Match de football France – Ukraine (2013)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

France - Ukraine
Image illustrative de l’article Match de football France – Ukraine (2013)
Contexte
Compétition Éliminatoires de la Coupe du monde de 2014
Date
Stade Stade de France
Lieu Saint-Denis, France
Affluence 77 098 spectateurs
Résultat
France Drapeau : France 3 - 0 Drapeau : Ukraine Ukraine
Mi-temps 2 - 0 0
Acteurs majeurs
Buteur(s) But inscrit après 22 minutes 22e But inscrit après 72 minutes 72e Sakho
But inscrit après 34 minutes 34e Benzema
Cartons France
Averti après 44 minute(s) 44e Sakho
Averti après 67 minute(s) 67e Évra
Averti après 69 minute(s) 69e Debuchy

Ukraine
Averti après 7 minute(s) 7e Rutan
Carton jaune Carton jauneCarton rouge 44e, 47e Khacheridi
Averti après 89 minute(s) 89e Mandzyuk
Arbitrage Drapeau de la Slovénie Damir Skomina

Le match de football France - Ukraine du est un match de barrage comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde de 2014. Joué au stade de France, il s'agit du match retour, les deux équipes s'étant déjà rencontrées à Kiev quatre jours plus tôt, le , pour une victoire nette des Ukrainiens 2 buts à 0.

Comme quatre ans auparavant, les Bleus ne sont pas parvenus à terminer premiers de leur groupe de qualification, dominé par les champions du monde espagnols, et doivent passer par les barrages. La défaite en Ukraine met en péril les chances tricolores et est un défi majeur pour le nouveau sélectionneur Didier Deschamps, car l'équipe de France doit maintenant gagner par au moins 3 buts d'avance pour se qualifier. À l'issue d'une partie mémorable, les Bleus y parviennent.

Un sondage effectué par France Football avant l'Euro 2016 indique que ce match France - Ukraine est le 4e match de l'histoire de l'équipe de France qui a donné le plus de frissons à ses supporters, après la finale de la Coupe du monde de 1998, la finale de l'Euro 2000 et la Nuit de Séville de 1982[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Éliminatoires[modifier | modifier le code]

Le , la France est éliminée en quart de finale de l'Euro 2012 par l'Espagne, tenante du titre et future double vainqueur de l'épreuve. Laurent Blanc quitte son poste de sélectionneur une semaine plus tard et est remplacé par Didier Deschamps. Un peu plus de deux ans après le « fiasco de Knysna », l'ancien capitaine des Bleus veut inaugurer une nouvelle ère de l'équipe de France.

La France est placée dans le groupe I des éliminatoires de la zone Europe, avec l'Espagne, la Biélorussie, la Finlande et la Géorgie. Les Bleus réalisent une très bonne première partie de parcours, enchaînant des victoires contre la Finlande et la Biélorussie, un match nul intéressant contre l'Espagne à Madrid au cours duquel Olivier Giroud obtient une égalisation inespérée dans les arrêts de jeu, puis une nouvelle victoire contre la Géorgie. La première place du groupe se joue le au stade de France, et c'est l'Espagne qui s'impose grâce à un but de Pedro. Les Bleus empochent 7 points lors de leurs trois derniers matchs, mais l'Espagne ne craque pas et termine tranquillement première du groupe.

De son côté l'Ukraine hérite de l'Angleterre, de la Moldavie, du Monténégro, de la Pologne et de la très modeste équipe de Saint-Marin. Les Bleus et Jaunes n'échouent qu'à un point des Anglais et terminent deuxièmes, la faute surtout à une défaite inattendue contre le Monténégro à domicile le . Un nouveau sélectionneur, Mykhailo Fomenko, est alors nommé et l'équipe termine les éliminatoires par 6 victoires et un match nul, en progression constante.

Groupe H
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Angleterre Angleterre 22 10 6 4 0 31 4 +27
2 Drapeau : Ukraine Ukraine 21 10 6 3 1 28 4 +24
3 Drapeau : Monténégro Monténégro 15 10 4 3 3 18 17 +1
4 Drapeau : Pologne Pologne 13 10 3 4 3 18 12 +6
5 Drapeau : Moldavie Moldavie 11 10 3 2 5 12 17 -5
6 Drapeau : Saint-Marin Saint-Marin 0 10 0 0 10 1 54 -53
Groupe I
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Espagne Espagne 20 8 6 2 0 14 3 +11
2 Drapeau : France France 17 8 5 2 1 15 6 +9
3 Drapeau : Finlande Finlande 9 8 2 3 3 5 9 -4
4 Drapeau : Géorgie Géorgie 5 8 1 2 5 3 10 -7
5 Drapeau : Biélorussie Biélorussie 4 8 1 1 6 7 16 -9

Le , le tirage au sort donne l'Ukraine comme adversaire à la France en barrage.

