Méligny-le-Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Méligny-le-Grand.
Méligny-le-Petit
La mairie
La mairie
Blason de Méligny-le-Petit
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Commercy
Canton Vaucouleurs
Intercommunalité Communauté de Communes du canton de Void
Maire
Mandat
Christian Bouchot
2014-2020
Code postal 55190
Code commune 55331
Démographie
Gentilé Biquis
Population
municipale
83 hab. (2015 en augmentation de 12,16 % par rapport à 2010)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 37″ nord, 5° 27′ 59″ est
Altitude 296 m
Min. 276 m
Max. 397 m
Superficie 8,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Méligny-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Méligny-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Méligny-le-Petit

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Méligny-le-Petit

Méligny-le-Petit est une commune française située dans le département de la Meuse en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Communes limitrophes de Méligny-le-Petit
Saulvaux Méligny-le-Grand
Méligny-le-Petit Méligny-le-Grand
Marson-sur-Barboure Reffroy Bovée-sur-Barboure

Toponymie[modifier | modifier le code]

Petit village du nom d'un propriétaire terrien, un certain Mélignus cité pour la première fois vers le IXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme tous les autres villages de la Meuse, il a eu des vignes avant qu'elles soient au XXe siècle décimées par le phyloxéra.

Aujourd'hui, le village compte une soixantaine d'habitants (les biquis), quelques fermes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean Hanriquel    
mars 2008 mars 2014 Fabienne Martel    
mars 2014 en cours Christian Bouchot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2015, la commune comptait 83 habitants[Note 1], en augmentation de 12,16 % par rapport à 2010 (Meuse : -1,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
355 240 232 249 264 264 264 258 245
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222 201 202 170 154 161 137 122 126
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
126 115 109 93 80 77 73 71 72
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
69 73 67 73 75 58 63 79 83
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de l'Invention-de-Saint-Étienne possède un chœur est du XIIIe siècle, la nef lui est postérieure et le côté gauche a été ajouté plus tard.
  • Monument aux morts, plaque contre l'église.
  • Croix de chemin sculptées.
  • Parc de 6 éoliennes à la limite avec Marson-sur-Barboure dont la plus haute atteint 121 m. Un autre parc lui fait face sur la commune de Reffroy.
  • Petite fierté du village, ses cinq fontaines, toutes identiques, son lavoir et son gayoir[5], un gué dans le ruisseau pour laver les chevaux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Méligny-le-Petit Blason Tranché de sinople à la tête de chevreau arrachée d'argent, allumée et accornée d'or et d'or au soc de charrue de pourpre ; sur le tout une bande de gueules chargée d'une croix pommetée au pied fiché d'argent accompagnée de deux billettes d'or.
Détails
Le champ de sinople symbolise les prairies et la forêt, le champ d'or évoque les cultures de céréales. La tête de chevreau représente les « biquis », surnom familier des habitants du village. Le soc de charrue souligne la vocation essentiellement agricole de la commune. Il est de pourpre pour rappeler l'importance de la vigne au XIXe siècle. La croix pommetée indique que Meligny dépendait de la principauté de Commercy. Enfin, les billettes représentent les meurtrières de l'église fortifiée.
Ce blason a été composé par Robert Louis et adopté par la commune le 25 janvier 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. Étymologie de gayoir p. 11 (le lieu où on allait égayer, c'est-à-dire laver les chevaux et autre bétail).