Hey Hey Rise Up

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hey Hey Rise Up
Description de l'image Pink Floyd - Hey Hey Rise Up.svg.
Single de Pink Floyd
Sortie
Enregistré
Durée 3:26
Producteur Pink Floyd
Label Columbia

Singles de Pink Floyd

Hey Hey Rise Up (écrite également Hey, Hey, Rise Up!) est une chanson de Pink Floyd mise en ligne sur les plateformes de streaming et de téléchargement le en single caritatif contre l’invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022 et qui inclut la voix du chanteur et parolier du groupe de rock ukrainien BoomBox, Andriy Khlyvnyuk. Elle est le premier enregistrement inédit de Pink Floyd depuis 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
Oï ou louzi tchervona kalyna chantée par Andriy Khlyvnyuk sur son compte Instagram.

En mars 2022, Andriy Khlyvnyuk, membre du groupe rock ukrainien BoomBox, retourne dans son pays au milieu de la tournée américaine de son groupe afin de s'enrôler dans les forces armées à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Filmé sur la place Sofiyska de Kyiv[1], devant la cathédrale Sainte-Sophie[2], portant son arme et vêtu de son uniforme, il chante a cappella la chanson patriotique Oï ou louzi tchervona kalyna (en ukrainien : Ой у лузі червона калина — « Oh, les baies rouges de viorne[3] dans la prairie »), composée pendant la guerre de 1914 par le poète Stepan Charnetsky (en)[4]. La courte vidéo d'une quarantaine de secondes est mise en ligne sur Instagram et devient rapidement virale[4].

Andriy Khlyvnyuk, du groupe ukrainien BoomBox.

David Gilmour a participé au KOKO de Londres, en 2015, à un concert en soutien au Théâtre libre de Minsk au cours duquel BoomBox l’avait accompagné, privé d’Andriy Khlyvnyuk qui avait des problèmes de visa[5]. Il connaît donc ces musiciens ukrainiens[6]. Au début du conflit, il prend position contre cette guerre et affirme haut et fort que « Poutine doit partir »[7], lui qui a une belle-fille et des petits enfants de nationalité ukrainienne[8]. Le 11 mars, il a d'ailleurs coupé l'accès en streaming à la Russie et au Belarus à tout ce que le groupe a enregistré depuis 1987 et à ses albums solo[9].

Après avoir visionné la vidéo de Andriy Khlyvnyuk, Gilmour propose à Nick Mason, l'autre membre originel toujours associé au groupe, d'utiliser la notoriété de Pink Floyd afin de recueillir des fonds pour aider les victimes du conflit. Ce dernier accepte immédiatement et Gilmour compose une chanson originale autour de l’hymne chanté par le membre de BoomBox[2]. Hey Hey Rise Up! est le premier enregistrement de Pink Floyd depuis The Endless River, sorti en 2014 mais principalement enregistré en 1994, un album hommage au claviériste du groupe, Richard Wright, mort en 2008. Avec cette publication, Gilmour avait annoncé la fin définitive du groupe[6].

Roger Waters ne participe pas à cet enregistrement. Durant la militarisation des frontières de l'Ukraine, il avait affirmé que c'était inconcevable que la Russie envahisse ce pays voisin. Après cette agression, il a décrit cette invasion comme étant « l'acte d'un gangster »[10].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
Oï ou louzi tchervona kalyna interprétée par le chœur folklorique ukrainien Veryovka sur leur chaîne YouTube.

La chanson est enregistrée le au domicile de David Gilmour[4] avec le batteur Nick Mason, accompagnés à la basse par Guy Pratt et Nitin Sawhney aux claviers. De sa chambre d'hôpital, légèrement blessé à la joue par un éclat d'obus[2], Andriy Khlyvnyuk a donné son accord afin de publier la chanson lorsque le musicien britannique lui a fait entendre un extrait de sa version[11],[12]. Son titre est tiré du dernier vers de la chanson : « Hé, hé, lève-toi et réjouis-toi ».

L'enregistrement s'ouvre avec un court extrait de la prestation de Oï ou louzi tchervona kalyna par le chœur folklorique ukrainien Veryovka (en)[13].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Hey Hey Rise Up est publiée le . En moins de 24 heures, le clip est vu sur la plateforme YouTube plus de 3,5 millions de fois[14] pour atteindre 7,5 millions après une semaine. Cette chanson est la première a atteindre la première position du palmarès anglais depuis Another Brick in the Wall en 1979[15].

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
Clip officiel de Hey Hey Rise Up sur la chaîne YouTube de Pink Floyd.

Concept[modifier | modifier le code]

L'objectif du single est de répandre un message de paix et d'encourager les Ukrainiens dans leur combat[16]. Tous les bénéfices réalisés seront reversés à des œuvres humanitaires en faveur des forces armées ukrainiennes[17],[18].

Pochette du single[modifier | modifier le code]

La pochette du single représente un tournesol aux couleurs du drapeau ukrainien, la fleur nationale de l'Ukraine, tiré d'un tableau de l'artiste cubain Yosan Leon[19],[20]. Ce choix est également une référence directe[21],[5] à la vidéo[22] qui a fait le tour du monde et dans laquelle, lors des premiers jours de l'invasion, une ukrainienne affronte des soldats russes lourdement armés dans les rues de Genitchesk et leur propose de mettre des graines de tournesol dans leurs poches pour que poussent des tournesols « quand vous serez tous au sol, ici[22] ».

La graphie du nom du groupe a été adapté du design classique de Gerald Scarfe, qu'il avait conçu pour l'album The Wall (1979).[réf. nécessaire] Pour ce single, le lettrage a été teinté de bleu et jaune, les couleurs nationales ukrainiennes.

