Musée des Offices

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée des Offices
Uffizi Hallway.jpg

Vue de la galerie des sculptures menant aux salles latérales exposant les œuvres

Informations générales
Type
Musée national
Ouverture
1765
Surface
12 000 m² (6 000 m² avant les travaux)
Visiteurs par an
1 875 785 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Genre
Peinture, sculpture
Provenance
legs grand-ducal et Contini Bonacossi, acquisitions récentes
Époque
Duecento, Trecento, Quattrocento, Renaissances italienne, flamande, espagnole
Bâtiment
Article dédié
Architectes
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Florence

(Voir situation sur carte : Florence)
Point carte.svg

Le musée des Offices est un des musées de Florence. Il est installé dans le palais florentin dit « galerie des Offices ».

Il conserve et expose l'un des patrimoines artistiques les plus anciens et les plus célèbres au monde. Ouvert au public depuis 1765, le musée des Offices déploie, sur 12 000 m2, la plus belle collection au monde de peintures italiennes et des œuvres de nombreux grands maîtres européens, d’Albrecht Dürer à Francisco de Goya.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette galerie de bureaux de l'administration grand-ducale née de l'initiative de Cosme le jeune (1519-1574), premier grand-duc de Toscane, fut dessinée par Giorgio Vasari pour la conduite de l'État. François Ier, fils de Cosme, transforma en musée la galerie supérieure des Offices, en 1581. L'importance des collections amassées par les Médicis exigeait des locaux adaptés, et les regrouper près du Palais, au cœur de la ville, était significatif.

Le piazzale des Offices au milieu des ailes de la galerie des Offices.

La Tribune des Offices est l'une des pièces qui servaient pour l'exposition des œuvres d'art de la collection Médicis, avant la destination de la galerie entière comme musée.

En 1737 la branche des Médicis s'éteint, et la Toscane passe aux Lorraine, alliés aux Habsbourg d'Autriche. C'est alors qu'est signée la fameuse convention par la dernière survivante de la famille des Médicis, l'Electrice Anne-Marie-Louise : dans son testament de 1743, celle-ci prévoyait, pour les trésors artistiques, que « les œuvres d'art lui appartenant devront être conservées, toutes et toujours, dans la ville de Florence ». Cela a permis de maintenir toutes les collections dans la ville, qui ne couraient donc plus le risque d'être aliénées ou transférées de Florence à Vienne. Elles constituaient ainsi à tout jamais le patrimoine de la ville. La famille des Lorraine s'appliquera elle aussi à enrichir le patrimoine artistique de la ville, celui des Offices et de leur palais Pitti en particulier. Ils procéderont au classement des œuvres, et un inventaire nous dit que la Galerie comptait déjà, en 1779, « 90 statues et 70 bustes antiques, 1100 tableaux, 162 albums de dessins, 4000 pierres précieuses, 14 000 monnaies antiques », sans oublier les bronzes, miniatures, céramiques, épigraphes romaines et objets étrusques.

En 1796, le général Bonaparte, lors de son passage à Florence, vit les Offices dans tout leur éclat : le caractère public qu'ils revêtaient, l'importance capitale qu'ils avaient pour la ville, les sauvèrent des réquisitions françaises, qui privèrent, au contraire, le Palais Pitti, propriété royale, de bon nombre d'œuvres. Seule, la Vénus de Médicis fut transportée au Louvre (elle reviendra aux Offices sous la Restauration). Suite à l'unité italienne, les sculptures de la Renaissance et les arts mineurs allèrent au Bargello (1864).

Les attentats mafieux de mai 1993, à la dynamite, contre la galerie des Offices de Florence (rue Georgofili, le 27 mai 1993) et le Musée d'art contemporain de Milan, font une dizaine de morts (dont cinq aux Offices[1] et 29 blessés) ; outre des dégâts importants aux collections des Offices (plusieurs tableaux[1] détruits dont l'Adoration des pasteurs de Gerrit van Honthorst, 173 œuvres endommagées et 50 sculptures ont dû être restaurées), l'événement arrêta les travaux d'agrandissement et l'accès à la galerie.

En raison de la grande taille de ses collections, le musée a transféré certaines de ses œuvres à d'autres musées de la ville. Un projet d'expansion, en cours de finalisation, vise à étendre l'espace dédié aux expositions de 6 000 à 13 000 m2, ce qui devrait permettre l'accès du public à de nombreuses peintures longtemps restées dans les réserves.

Gestion institutionnelle[modifier | modifier le code]

Depuis une réorganisation des musées italiens en 2014, le musée des Offices est géré par une institution culturelle d’importance nationale[2] dénommé Gallerie degli Uffizi, c’est-à-dire « galeries (ou musées) des Offices » au pluriel. Cette institution gère[3] :

  • les « Offices » (Uffizi) : Galerie des statues et des peintures (Galleria delle Statue e delle Pitture), Cabinet des dessins et des estampes (Gabinetto dei Disegni e delle Stampe) ;
  • les musées du palais Pitti ;
  • les jardins de Boboli.

L’institution organise des visites spéciales d’espaces de la Galerie des Offices habituellement non ouverts au public, tels que le corridor de Vasari et la collection Contini-Bonacossi[4].

Salles[modifier | modifier le code]

L'organisation des salles a été modifiée de manière importante au cours des années 2010, avec l'ouverture de nouveaux espaces d'exposition au premier étage, ce réaménagement étant partiellement pris en compte dans la présentation qui suit[5]. Le parcours commence au deuxième étage dans les ailes est et ouest et se poursuit au premier étage.

Deuxième étage[modifier | modifier le code]

Le parcours au deuxième étage s'achève à la cafétéria qui s'ouvre sur une terrasse située au-dessus de la loggia des Lanzi.

Premier étage[modifier | modifier le code]

Au premier étage, le parcours suit l'aile ouest puis l'aile est.

Cabinet des Dessins et des Estampes[modifier | modifier le code]

Le fonds du Cabinet des Dessins et des Estampes est l'un des plus importants du monde et compte plus de 150 000 œuvres. Il remonte au XVIIe siècle et aux 12 000 feuillets légués par le cardinal Léopold de Médicis. De nombreuses écoles sont présentes, du XIVe siècle à nos jours, mais les maîtres toscans des XVIe et XVIIe siècles sont particulièrement bien représentés. On y trouve notamment des chefs d'œuvre de Léonard de Vinci, Michel-Ange, Pontormo, Bronzino ou encore Andrea Del Sarto.

Collections[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des peintres exposés[modifier | modifier le code]

Peinture italienne[modifier | modifier le code]

Écoles étrangères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin européen, p. 19
  2. En italien « istituto culturale di rilevanza nazionale » ((it) Chi siamo, site officiel).
  3. [PDF] (it)Decreto Direttoriale n. 5/2016
  4. (it)Visite speciali (site officiel)
  5. Voir le plan des salles sur (it)Come muoversi nel museo (site non officiel uffizi.org, consulté le 31 décembre 2017).
  6. (en) Elisabetta Povoledo, « An Updated Uffizi Is Unveiled », sur nytimes.com, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]