Équipe de France de football en 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau : France Équipe de France
Écusson de l' Équipe de France
Généralités
Confédération UEFA
Emblème Le coq gaulois
Couleurs bleu et blanc
Surnom Les Bleus, Les Tricolores
Stade principal Stade de France
Classement FIFA 17e (décembre 2012)
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : France Laurent Blanc puis
Drapeau : France Didier Deschamps
Plus sélectionné Hugo Lloris (13)
Franck Ribéry (13)
Meilleur buteur Franck Ribéry But inscrit But inscrit But inscrit But inscrit
Rencontres officielles historiques
Premier match Allemagne Drapeau : Allemagne 1 - 2 Drapeau : France France
()
Dernier match Italie Drapeau : Italie 1 - 2 Drapeau : France France
()
Plus large victoire Amical :
France Drapeau : France 4 - 0 Drapeau : Estonie Estonie
()
Euro :
Ukraine Drapeau : Ukraine 0 - 2 Drapeau : France France
()
Éliminatoires :
France Drapeau : France 3 - 1 Drapeau : Biélorussie Biélorussie
()
Plus large défaite Amical :
France Drapeau : France 0 - 1 Drapeau : Japon Japon
()
Euro :
France Drapeau : France 0 - 2 Drapeau : Suède Suède
()
France Drapeau : France 0 - 2 Drapeau : Espagne Espagne
()
Palmarès
Coupe du monde Éliminatoires de la coupe du monde de football 2014, zone Europe, groupe I : 2e du groupe
Championnat d'Europe Quart-de-finaliste en 2012

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Campagne 2012-2014 de l'équipe de France de football

L'équipe de France de football participe en 2012, au Championnat d'Europe en Pologne et en Ukraine ainsi qu'aux éliminatoires de la Coupe du monde 2014.

Déroulement de la saison[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

D'après le journal L'Équipe, l'équipe de France doit se fixer comme objectif de disputer les demi-finales de l'Euro 2012[F 1]. Lors d'une interview début 2012, Laurent Blanc déclare que l'équipe de France « se prépare pour faire le meilleur résultat possible. » et ajoute que « Notre objectif, c'est donc de gagner un match ». Concernant après l'Euro, le sélectionneur affirme qu'il « souhaite continuer et espère pouvoir créer les fondations nécessaires au renouveau de l'équipe de France »[1].

Peu avant l'Euro, le gardien de but Hugo Lloris annonce que le premier objectif est d'atteindre les quarts de finale[2], paroles ensuite confirmées par le président de la FFF, Noël Le Graët[3]. Pour le staff de l'équipe de France, « L'objectif de cet Euro sera d'être présents en quarts de finale »[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

En route vers l'Euro[modifier | modifier le code]

L'avant-saison est marquée par le refus de Noël Le Graët de prolonger le contrat de Laurent Blanc en équipe de France avant l'Euro 2012. Par la suite, Paul Le Guen et Arsène Wenger sont tour à tour évoqués par Le Monde et le Journal du dimanche pour le remplacer après le Championnat d'Europe[5],[6]. Le 27 janvier, la Fédération divulgue les prochains adversaires en matchs amicaux au cours de l'année.

Le , l'équipe de France réalise une belle performance en s'imposant à Brême contre l'Allemagne. L'attaquant titulaire habituel, Karim Benzema, étant blessé, c'est Olivier Giroud qui ouvre le score à la 21e minute[A 1]. Puis c'est au tour de Florent Malouda de doubler la mise à la 69e minute. La réduction du score de Cacau dans le temps additionnel n'y change rien, les Bleus sont invaincus depuis 18 matchs. Séduisants dans le jeu, les Tricolores s'offrent une victoire de prestige et se montrent capables de rivaliser contre les grandes nations[F 2],[7],[8],[9].

Portrait de Laurent Blanc lors d'un match
Laurent Blanc annonce la liste définitive des 23 joueurs retenus pour l'Euro le 23 mai.