Le match aller à Kiev[modifier | modifier le code]

Ukraine Drapeau : Ukraine 2 - 0 Drapeau : France France Stade olympique, Kiev
21 h 45 UTC+02:00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Zozulya But inscrit après 62 minutes 62e
Yarmolenko But inscrit après 82 minutes 82e (pén.)
(0 - 0) Spectateurs : 67 732
Arbitrage : Drapeau : Turquie Cüneyt Çakir
Chevtchuk Averti après 37 minute(s) 37e
Fedetskyi Averti après 69 minute(s) 69e
Kucher Carton jaune Carton jauneCarton rouge 90+1e, 90+3e
Rapport Averti après 45 minute(s) 45e Giroud
Averti après 76 minute(s) 76e Sissoko
Carton rouge 90+1e Koscielny

Lors du match aller à Kiev, l'Ukraine s'impose nettement 2-0 à domicile. Peu en vue et dominée dans les duels, la France voit ses chances de participer au Mondial 2014 se réduire considérablement. Après deux buts de Zozulya et Yarmolenko sur un penalty concédé par Laurent Koscielny, ce dernier est expulsé dans le temps additionnel[1]. Les statistiques ne sont alors pas en faveur de l'équipe de France : aucune équipe de la zone Europe n'a réussi dans l'histoire à remonter deux buts en barrage[2].

Le match[modifier | modifier le code]

La feuille de match[modifier | modifier le code]

France Drapeau : France 3 - 0 Drapeau : Ukraine Ukraine Stade de France, Saint-Denis
21 h UTC+01:00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Sakho But inscrit après 22 minutes 22e But inscrit après 72 minutes 72e
Benzema But inscrit après 34 minutes 34e
(2 - 0) Spectateurs : 77 098
Arbitrage : Drapeau : Slovénie Damir Skomina
Sakho Averti après 44 minute(s) 44e
Évra Averti après 67 minute(s) 67e
Debuchy Averti après 69 minute(s) 69e
Rapport Averti après 7 minute(s) 7e Rotan
Carton jaune Carton jauneCarton rouge 44e, 47e Khacheridi
Averti après 89 minute(s) 89e Mandzyuk
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
France
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Ukraine
Drapeau de la France
FRANCE :
Gardien de but 01 Hugo Lloris Capitaine
04 Raphaël Varane
05 Mamadou Sakho Averti après 44 minute(s) 44e
02 Mathieu Debuchy Averti après 69 minute(s) 69e Remplacé après 78 minutes 78e
03 Patrice Évra Averti après 67 minute(s) 67e
19 Paul Pogba
06 Yohan Cabaye
14 Blaise Matuidi
08 Mathieu Valbuena
07 Franck Ribéry
10 Karim Benzema Remplacé après 82 minutes 82e
Remplaçants :
15 Bacary Sagna Entré après 78 minutes 78e 
09 Olivier Giroud Entré après 82 minutes 82e 
Sélectionneur :
Drapeau : France Didier Deschamps
Drapeau de l'Ukraine
UKRAINE :
Gardien de but 12 Andrei Pyatov
20 Yaroslav Rakitskiy
16 Vitaliy Mandzyuk Averti après 89 minute(s) 89e
03 Yevhen Khacheridi Carton jaune Carton jauneCarton rouge 44e, 47e
13 Viatcheslav Chevtchuk
21 Edmar
15 Roman Bezus Remplacé après 65 minutes 65e
14 Rouslan Rotan Capitaine Averti après 7 minute(s) 7e
07 Andriy Yarmolenko
10 Yevhen Konoplyanka
08 Roman Zozulya Remplacé après 77 minutes 77e
Remplaçants :
09 Oleh Husyev Entré après 65 minutes 65e 
11 Yevhen Seleznyov Entré après 77 minutes 77e 
Sélectionneur :
Drapeau : Ukraine Mykhailo Fomenko

Le déroulement du match[modifier | modifier le code]

La France s'aligne en 4-3-3 avec plusieurs changements par rapport à l'équipe battue à Kiev : outre Laurent Koscielny qui est suspendu, Didier Deschamps sort Éric Abidal, Samir Nasri, Olivier Giroud et Loïc Rémy, remplacés par Karim Benzema, Yohan Cabaye, Mamadou Sakho, Mathieu Valbuena et Raphaël Varane. L'Ukraine, quant à elle, remplace Oleksandr Kucher (suspendu), Artem Fedetskyi et Taras Stepanenko par Roman Bezus, Vitaliy Mandzyuk et Yaroslav Rakitskiy.

Dès le début du match, l'équipe de France joue haut, à tel point que Varane et Sakho sont souvent les seuls joueurs de champ présents dans la moitié de terrain française. Les Bleus s'engagent à fond dans le match et se créent de nombreuses occasions dans le premier quart d'heure par l'entremise de Benzema, Pogba et Valbuena, avant de concéder un temps faible de la 15e à la 20e minute que les Ukrainiens ne parviennent pas à exploiter. Les Français ouvrent le score grâce à Mamadou Sakho à la 22e minute. Le défenseur français reprend une frappe de Franck Ribéry repoussée par le gardien ukrainien Pyatov et n'a plus qu'à pousser le ballon dans le but vide. Cette ouverture du score délivre la France qui continue à attaquer. À la 30e minute, un but de Benzema est injustement refusé pour hors-jeu, mais l'attaquant se rattrape quatre minutes plus tard et inscrit le but du deux à zéro… en position de hors-jeu[2]. Juste avant la mi-temps, Sakho puis Debuchy sauvent coup sur coup deux occasions dangereuses de l'Ukraine. Les deux équipes rentrent ainsi au vestiaire avec une égalité parfaite sur les deux matchs[3],[4].

