Goussaincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Goussaincourt
Goussaincourt
Blason de Goussaincourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Intercommunalité Communauté de communes de Commercy - Void - Vaucouleurs
Maire
Mandat
Michel Bissinger
2020-2026
Code postal 55140
Code commune 55217
Démographie
Gentilé Goussaincourtois [1]
Population
municipale
113 hab. (2018 en diminution de 5,83 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 09″ nord, 5° 41′ 23″ est
Altitude 285 m
Min. 263 m
Max. 411 m
Superficie 10,33 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Neufchâteau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vaucouleurs
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Goussaincourt
Géolocalisation sur la carte : Meuse
Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Goussaincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Goussaincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Goussaincourt

Goussaincourt est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les villages proches de Goussaincourt sont : Brixey-aux-Chanoines à 2,1 km, Burey-la-Côte à 2,2 km et Sauvigny à 2,4 km.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Goussaincourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Neufchâteau dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 72 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (54,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (38,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (34 %), prairies (15,5 %), forêts (9,2 %), zones agricoles hétérogènes (3,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Goussaincourt se nomment les Goussaincourtois et Goussaincourtoises.

Goussaincour (1327).

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1790, Goussaincourt dépendait de la Champagne pour une partie et du Barrois mouvant pour l'autre. Était rattaché au diocèse de Toul.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Serge Langard    
mars 2008 En cours Michel Bissinger [9]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ancien employé

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2018, la commune comptait 113 habitants[Note 3], en diminution de 5,83 % par rapport à 2013 (Meuse : −3,51 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500482509437454468451434432
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
384385388378321322305318298
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
278290236217191183196200197
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
186174134101120104114116117
2013 2018 - - - - - - -
120113-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église dédiée à saint Gervais et saint Protais. Le chœur du XVe siècle est restauré en 1692, date portée par le curé Jean Royer. L'église paroissiale est reconstruite en 1782, datée par travaux historiques, et bénite le [14].
  • La fontaine Saint-Gervais-et-Saint-Protais située Grande-Rue. Élevée sur la source du ruisseau du village, la fontaine est contemporaine du lavoir construit en 1804. Elle fut restaurée en même temps que celui-ci en 1851, par Thiébaut, architecte à Void-Vacon et Gilbert Bridier, entrepreneur à Mauvages[15].
  • Le lavoir dit la Grande Fontaine construit en 1804 par Jean-François Morisot, architecte à Sorcy, F. Merisot, géomètre, et Jean Massin, entrepreneur à Gondrecourt-le-Château. Il est reconstruit en 1851 par Thiébaut, architecte à Void, et Gilbert Bridier, entrepreneur à Mauvages. Il sert actuellement de salle des fêtes[16].
  • Le monument aux morts.
  • Le château de Goussaincourt inscrit au titre des monuments historiques depuis 2009[17] - Privé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : de gueules au fouet aux lanières plombées d'or posé en barre et d'argent à cinq mouchetures d'hermine 3-2.
Commentaires : le fouet est l'instrument du martyre de Saint Gervais, patron de la paroisse. Les mouchetures d'hermine sont des éléments des armes de Jean d'Anneville, seigneur du lieu.
Armoiries composées par R. A. Louis et adoptées par la commune le 7 avril 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meuse-55
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 30 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 30 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Notice no IA00121025, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Notice no IA00121031, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Notice no IA00121030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Notice no PA55000038, base Mérimée, ministère français de la Culture.