant les relevés sur le terrain selon ses méthodes[2].

Il ouvre un atelier dédiée à la cartographie et travaille avec les graveurs Van der Heyden et Bollaert ou Graphius d'Anvers. Tycho Brahe et Kepler loueront la précision des instruments fabriqués par lui. Gemma Frisius est également un des premiers vulgarisateurs de la cosmologie.

Son œuvre en a fait le chef de l'école géographique néerlandaise[3], dont son élève Gerardus Mercator a été le plus brillant représentant. Trois autres de ses élèves deviendront célèbres : André Vésale en anatomie, Rembert Dodoens en botanique et Johannes Stadius en astronomie.

Un globe de 1536 de Gemma Frisius dépeint une zone dans le cercle polaire arctique, au nord d'un détroit séparant la « Terra Corterealis » et la « Baccalearum Regio » d'une projection vers l'ouest de « Groélãdia » (Groenland). Sur cette zone du globe figure l'inscription en latin:

« Quij populi ad quos Ioés Scoluus danus peruenit circa annum 1476[4] »

— Ici les gens parmi qui, Joés Scoluus, un Danois, a pénétré vers l'année 1476

Cette inscription pourait être une preuve de la légende concernant Jean Scolvus et son équipage qui aurait atteint les côtes de l'Amérique presque deux décennies avant Christophe Colomb.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le cratère lunaire Gemma Frisius a été nommé en son honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Aritmetica prattica facilissima, 1567

Sauf mention contraire, les ouvrages sont en latin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est appelé Jemme Reinersz dans l'édition de 1533 de Cosmographia de Peter Apian.
  2. Eliane de Wilde, « Le peintre et l'arpenteur — image de Bruxelles et de l'ancien Duché de Brabant », Renaissance du Livre, Bruxelles, 2000.
  3. Voir nos catégories Cartographe flamand et Cartographe néerlandais
  4. Encyclopedia of Newfoundland and Labrador vol. 5, p. 107-108, (ISBN 0-9693422-1-7).
  5. Il y a, en plus de la traduction française, des traductions en néerlandais (Cosmographie, oft Beschrijvinghe der gheheelder werelt van Petrus Apianus, derdewerf gecorrigeert van Gemma Frisio, 1561, sur e-rara) et en espagnol.

Liens externes[modifier | modifier le code]