Clip[modifier | modifier le code]

Une vidéo pour la chanson a été réalisée par Mat Whitecross[23], également le 30 mars, sur un plateau conçu par Janina Pedan[4]. Le clip, précédé d'une courte introduction d'une trentaine de secondes, met en scène des images de guerre et de manifestations, ainsi que la prestation des Pink Floyd et celle de Khlyvnyuk, projetée sur le fond de la scène ou en plein écran[24]. La membrane de la grosse caisse de la batterie de Nick Mason a été recouverte de la reproduction d'une peinture de Maria Primatchenko, une artiste ukrainienne dont plusieurs œuvres ont été détruites lorsque le musée historique et d'histoire locale d'Ivankiv a été incendié par des bombardements russes[2],[25].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Musiciens[modifier | modifier le code]

Équipe de production[modifier | modifier le code]

Classements et certifications[modifier | modifier le code]

La chanson atteint, à son entrée, la première place du Official Singles Downloads Chart Top 100 au Royaume-Uni[26] pour la semaine du 15 avril mais glisse à la 33e position la semaine suivante[27]. Elle atteint aussi la première place du Billboard's Rock Digital Song Sales pour la semaine du 23 avril aux États-Unis[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-GB) « Pink Floyd reunite for Ukraine protest song », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b c et d (en) « ‘This is a crazy, unjust attack’: Pink Floyd re-form to support Ukraine », sur the Guardian, (consulté le )
  3. « Les baies rouges de viorne (kalyna) sont un symbole qui fait partie de la culture ukrainienne depuis les temps anciens. Ses significations ont été transmises à travers les âges dans les légendes et les chansons. Un arbre kalyna cassé était un signe de trouble et de tragédie ; détériorer cet arbre était un acte honteux. Les Ukrainiens le protégeaient soigneusement, car on croyait que le kalyna ne poussait qu'à côté de bonnes personnes. Selon nos ancêtres, le kalyna a un pouvoir qui apporte l'immortalité et peut unir les générations pour combattre le mal. » (Auteur : Go_A, groupe électro-folk ukrainien). Source : Go_A release “Kalyna” to raise funds for Ukraine…and to remind the world it must unite to fight evil, William Lee Adams (en), 18 mars 2022.
  4. a b c et d (en-US) Chris Willman et Chris Willman, « Pink Floyd to Release First Newly Conceived Single as a Band Since 1994, Borrowing Ukrainian Singer’s Lead Vocal », sur Variety, (consulté le )
  5. a et b Hey hey rise up, sur le site officiel de Pink Floyd.
  6. a et b (en) « Pink Floyd to release first new music since 1994 in support of Ukraine », sur The Independent, (consulté le )
  7. « Pink Floyd dévoile une chanson en soutien à l'Ukraine », sur BFMTV (consulté le )
  8. « Vidéo. Pink Floyd se reforme et sort la chanson pour l’Ukraine, « Hey, Hey, Rise Up ! » », journal,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne Accès libre, consulté le )
  9. (en) « Pink Floyd removes music from streaming platforms in Russia, Belarus », Hurriyet Daily News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en) Ed Power, « Pink Floyd’s Hey, Hey, Rise Up! is their first new material in 28 years – was it worth waiting for? », Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. (en) Mark Savage, « Pink Floyd reunite for Ukraine protest song », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. (en) Saeed Ahmed, « How (members of) Pink Floyd reunited to record a song for Ukraine », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. (en) Kory Grow, « David Gilmour: Why I'm Bringing Back Pink Floyd After 28 Years », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Sylvain Cormier, « Pink Floyd revit pour l’Ukraine », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (en) Scott Colothan, « Pink Floyd on course for first Top 10 single in 43 years », Planet radio,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. (en-US) Kory Grow et Kory Grow, « David Gilmour: Why I'm Bringing Back Pink Floyd After 28 Years », sur Rolling Stone, (consulté le )
  17. DH Les Sports+, « Pink Floyd revient à la vie et sort sa première composition originale depuis 1994 », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  18. Olivier Lamm, « Pink Floyd s’engage contre la guerre en Ukraine: quand la musique est bonne cause », sur Libération (consulté le )
  19. « Pink Floyd partage une nouvelle chanson en soutien au peuple ukrainien, "Hey, Hey, Rise Up !" » Accès libre, sur Franceinfo, (consulté le )
  20. (en) « La mirada del girasol Yosan Leon - Artelista.com », sur Artelista (consulté le )
  21. (en-US) « Listen to Pink Floyd’s new single for Ukraine – SuperDeluxeEdition » (consulté le )
  22. a et b Le culot de cette habitante fait la fierté de ses compatriotes : traduction du dialogue entre la femme ukrainienne et les soldats russes et vidéo originale Twitter d'Ukraine World sur 20 Minutes.
  23. [vidéo] Pink Floyd - Hey Hey Rise Up (feat. Andriy Khlyvnyuk of Boombox) sur YouTube
  24. « Pink Floyd de retour avec "Hey, Hey, Rise Up", une chanson en soutien à l'Ukraine », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  25. (en-US) Natia Giorgobiani, « A museum with unique works by Maria Primachenko burned down near Kiev », sur Perild, (consulté le )
  26. (en) « Pink Floyd’s Hey Hey Rise Up in support of Ukraine tops Singles Downloads Chart Top 100 in Britain », ukrinform,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. https://www.officialcharts.com/charts/singles-downloads-chart/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]