Ummagumma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ummagumma

Album de Pink Floyd
Sortie 25 octobre 1969
Enregistré 1969
Studios EMI (Londres), Mothers Club (Birmingham), Manchester College of Commerce (Manchester)
Durée 86:21
Genre rock progressif, rock psychédélique, rock expérimental
Format double 33 tours
Producteur Pink Floyd, Norman Smith
Label Harvest (Royaume-Uni)
Capitol (États-Unis)

Albums de Pink Floyd

Albums live de Pink Floyd

Ummagumma est le quatrième album du groupe rock progressif britannique Pink Floyd. Sorti en octobre 1969, il s'agit d'un album double, composé d'un disque enregistré en studio et d'un autre issu de deux concerts du groupe.

Historique[modifier | modifier le code]

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Le site du Mothers Club de Birmingham en 2013.

Contrairement à ce qu'affirme la pochette de l'album, les chansons enregistrées en public ne datent pas de  : Astronomy Domine et A Saucerful of Secrets proviennent du concert donné par Pink Floyd le au Mothers Club de Birmingham, tandis que Careful with That Axe, Eugene et Set the Controls for the Heart of the Sun ont été enregistrées le au Manchester College of Commerce. Toutes ces chansons sont très développées par rapport à leurs versions originales, chacune durant de huit à treize minutes. Interstellar Overdrive était également prévue pour figurer sur le disque live, mais fut finalement rejetée.

Le disque studio est né d'une idée du claviériste Richard Wright, qui souhaitait faire de la « vraie musique ». Il suit un format particulier : chacun des quatre membres du groupe (Wright, Roger Waters, David Gilmour et Nick Mason) se voit allouer la moitié d'une face de 33 tours qu'il doit remplir seul, sans l'aide des autres. Ainsi, la chanson Embryo, qui date de cette époque, est écartée car née d'un travail commun ; elle ne sera publiée qu'en 1983 sur la compilation Works.

L'album débute avec la contribution de Wright, une suite instrumentale nommée Sysiphus où apparaissent un piano, un Mellotron et un orgue Hammond. Elle est nommée ainsi en référence au personnage de Sisyphe de la mythologie grecque.

Roger Waters, quant à lui, propose deux titres : la ballade pastorale Grantchester Meadows ainsi que le collage sonore Several Species of Small Furry Animals Gathered Together in a Cave and Grooving with a Pict.

Ensuite, The Narrow Way, la chanson en trois parties du guitariste David Gilmour, marque ses débuts de parolier : doutant de ses capacités, il avait demandé à Waters de lui écrire des paroles, mais celui-ci refusa.

Enfin, le batteur Nick Mason fournit un instrumental également en trois parties, The Grand Vizier's Garden Party, constitué d'un solo de batterie et de percussions diverses, encadré par des airs de flûte joués par son épouse Lindy.

Réception[modifier | modifier le code]

Ummagumma
Compilation des critiques
PériodiqueNote
AllMusic3,5/5 étoiles[1]

Finalement les membres du groupe sont déçus par le résultat : David Gilmour ne sait pas « s'expliquer son succès commercial », tandis que Roger Waters dit simplement : “Ummagumma? What a disaster!” (« Ummagumma ? Quel désastre ! »). Il obtient pourtant en France le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros et connait une ferveur certaine en Grande-Bretagne, figurant à la cinquième place dans le classement des albums[2]. Aux États-Unis, il atteint la 74e place du Billboard 200[3] et se vend à plus d'un million d'exemplaires.

Rééditions[modifier | modifier le code]

En 1994, pour fêter les 25 ans de la sortie de cet album cher au groupe, celui-ci le réédite en coffret cd édition limitée en version remasterisée, avec pochette verte trouée (on y voit seulement le cadre mural de la pochette originale) et contenant : les 2 cd (studio + live) ainsi que le poster de la pochette de l'album.

Le coffret est devenu rare et assez prisé des collectionneurs.

Caractéristiques artistiques[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre de l'album est un terme désignant le sexe[4],[5], souvent rattaché à l'argot de Cambridge et couramment utilisé par Iain « Emo » Moore, ami des Pink Floyd et roadie occasionnel, qui disait : « Je vais à la maison pour une ummagumma ». Selon Moore, il a inventé ce terme lui-même[6].

Pochette[modifier | modifier le code]

Ummagumma est le premier album de Pink Floyd à sortir chez Harvest Records. La pochette montre un effet Droste mettant en scène le groupe, avec une image accrochée au mur montrant la même scène mais avec les membres du groupe dans des positions différentes. La pochette du LP original varie entre les sorties britanniques, américaines, canadiennes et australiennes. Sur la version britannique, l'album de la bande-son du film Gigi est adossé au mur juste au-dessus des lettres « Pink Floyd »[7]. Lors d'une conférence donnée à la librairie Borders à Cambridge le , dans le cadre du projet « City Wakes », Storm Thorgerson explique que Gigi avait servi de hareng rouge pour provoquer un débat, et qu'il n'y avait pas de sens caché derrière sa présence sur la pochette. Sur la plupart des copies des éditions américaines et canadiennes, la couverture de Gigi est peinte à l'aérographe sur une pochette blanche, apparemment pour des raisons de droits d'auteur, mais les premières copies américaines montrent la couverture de Gigi, et elle a été restaurée pour l'édition CD remasterisée aux États-Unis. Sur l'édition australienne, la couverture du Gigi est entièrement peinte à l'aérographe, ne laissant même pas de carré blanc derrière elle. La maison utilisée pour la couverture de l'album est située à Great Shelford, près de Cambridge[8].

