Pagny-la-Blanche-Côte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagny.

Pagny-la-Blanche-Côte
Pagny-la-Blanche-Côte
Vue du village depuis la Tête des Rousseaux.
Blason de Pagny-la-Blanche-Côte
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Vaucouleurs
Intercommunalité Communauté de communes du Val des Couleurs
Maire
Mandat
Daniel Rouvenach
2014-2020
Code postal 55140
Code commune 55397
Démographie
Gentilé Blancôtois
Population
municipale
240 hab. (2016 en diminution de 3,23 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 30″ nord, 5° 43′ 19″ est
Altitude Min. 257 m
Max. 392 m
Superficie 12,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Pagny-la-Blanche-Côte

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Pagny-la-Blanche-Côte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pagny-la-Blanche-Côte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pagny-la-Blanche-Côte

Pagny-la-Blanche-Côte est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Blancôtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village et la vallée de la Meuse vus depuis le sommet de la côte.

Une côte en forme d'arc-de-cercle surplombe le village. Les éboulis de couleur blanche présents sur celle-ci sont dus au sol calcaire de la région et sont très probablement à l'origine du nom du village. Cette formation géologique est un éboulis mobile périglaciaire : l'érosion continue du pied de la côte par la rivière de Chêtre, affluent de la Meuse, entraînant des éboulis, empêchait autrefois la végétation de se fixer sur la pente. Cette érosion a cessé depuis qu'une route a été construite entre la côte et la rivière. La pente est donc progressivement colonisée par des végétaux.

Pagny est desservie par deux routes départementales :

La D 32 rejoint la D 964 à environ 3 km au sud-ouest du village. Cette dernière dessert Domrémy-la-Pucelle ainsi que Neufchâteau.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il semblerait que le village soit mentionné pour la première fois en 627[1] sous le nom de Paterniacum, un hameau gaulois. Il devient par la suite Panei, puis Pagny-sur-Meuse et enfin Pagny-la-Blanche-Côte à la Révolution.

En patois, le nom du village se dit Pagnè-la-Bianche-Coûte, et les habitants, les Blancôtois, sont surnommés les Sachots d'poîes, que l'on pourrait traduire par Sachets de poux ou Sacs de puces.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a appartenu au diocèse de Toul.

En 1630, durant la guerre de Trente Ans, il est en grande partie incendié par les Suédois.

Pagny est desservi par le chemin de fer en 1870. La France est alors en guerre contre l'Allemagne et la Prusse. Le premier train à emprunter la ligne est d'ailleurs un convoi de fantassins prussiens. Elle est petit à petit délaissée puis entièrement désaffectée en 1970, laissant pour seul vestige la maison du garde-barrière, qui finit par être démolie en 2005.

Le 31 décembre 1916, le 2e Groupe du 29e régiment d'artillerie arrive dans le village. Le journal de marche et des opérations du régiment stipule pour la journée du 1er janvier 1917 : « installation facilitée par l’amabilité des habitants. »

L'électricité arrive en 1912, et la TSF à partir de 1925 dans une poignée de maisons. Cette dernière, moyen le plus rapide de suivre l'actualité à l'époque, n'est adoptée plus largement qu'à partir des années 1940, lors de la Seconde Guerre mondiale.

Dans les années 1930, un habitant du village crée une petite laiterie. Celle-ci change de propriétaire en 1941 puis connaît une grande expansion dans les années 1950, qui se traduit par une augmentation significative de la population du village. Forte de son succès, elle déménage vers 1980 à Sorcy-Saint-Martin. Actuellement[Quand ?], un projet d'aménagement de cette friche industrielle est acté et les autorités compétentes y travaillent.

La fête patronale de Saint Grégoire le Grand était autrefois fêtée le 12 mars. Aujourd'hui, elle subsiste toujours mais a lieu le premier dimanche de mai avec une animation sur la place de la fête.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours Daniel Rouvenach    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 240 habitants[Note 1], en diminution de 3,23 % par rapport à 2011 (Meuse : -2,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
831768798654722733732684674
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
663608603623560660591513492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
572545532386325286290236268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
360372300237201222248248240
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Grégoire-le-Grand.
  • Un moulin à eau est construit en 1550, mais est détruit vers 1960. Le lieu-dit le Moulin a depuis beaucoup participé à la vie de la commune.
  • Le fort de Pagny est construit vers 1880 et fait partie du système de fortification mis en place par l'architecte Séré de Rivières. Malgré son nom, il est situé sur le territoire de la commune limitrophe d'Uruffe. En 1920, il est acheté par un particulier, mais réquisitionné par les Allemands pendant quatre ans lors de la Seconde Guerre mondiale. Ils le transforment en ferme et font venir des ouvriers polonais afin d'y cultiver notamment la pomme de terre. Le fort n'est aujourd'hui plus accessible, car acheté par un particulier dans les années 1995-2000. Sur le territoire du village se trouve une seconde fortification : la batterie de Pagny, qui n'est plus accessible non plus, car également rachetée par un particulier en 2008.
  • Un beau lavoir d'hiver en forme de demi-cercle, connu comme étant le plus beau des environs, fait la fierté des habitants de la commune jusque vers 1960. Il est alors détruit dans le but de créer une nouvelle route, et ce malgré un désaccord total de la population. Le lavoir d'été, sur le bord du canal, est toujours intact mais noyé une grande partie de l'année.
  • Au cœur du village qu'elle surplombe, l'église Saint-Grégoire-le-Grand a été bâtie au XVe siècle dans un style gothique encore très perceptible. L'église possède trois nefs. Remaniée partiellement à diverses périodes, on distingue ainsi le chœur (restauré en 1897), une travée datée de 1535 et une reprise des voûtes en 1644. En 2010, l'Association Saint Grégoire le Grand a été créée pour œuvrer à sa restauration. Le projet est déjà bien avancé grâce au travail hebdomadaire d'une équipe de bénévoles. Ce travail important a été possible avec les aides financières des adhérents, des généreux donateurs et des différents partenaires dont la municipalité.
  • La chapelle Sainte-Anne est ajoutée en 1886.
  • Monument aux morts.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pagny-la-Blanche-Côte Blason Coupé bastionné de deux pièces d'azur à la marmotte d'argent accostée de deux croisettes d'or et d'argent au tourteau d'azur chargé d'une flamme d'or.
Détails
Blason composé par R.A. Louis avec les conseils de la Commission héraldique de l'UCGL et mis à disposition de la commune en 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Barbier, 20 villages en Meuse - Le canton de Vaucouleurs, 1987

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]