Le 9 mai, le sélectionneur annonce une première liste de douze joueurs évoluant à l'étranger[10]. Le 15 mai, la liste de quinze joueurs jouant en France est dévoilée. Le joueur de Tottenham Younès Kaboul déclare forfait le même jour. La liste comporte 26 joueurs[11]. Le 29 mai, la liste est réduite au groupe final de 23 joueurs à la suite du départ de Loïc Rémy (blessé), Mapou Yanga-Mbiwa et Yoann Gourcuff, non retenus par Laurent Blanc[F 3],[12].

Avant l'Euro, l'équipe de France dispute trois matchs de préparation. Le , elle s'impose difficilement face à l'Islande 3-2 après avoir été mené 2 buts à 0 au bout d'une demi-heure. Elle refait son retard grâce à des buts de Mathieu Debuchy, son premier en équipe de France, puis de Franck Ribéry et d'Adil Rami, tous deux dans les cinq dernières minutes. Malgré quelques largesses défensives, l'équipe de France continue sa belle série de 19 matchs sans défaite[F 4],[13],[14]. Trois jours plus tard, dans un état d'esprit plus favorable qu'auparavant, l'équipe de France gagne contre la Serbie 2-0 avec deux buts dans les seize premières minutes de Franck Ribéry et Florent Malouda, ce dernier marquant d'une frappe puissante des 30 mètres. Grâce à cette nouvelle victoire, la France continue sa série d'invincibilité[F 5],[15],[16]. Pour son dernier match de préparation, le , la France l'emporte largement 4-0 contre l'Estonie, la victoire la plus large sous l'ère Laurent Blanc. Après un nouveau but de Frank Ribéry puis un doublé de Karim Benzema, une dernière réalisation de Jérémy Ménez scelle la large victoire de l'équipe de France. Ce résultat positif clôt les matchs de préparation de l'équipe de France avant l'Euro 2012[F 6],[17],[18]. À la fin du match, les joueurs de l'équipe de France agitent une banderole avec le message « Merci ! À l'Euro, avec vous, pour vous ! ». Message faisant partie du plan de communication de la FFF[19].

Billet du match France-Estonie du 5 juin 2012 au MMArena.


Un bilan sportif satisfaisant puisque les Bleus ont gagné leurs trois matchs, ont marqué neuf buts et n'en ont encaissé que deux. À la suite de ce carton plein, les hommes de Laurent Blanc sont invaincus depuis 21 matchs, ils égalent la série de Jacques Santini en 2004[20]. Selon la presse, Franck Ribéry et Karim Benzema sont les deux joueurs qui ont le plus brillé de par leur entente sur le terrain[21],[22]. En revanche, la défense composée de Mathieu Debuchy, Adil Rami, Philippe Mexès et Patrice Évra, pose plus de soucis au sélectionneur, Laurent Blanc. Ce dernier déclare : « le domaine défensif n'a pas été satisfaisant », puis ajoute qu'il faut faire « prendre conscience aux joueurs que défensivement, il faut être beaucoup plus rigoureux »[23].

Euro 2012 : de l'espoir mais des regrets[modifier | modifier le code]

Deux joueurs tentent de prendre le ballon
Franck Ribéry, à la lutte avec James Milner contre l'Angleterre (1-1).

Forte d'une série de 23 matchs consécutifs sans défaite depuis septembre 2010, la France commence son entrée en matière face à l'Angleterre. À la 30e minute, L'équipe de France encaisse un but de Joleon Lescott sur coup-franc à la suite d'une erreur de marquage d'Alou Diarra. Neuf minutes plus tard, Samir Nasri égalise d'une frappe enroulée à l'entrée de la surface. Ce dernier se fait remarquer en allant insulter la tribune de presse française sur son but à la suite de certaines critiques du journal L'Équipe à son encontre[F 7]. Dominateurs dans l'ensemble, les Bleus n'arrivent pas à inscrire un deuxième but et terminent la rencontre sur un match nul (1-1)[F 8],[24],[25],[26],[A 2].

