Gundolsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gundolsheim
Vue sur Gundolsheim.
Vue sur Gundolsheim.
Blason de Gundolsheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Canton Rouffach
Intercommunalité C.C. du Pays de Rouffach, Vignobles et Châteaux
Maire
Mandat
Didier Violette
2014-2020
Code postal 68250
Code commune 68116
Démographie
Gentilé Gundolsheimois
Population
municipale
741 hab. (2012)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 55′ 50″ N 7° 17′ 39″ E / 47.9305555556, 7.2941666666747° 55′ 50″ Nord 7° 17′ 39″ Est / 47.9305555556, 7.29416666667  
Altitude Min. 206 m – Max. 229 m
Superficie 8,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte administrative du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Gundolsheim

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
City locator 14.svg
Gundolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gundolsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gundolsheim

Gundolsheim est une commune française située dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Gundolsheimois et Gundolsheimoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama de Gundolsheim.

Gundolsheim se situe dans le Haut-Rhin, plus précisément dans la plaine de l'Ill.

Il fait partie de l'arrondissement de Thann-Guebwiller et du canton de Rouffach.

Ce petit village se situe entre Colmar et Mulhouse, aux pieds des collines sous-vosgiennes et d'un vignoble, le Bollenberg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gundolsheim avec, en arrière-plan, le Bollenberg et les Vosges.

Le site, fertile et bordé par la Lauch, est occupé depuis la préhistoire. Gundolsheim est mentionné en 728, sous la dénomination « Cundolteshaim » comme dépendance des ducs d'Alsace. De nombreux établissements religieux y possèdent des biens. Le village relève du Haut-Mundat des princes-évêques de Strasbourg, et la collégiale de Lautenbach y détient une cour colongère depuis le XIIe siècle. Les nobles de Gundolsheim construisent leur château à proximité de l'église tandis que les seigneurs de Heidwiller établissent leur manoir sur les bords de la rivière. Les deux châteaux, ainsi que les remparts du village, ont disparu. En 1465, Gundolsheim devient le point de ralliement des troupes levées en Alsace pour combattre l'armée de Charles le Téméraire. Pendant la guerre de Trente Ans, la population abandonne le village et se réfugie à Rouffach. En 1791, les habitants s'opposent au prêtre constitutionnel installé avec l'intervention de l'armée. Deux ans plus tard, le village subit les assauts des habitants du Florival en raison du refus des paysans de Gundolsheim de livrer leurs céréales au marché de Guebwiller, de peur d'être payés en assignats, refusaient de fournir le marché de Guebwiller en céréales. L'armée appelée en renfort empêche de justesse le massacre des villageois. La guerre de 1870 épargna le village, de même que le premier conflit mondial de 1914-1918. Gundolsheim fut occupé par les Allemands à partir de 1940 et libéré le 5 février 1945, le jour de la Sainte-Agathe, patronne du village.

  • D'où vient le nom de Gundolsheim ?

Des archives citent Cundolteshaim en 728 et Gundolversheim en 817. Le village dont le nom finit par le suffixe Heim a donc été colonisé ou fondé par les Germains. Gundolsheim pourrait être la demeure de Gundolf mais aucun document d'archives ne fait mention de Gundolf.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gundolsheim

Les armes de Gundolsheim se blasonnent ainsi :
« De gueules à un croissant renversé d'or, sommé d'une tête de coq de même. »[1]

La tête de coq provient des armoiries des seigneurs de Gundolsheim.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Didier Violette (réélu en mars 2008 et 2014[2])   ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 741 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 006 675 680 756 836 897 873 853 785
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
784 762 767 732 669 658 656 647 614
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
598 617 606 575 571 573 536 528 490
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
516 461 473 523 563 605 708 711 737
2012 - - - - - - - -
741 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution de la population. Chiffre provisoire pour 2005 : 708.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Agathe de Gundolsheim.
La mairie de Gundolsheim.
Maison à redents se situant en contrebas de l'église.

Le profil du village, ainsi que son clocher roman, témoignent des origines médiévales de Gundolsheim.

L'église Sainte-Agathe[modifier | modifier le code]

La paroisse de Gundolsheim faisait partie de l'évêché de Bâle ; l'église dédiée à sainte Agathe était alors incorporée à la collégiale de Lautenbach.

De nos jours, seul le clocher, daté du XIe siècle, subsiste. Construit en grès rose, il est carré et massif dans sa partie inférieure. Ses meurtrières rappellent que l'ancienne église romane et le cimetière étaient fortifiés. La partie supérieure est octogonale, à deux étages ajourés de fenêtres géminées avec colonnettes à chapiteaux cubiques. La couverture est constituée par une flèche maçonnée d'époque plus récente.

L'église primitive a été détruite vers 1830, afin de permettre la construction d'un nouvel édifice. Seule la tour accolée au mur sud du chœur e été conservée et une nouvelle église, s'inspirant du style néoclassique, a été reconstruite en 1834, sur l'emplacement de la précédente.

Les calvaires et autres monuments de croyances[modifier | modifier le code]

Gundolsheim est aussi caractérisé par sa croyance en Dieu. En effet, le village est parsemé de plusieurs calvaires et pietà.

La mairie[modifier | modifier le code]

À partir de la Révolution, la mairie a été installée dans un petit local, par manque de moyens financiers. Le conseil municipal s'y retrouvait à l'étroit et désire avoir de plus grands locaux. Après de long conflits, la construction d'une mairie-école a été entreprise en 1861. L'architecte a été M. Heilmann.

Les maisons à redents[modifier | modifier le code]

Le village compte aussi deux maisons à redents. Ces deux maisons sont situées dans les environs de l'église. Elles datent du XVIe siècle et certaines rumeurs disent qu'elles ont été faites avec les pierres d'un ancien château qui se situait le long de la Lauch, le Heidwiller.

Événements[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet 2014, Le village se situe sur le parcours de la 10e étape du Tour de France. La dernière fois que Gundolsheim avait figuré au parcours de la Grande Boucle était l'année 1983.

Effervescence à Gundolsheim pendant le Tour de France.

Économie[modifier | modifier le code]

Liste des activités économiques[modifier | modifier le code]

  • Viticulteurs : quelques habitants du village possèdent des vignes aux environs du village.
  • Agriculteurs : une dizaine d'agriculteurs sont présents à Gundolsheim.

Festivités[modifier | modifier le code]

  • Marché aux Puces : deuxième dimanche du mois de juillet (organisé pas le football-club).
  • Repas Asperges : en mai (organisé par le conseil de fabrique).
  • Soirée Tartes Flambées : en juin (organisée par le conseil de fabrique).
  • Soirée Pizza : en août (organisée par les sapeurs-pompiers).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]