Troussey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Meuse
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Meuse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Troussey
La mairie
La mairie
Blason de Troussey
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Vaucouleurs
Intercommunalité Communauté de Communes du canton de Void
Maire
Mandat
Alain Guillaume
2014-2020
Code postal 55190
Code commune 55520
Démographie
Population
municipale
425 hab. (2013)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 12″ Nord, 5° 42′ 08″ Est
Altitude Min. 235 m – Max. 350 m
Superficie 17,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Troussey

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Troussey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Troussey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Troussey

Troussey est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Troussey est un village-rue typique de la vallée de la Meuse, situé entre Void et Pagny-sur-Meuse.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Troussey se trouve au bord de la meuse. La branche nord du canal de l'Est rejoint le canal de la Marne au Rhin à Troussey.

Il existe un barrage sur la Meuse entre Pagny-sur-Meuse et Troussey, qui alimentait une petite centrale hydro-électrique fournissant en électricité les deux villages, devenue par la suite une fabrique de pains de glace[1]. Il y a encore deux autres barrages sur la Meuse, l'un à hauteur du village et l'autre au pont-canal Mazagran, sur lequel coule le canal de la Marne au Rhin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, Dagobert aurait fondé cette localité en 720. Des documents, rédigés par Charles le Gros en 885 et par Charles le Simple en 922, mentionnent son église.

Le trésor de Troussey, enfoui en 304, a été découvert en 1987-1988, dans la zone où se trouvait l'ancien village de Dommartin aujourd'hui disparu sur la voie romaine secondaire entre Sorcy-Saint-Martin et Boucq. Il est constitué de 5860 monnaies romaines d'argent et de bronze contenues dans deux vases.

Avant 1790, Troussey faisait partie du Toulois et était rattaché au diocèse de Toul.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1982 mars 2014 Daniel Laurent SE  
mars 2014 en cours Alain Guillaume    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 425 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
613 606 647 638 709 707 795 674 720
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
675 675 652 602 588 550 565 565 562
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
538 527 501 490 466 385 372 372 400
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
384 360 302 283 318 318 400 407 423
2013 - - - - - - - -
425 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école annexe à la maire

Économie[modifier | modifier le code]

La spécialité du village est la culture de la Pomme de terre. Plusieurs fêtes de la pomme de terre eurent lieu dans le village en 1991, 1993, 1996 et 1999, qui attirèrent une foule très nombreuse à chaque fois. Un habitant a créé un petit musée de la pomme de terre dans son grenier, qu'il est possible de visiter (Ferme Laurent, 32 bis rue du Petit-Bout).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Laurent, de style roman-ogival, transformée en forteresse en 1585, avec des murs percés de meurtrières, est classée aux Monuments Historiques depuis le 20/01/1989[4]. Elle possède deux autels latéraux, l'un dédié à la Vierge Marie au sud, l'autre dédié à saint Nicolas au nord.
  • Derrière l'église une reproduction de la grotte de Massabielle avec un vrai morceau de rocher ramené de Lourdes.
  • Au cimetière la pietà de l'ossuaire.

Mémorials et croix[modifier | modifier le code]

  • Le monument aux morts, qui rappelle le souvenir des soldats qui sont morts à la guerre de 1914-1918. Il est situé près de la mairie. Il est fait en granit. Sur le monument, sont inscrits les noms et prénoms des personnes du village morts pendant la Première Guerre mondiale et même à la Seconde Guerre mondiale (1940-1945). Chaque année, le 11 novembre, est organisée une cérémonie au cours de laquelle les habitants du village rendent hommage à ces poilus morts pour la France.
  • Dans l'église, un monument aux morts paroissial formé de plaques autour d'un calvaire.
  • Sur un mur de la mairie, au coin de la place de l'église, une plaque commémorant l'accueil que des Alsaciens évacués ont trouvés à Troussey en janvier 1945.
  • Plusieurs croix monumentales sculptées en pierre, dont la plus belle est la croix très ouvragée sur la place de l'église.
  • Le pont-canal Mazagran actuellement en service est un ouvrage moderne en béton datant de l'année 1969. Juste à côté, on peut encore voir une travée en forme d'arche du pont-canal en pierre d'origine, le reste ayant été démoli. Celui-ci avait déjà été détruit par la résistance française en 1943 et réparé. Juste à côté se trouve une station de pompage permettant de maintenir le niveau d'eau dans le canal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Troussey Blason D’azur au rameau d'aubépine posé en bande, feuillé d'or, à la fleur d'argent, boutonnée en étoile d'or, chacun des cinq pétales chargé de deux losanges de gueules à dextre, à la tour d’église carrée d’argent maçonnée de sable et essorée de gueules à senestre; au chef ondé de gueules, soutenu d’or chargé d'un feu du même accosté de deux fleurs parmentières [de pomme de terre] d'argent au bouton pentagonal d’or.
Détails Création Robert André Louis. Adopté le 4 novembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. témoignage oral d'un ancien du village
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  4. Base Mérimée