Lors du deuxième match de poule, la France est opposé à l'Ukraine, pays coorganisateur de la compétition. Interrompu après cinq minutes de jeu pendant près une heure, le match reprend et sourit aux Bleus. Les joueurs de l'équipe de France inscrivent deux buts coup sur coup, le premier de Jérémy Ménez à la 53e minute puis Yohan Cabaye à la 56e minute au terme d'un match parfaitement maîtrisé[F 9]. Ce match constitue une première car c'est la première fois depuis la demi-finale du Mondial 2006 que l'équipe de France remporte un match en compétition officielle et un succès contre le Portugal. Cette victoire place la France dans une position favorable pour les quarts de finale[F 10],[27],[28],[29],[A 3].

Deux joueurs sont à la lutte pour obtenir le ballon
Gaël Clichy, en duel face à Zlatan Ibrahimović contre la Suède (0-2).

Le dernier match de poule va pourtant se révéler fatal pour la suite du parcours des Bleus. Face à la Suède, déjà éliminée après deux défaites, les Bleus s'inclinent 2-0, une première depuis deux ans et la défaite contre la Biélorussie, après avoir été complètement dominés dans tous les secteurs de jeu. Les Bleus sont néanmoins qualifiés pour les quarts en finissant à la deuxième place, derrière l'Angleterre. Cette deuxième place leur impose de rencontrer l'Espagne en quart-de-finale[F 11]. Tout comme lors du Mondial 2010, de nouveaux incidents éclatent dans le vestiaire après la défaite contre la Suède, des accrochages étant survenus entre Samir Nasri et d'autres joueurs[F 12],[30],[31],[32],[A 4].

Un joueur célèbre son but tandis qu'un autre est surpris
Xabi Alonso célèbre son doublé contre l'équipe de France.

Le quart de finale contre l'Espagne (championne du monde et d'Europe en titre) voit une équipe de France encaisser le but le plus rapide sous l'ère Laurent Blanc, à la 19e minute par Xabi Alonso. Au terme d'une rencontre très pauvre en actions de jeu, les champions du monde espagnols s'imposent finalement sans forcer 2-0 grâce à un doublé de Xabi Alonso avec un penalty dans le temps additionnel. N'ayant presque rien tenté pendant le match, la France quitte la compétition sur un goût d'inachevé[F 13],[33],[34],[A 5].

À l'issue de cette élimination, de nouvelles critiques s'abattent sur l'équipe de France une nouvelle fois en raison du mauvais comportement de certains joueurs. Pour la presse nationale, cet Euro n'a pas redoré l'image de l'équipe de France qui reste brouillée après les fiascos moraux et sportifs de l'Euro 2008 et du Mondial 2010. Certains qualifient l'attitude des bleus comme « suffisante », sans jamais avoir montré une vraie volonté de se battre sur le terrain et de s'être simplement contentés de l'objectif annoncé par la FFF, à savoir la qualification pour les quarts de finale avec une prime de 100 000 euros. Samir Nasri se retrouve en pleine polémique à la suite d'un nouveau dérapage verbal avec un journaliste de l'Agence France-Presse (AFP) à la fin du match contre l'Espagne. Par ailleurs, le remboursement de la prime des 100 000 euros est souhaité par certains hommes politiques[F 14],[35],[36],[37],[38],[A 6].

Après l'Euro : débuts des qualifications pour le Mondial 2014[modifier | modifier le code]

Le , Laurent Blanc quitte ses fonctions de sélectionneur après un entretien avec le président de la Fédération Noël Le Graët survenu deux jours plus tôt[F 15],[39]. Une semaine plus tard, le , Didier Deschamps est nommé sélectionneur de l'équipe de France qui entre donc dans une nouvelle phase de transition dont l'objectif principal est la qualification à la Coupe du monde 2014 se déroulant au Brésil[40]. Le contrat du nouveau sélectionneur, d'une durée de deux ans, sera automatiquement renouvelé en cas de qualification[A 7].

Le , l'équipe de France dispute son premier match sous l'ère Didier Deschamps contre l'Uruguay dans le nouveau stade Océane au Havre. Au terme cette rencontre amicale, les deux équipent se quittent sur un score nul et vierge qui reflète bien la physionomie du match malgré la nette domination française dont deux poteaux français. Pour sa première sur le banc de l'équipe de France, Didier Deschamps commence par un nul[41],[42].