Sur la couverture arrière, les roadies Alan Styles (qui apparaît également dans Alan's Psychedelic Breakfast) et Peter Watts sont montrés avec l'équipement du groupe disposé sur un taxi à l'aérodrome de Londres Biggin Hill. Ce concept est proposé par Nick Mason, dans l'intention de reproduire les dessins d'avions militaires et de leurs charges, qui étaient populaires à l'époque[7].

L'intérieure de la pochette comporte des photos en noir et blanc des membres du groupe. On voit Gilmour debout devant le « chêne aux lutins », un chêne vieux de 900 ans à Kensington Gardens. Les éditions originales en vinyle montraient Waters avec sa première femme, Judy Trim, mais elle est coupée sur la plupart des éditions en CD (la légende de la photo originale « Roger Waters (and Jude) » est donc changée en « Roger Waters » seulement). La photo non recadrée est cependant restaurée pour l'inclusion de l'album dans le coffret Oh, By the Way[7].

Titres[modifier | modifier le code]

33 tours[modifier | modifier le code]

Face 2
No TitreAuteurEnregistrement Durée
3. Set the Controls for the Heart of the SunWaters 9:27
4. A Saucerful of SecretsGilmour, Mason, Waters, Wright 12:48

Réédition CD[modifier | modifier le code]

CD 1
No TitreAuteur Durée
1. Astronomy Domine (enregistré le 27 avril 1969)Syd Barrett 8:29
2. Careful with That Axe, Eugene (enregistré le 2 mai 1969)David Gilmour, Nick Mason, Roger Waters, Richard Wright 8:50
3. Set the Controls for the Heart of the Sun (enregistré le 2 mai 1969)Waters 9:26
4. A Saucerful of Secrets (enregistré le 27 avril 1969)Gilmour, Mason, Waters, Wright 12:48

Musiciens[modifier | modifier le code]

Musicien additionnel[modifier | modifier le code]

  • Lindy Mason  : flûte sur The Grand Vizier's Garden Party (non créditée)

Production[modifier | modifier le code]

Charts et certifications[modifier | modifier le code]

Charts 1969 -1970
Pays Durée du
classement
Meilleur
classement
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[9] 6 semaines 25e
Drapeau du Canada Canada[10] 4 semaines 78e
Drapeau des États-Unis États-Unis[11] - 74e
Drapeau de la France France[12] 42 semaines 10e
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[9] 14 semaines 5e
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni [13] 21 semaines 5e
Certifications
Pays Certification Ventes Date
Drapeau des États-Unis États-Unis[14] Disque de platine Platine 1 000 000 + 11/03/1994
Drapeau de la France France[15] Disque d'or Or 100 000 + 1977

Espèce de libellule[modifier | modifier le code]

En , des scientifiques ont nommé Umma gumma une nouvelle espèce de libellule du genre Umma, à partir du nom de l'album[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ummagumma – Pink Floyd, AllMusic. Consulté le 1er décembre 2014.
  2. officialcharts.com /pinkfloyd/albums consulté le 18 décembre 2012
  3. allmusic/album/ummagumma/awards consulté le 18 décembre 2012
  4. Schaffner 1991, p. 157.
  5. Manning 2006, p. 160.
  6. Blake 2008, p. 128.
  7. a b et c Mabbett 2010, p. 160.
  8. Povey 2009, p. 29.
  9. a et b « Pink Floyd - Ummagumma - hitparade.ch », sur hitparade.ch
  10. Library and Archives Canada, « Item », sur www.bac-lac.gc.ca,
  11. « Pink Floyd's 15 Albums, Ranked From Highest to Lowest Charting », sur Billboard,
  12. « InfoDisc : Les Albums (Interprètes, Classements, Ventes, Certifications, Les Tops, Les N° 1...) », sur infodisc.fr
  13. « Pink Floyd - full Official Chart History - Official Charts Company », sur www.officialcharts.com
  14. riaa.com/gold-platinum/search consulté le 14 février 2018
  15. infodisc.fr/certifications/recherche consulté le 14 février 2018
  16. Klaas-Douwe B. Dijkstra, Jens Kipping, Nicolas Mézière: Sixty new dragonfly and damselfly species from Africa (Odonata). Odonatologica 44 (4), Décembre 2015, pages 457–461. DOI:10.5281/zenodo.35388.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Blake, Comfortably Numb: The Inside Story of Pink Floyd, Hachette Books, , 419 p. (ISBN 978-0-7867-2708-7, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Jean-Michel Guesdon et Philippe Margotin, Pink Floyd, la totale : Les 179 chansons expliquées, Vanves, EPA Editions, , 592 p. (ISBN 978-2-37671-256-5).
  • (en) Andy Mabbett, Pink Floyd : The music and the mystery, Omnibus Press, (ISBN 978-0-857-12418-0). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Toby Manning, The Rough Guide to Pink Floyd, Rough Guides, , 300 p. (ISBN 978-1-84353-575-1). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • Glenn Povey (trad. de l'anglais), Pink Floyd, Paris, Éditions Place des Victoires, , 368 p. (ISBN 978-2-8099-0092-7).
  • (en) Nicholas Schaffner, Saucerful of Secrets: The Pink Floyd Odyssey, Harmony Books, , 348 p. (ISBN 978-0-517-57608-3). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.

Liens externes[modifier | modifier le code]