Quadriphonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique
Cet article est une ébauche concernant la musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Label distinctif des médias enregistrés en quadriphonie.

La quadriphonie[1], aussi appelée tétraphonie, est une technique d'ingénierie du son qui permet la restitution des musiques et effets sonores avec une impression d'espace accentuée, grâce à l'usage de quatre voies indépendantes : avant-droite, avant-gauche, arrière-droite et arrière-gauche.

Définition[modifier | modifier le code]

La quadriphonie est une technique d'enregistrement sonore et/ou de mixage et de diffusion permettant de restituer le son sur quatre voies indépendantes afin d'améliorer l'impression d'espace et de profondeur par rapport à la stéréophonie. Aux deux voies avant-gauche et avant-droite traditionnelles de la stéréophonie sont ajoutées deux voies stéréophoniques arrières, basées sur le même principe de distinction gauche-droite (Front LR, Rear LR).

La quadriphonie est ultérieurement appelée stéréo 4.0. C'est l'un des premiers format dits « Surround » [2]. Elle a été un échec commercial en raison de nombreux problèmes techniques, notamment de l'existence de formats concurrents et de surcoût pour le consommateur. Les techniques utilisées pour la quadriphonie ont inspiré le premier format Dolby Surround, le 4-2-4 LtRt.

Afin de bénéficier de l'effet spatial, l'utilisateur doit disposer d'un matériel apte à restituer correctement les quatre canaux, ainsi que de quatre haut-parleurs correctement disposés.

Formats[modifier | modifier le code]

Il existe différentes méthodes pour obtenir un rendu quadriphonique. Pour les distinguer, il est convenu d'utiliser une annotation chiffrée. Le nombre de voies utilisées lors de chacune des étapes du procédé est inscrit selon l'ordre: « Source-Support-Restitution ».

Les formats discrets dits « 4-4-4 »; utilisant quatre pistes distinctes[modifier | modifier le code]

  • CD-4 (Compatible Discrete 4) / Quadradisc (1972), introduit par JVC, il utilise une porteuse ultrasonique comprise entre 30 et 40 kHz. Il faut un diamant de taille spéciale dit shibata pour lire cette porteuse. (sur support vinyl)
  • UD-4 / UMX / BMX (1973), introduit par Nippon/Columbia (Denon) (sur support vinyl)
  • Quad-8 (Q8) / Quadraphonic 8-Track (1970), introduit par Ampex et RCA (sur support magnétique)
  • Q4 / Quadraphonic Reel to Reel (1969), introduit par Vanguard Records (sur support magnétique)

Les formats matriciels dits « 4-2-4 »; certains sont à l'origine du LtRt de Dolby[modifier | modifier le code]

  • SQ / Stereo Quadraphonic (1971), introduit par CBS (sur support vinyl)
  • QS Regular Matrix (1970), introduit par Sansui (sur support vinyl)
  • EV / Stereo-4 (1970), introduit par L. Feldman, J. Fixler et Electro-Voice (sur support vinyl)

Les formats dérivés dits « 2-2-4 »; simulation de quatre canaux par traitement électronique[modifier | modifier le code]

  • DY / Dynaquad (1969), introduit par Dynaco
  • Circuit Hafler (1969), introduit par David Hafler

Les formats de diffusion radio[modifier | modifier le code]

  • Matrix H (1977), introduit par la BBC
  • Universal SQ (1976), introduit par Ben Bauer

La première diffusion radio en quadriphonie fût réalisée en 1969 avec la retransmission du Boston Symphony Ochestra par deux stations FM locales. Chaque station diffusait en stéréo, l'une le paysage sonore avant et l'autre l'arrière. L'auditeur devait disposer de deux récepteurs radio pour correctement restituer l'effet quadriphonique[3].

Le groupe de rock Pink Floyd a été le premier à jouer, en 1967, au cours du concert intitulé "Games for May" tenu au Queen Elizabeth Hall de Londres, avec un système quadriphonique fait maison[4]. L'appareil servant à contrôler les différentes enceintes, l'Azimuth Co-ordinator, est actuellement exposé au Victoria and Albert Museum de Londres[5].

Tous les systèmes destinés aux disques microsillons ont pour défaut, à la reproduction, une importante diaphonie dans les médiums entre les canaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. originellement et en anglais: (en)en:Quadraphonic
  2. (en)en:Surround sound, to surround = encercler
  3. (en) Ray Barry, The Michigan Technic, Four Channel Sound, UM Libraries,‎ vol. 93 n°4 - février 1975, p. 7 (lire en ligne)
  4. (fr) « Quand Pink Floyd inventait le concert en quadriphonie », sur Sciences et avenir (consulté le 13 novembre 2015)
  5. « Azimuth Co-ordinator | Bernard Speight | V&A Search the Collections », sur collections.vam.ac.uk (consulté le 13 novembre 2015)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]