Sauvoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sauvoy
Sauvoy
Tunnel de la ligne de chemin de fer désaffectée de Sorcy à Montier-en-Der.
Blason de Sauvoy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Intercommunalité Communauté de communes de Commercy - Void - Vaucouleurs
Maire
Mandat
Michelle Thiriet
2020-2026
Code postal 55190
Code commune 55475
Démographie
Population
municipale
61 hab. (2018 en diminution de 4,69 % par rapport à 2013)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 17″ nord, 5° 36′ 16″ est
Altitude 275 m
Min. 252 m
Max. 363 m
Superficie 7,82 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vaucouleurs
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Sauvoy
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Sauvoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sauvoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sauvoy

Sauvoy est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sauvoy est une commune rurale meusienne, située dans le sud du département, à une demi-heure de route de Nancy, dans la vallée de la Méholle. Le village est construit le long de la route départementale 10.

La commune est également traversée par le canal de la Marne au Rhin, et par la ligne de chemin de fer Jessains - Sorcy aujourd'hui désaffectée, mais dont il subsiste des tunnels et remblais.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sauvoy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (51,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42 %), terres arables (30,9 %), prairies (13,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (9,8 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Salviaco à l'époque mérovingienne (sans date), puis Sauvoy dès 1402[8].

Il s'agit d'une formation toponymique gallo-romane ou mérovingienne précoce en (i)-acum, suffixe d'origine gauloise marquant la propriété, qui a généralement abouti aux terminaisons -y et -ey dans la région. Le passage de -ey à -oy s'explique vraisemblablement par l'attraction de formes issues du suffixe *-ETU, désignant généralement un ensemble d'arbres, qui a régulièrement donné -oy dans la région[8].

Le premier élément est un anthroponyme latin Salvĭus[8] (porté par un autochtone).

Homonymie avec Saugy et les nombreux Salviac, Sauviac de langue d'oc.

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreuses ruines gallo-romaines (forge, villa, poterie, monnaie) ont été mises au jour dans ce village, car il s'est développé à proximité de l'ancienne route gallo-romaine reliant Toul à Reims.

À l'époque mérovingienne, le village a appartenu au premier roi de France, les monarques l'utilisaient comme rendez-vous de chasse. D'ailleurs Charles II le Chauve invita l'archevêque de Reims Himcar dans son palais de Salviacus (autre nom de Sauvoy).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Michèle Thiriet    
juillet 2005 2008 Pascal Zilliox    
mars 2008 mars 2014 Michelle Thiriet    
mars 2014 mai 2020 Philippe Thiriet    
mai 2020 En cours Michelle Thiriet [9]   Ancienne cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 61 habitants[Note 2], en diminution de 4,69 % par rapport à 2013 (Meuse : −3,51 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
261238222238233229217225239
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
217218206214207195193415177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
168158140133132144152142151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
11410991897668646363
2018 - - - - - - - -
61--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Aubin.
  • Le château de Sauvoy renferme d'innombrables pièces. Au Moyen Âge, il aurait accueilli régulièrement des personnes de la cour du roi, les grandes terres de chasse aux alentours attirant les nobles.
  • Église Saint-Aubin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sauvoy Blason
Tranché d'azur à la tour d'argent maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, et d'or au cor de chasse de gueules posé en bande.
Détails
Création de R.A. Louis avec les conseils de la Commission Héraldique de l'UCGL. Adopté en janvier 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.