Dès le retour des vestiaires, le défenseur ukrainien Khacheridi est expulsé à la suite d'un second carton jaune pour une faute sur Franck Ribéry. La qualification commence alors à prendre forme. Malgré de nombreuses occasions, il faudra attendre la 72e minute pour que Mamadou Sakho imite son prédécesseur Lilian Thuram et inscrive son deuxième but de la soirée, sur un centre-tir de Ribéry[1]. Les Ukrainiens font néanmoins trembler les Bleus jusqu'à la fin du match et ravivent le spectre de Kostadinov en 1993[3].

Le journaliste Éric Mandonnet de L'Express compare notamment les Bleus lors ce match aux Verts de 1976, finalistes de la Coupe des clubs champions[5].

Polémique[modifier | modifier le code]

Une étrange rumeur de match truqué contre les Ukrainiens se diffuse après le match sur Internet et dans certains médias[6]. En France, le député Lionnel Luca revient sur les faits de jeu (hors-jeu, expulsion, etc) et déclare dans un tweet « voilà comment on sauve les droits TV de la FFF ». La rumeur est aussi relayée par le militant d'extrème-droite Serge Ayoub. Le sociologue Stéphane Beaud précise : « Comme toute rumeur, elle a un début de fondement : le but de Benzema est hors-jeu, le joueur expulsé n'aurait […] peut-être pas mérité de l'être, l'équipe d'Ukraine est une petite équipe dans le concert des nations du football, Platini est président de l'UEFA et peut-être candidat à la FIFA... »[6].

Épilogue[modifier | modifier le code]

En 2016, dans la rubrique sportive Souvenirs de sport (courte émission de moins de trois minutes pour TV5 Monde), Patrick Chêne qualifie ce match retour de « match mythique » que l’on n’« a pas vu venir » (au contraire de ce qui peut se passer pour un match de phase finale de Mondial ou d’Euro)[7].

Grégory Schneider, journaliste sportif à Libération et consultant sur la chaîne L’Équipe, voit dans ce match de barrage retour une rencontre qui « conditionna tout le reste » jusqu’à la victoire de l’équipe de France à la Coupe du monde 2018[8],[9] et Hugo Lloris indique en septembre 2019 : « France-Ukraine au stade de France en 2013 […] est le début de l’aventure au Mondial 2014, à l’Euro 2016 et à la Coupe du monde en Russie » même si ce soir-là, parmi les futurs champions du monde 2018, seulement quatre sont titulaires : le gardien et capitaine Hugo Lloris (26 ans), Blaise Matuidi (26 ans) et les jeunes Paul Pogba (20 ans) et Raphaël Varane (20 ans). Olivier Giroud (27 ans) rentre en jeu à la 82e minute, tandis que Steve Mandanda reste sur le banc des remplaçants.

En Ukraine, le mouvement pro-européen Euromaïdan commence seulement deux jours après le match. Il inaugure la crise ukrainienne qui mènera à la chute du président Viktor Ianoukovytch, à l'annexion de la Crimée par la Russie et à la guerre du Donbass. Cette série d'événements aura un impact important sur le football ukrainien, torpillé en pleine progression.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « France-Ukraine : un sacré retournement de situation... », LE GRAND FRISSON BLEU, sur francefootball.fr, .
  2. a et b (en) Alistair Magowan, « France 3-0 Ukraine (agg 3-2) », sur bbc.com, .
  3. a et b Alexandre Borde, « MONDIAL 2014 : les Bleus l'ont fait ! », sur lepoint.fr, .
  4. Laurent Vergne, « France - Ukraine (3-0), analyse du barrage retour : les Bleus comme on les aime », sur eurosport.fr, .
  5. « France - Ukraine (3-0): L'Express rejoue le match », sur lexpress.fr, .
  6. a et b Pauline Hofmann, « France-Ukraine: de la victoire inespérée à la rumeur de "match truqué" », sur lexpress.fr, .
  7. « France - Ukraine (2013) : Mamadou Sakho, l’homme providentiel ! »
  8. « Équipe de France : revoilà Sakho », le 4 octobre 2018 sur liberation.fr.
  9. De la même façon, Ludovic Pinton et David Lortholary (dans Merci les Bleus, l’épopée des champions du monde 2018, Marabout, 2018) indiquent que « tout a commencé le 19 novembre 2013 et la victoire 3-0 des Bleus face à l’Ukraine » (page 22, chapitre « Naissance d’une équipe »).