Portrait d'Olivier Giroud, de face, avec le maillot d'Arsenal
Olivier Giroud, ici sous les couleurs d'Arsenal, égalise contre l'Espagne.

Le , les Bleus entament leurs matchs de qualification face à la Finlande à Helsinki. À la 21e minute, Abou Diaby inscrit le seul but de la rencontre sur une passe de Karim Benzema. Pour leur premier match des éliminatoires, les Bleus n'ont pas manqué leur entrée en matière[43],[44]. Pour son deuxième match de qualification, la France est opposée à la Biélorussie, déjà rencontrée lors des éliminatoires de l'Euro 2012. De retour au Stade de France, les Bleus réalisent une belle prestation avec trois buts à la clé. Étienne Capoue et Christophe Jallet inscrivent leur tout premier but en sélection nationale. Malgré la réduction du score sur pénalty, la Biélorussie encaisse un troisième but par l'intermédiaire de Franck Ribéry qui porte désormais son total à 4 buts, ce qui fait de lui le meilleur buteur de l'équipe de France en 2012. Grâce à cette deuxième victoire, les Tricolores enchaînent et sont en tête du classement avec 6 points gagnés sur 6 possibles[45],[46],[47].

Le , l'équipe de France rencontre le Japon en match amical afin de préparer le rencontre importante contre l'Espagne quatre jours plus tard. Après avoir gâché de nombreuses occasions, les Bleus se font surprendre en fin de match et encaisse un but à la suite d'une contre-attaque japonaise. Les Nippons réalisent le hold-up parfait et fragilise dans le même temps la confiance de l'équipe de France[48],[49].

Le , l'équipe de France se présente face à l'équipe d'Espagne (champions du monde et double champions d'Europe en titre), affectée après sa défaite à domicile contre le Japon. Les joueurs de la Roja prennent rapidement le contrôle du match avec un but de Sergio Ramos à la 25e minute. Après un but injustement refusé à Jérémy Ménez, le gardien français Hugo Lloris arrête un pénalty de Cesc Fàbregas. En deuxième mi-temps, la France domine et se procure plusieurs occasions jusqu'à la dernière minute et une égalisation d'Olivier Giroud (rentré quelques minutes plus tôt) sur un centre de Franck Ribéry. Après le match, la presse française salut la belle prestation de l'équipe de France, notamment en seconde période, et reconnaît la performance « héroïque » que les Bleus ont réalisé[50],[51],[52].

Le , la France conclut l'année 2012 par une rencontre amicale contre l'Italie au stade Ennio-Tardini à Parme. Dans un match plaisant à regarder, la Squadra Azzura ouvre le score à la 35e minute par El Shaarawy. Mais deux minutes plus tard, Mathieu Valbuena égalise d'une frappe enroulée en pleine lucarne. En seconde période, la France prend l'avantage avec une réalisation de Bafétimbi Gomis vers l'heure de jeu. En fin de match, l'Italie pousse mais la France ne rompt pas. Sur la lancée du match nul obtenu contre l'Espagne, les Bleus termine l'année en beauté avec une victoire face aux vice-champions d'Europe et s'offre une nouvelle victoire de prestige après l'Angleterre (2010), le Brésil (2011) et l'Allemagne (2012)[53],[54].

Évolution du coefficient FIFA[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 2012, l'évolution de l'équipe de France au classement mondial de la FIFA reste assez constant. Toujours aux environs de la 15e place, la France connaît un pic à la 13e place en octobre grâce à ses deux premières victoires dans son groupe de qualifications mais chute le mois suivant à la 18e place à la suite de sa défaite contre le Japon, son plus mauvais classement depuis mai 2011. Les Bleus terminent l'année à la 17e place.

Le tableau ci-dessous présente les coefficients mensuels de l'équipe de France publiés par la FIFA durant l'année 2012[55].

Évolution du classement FIFA de l'équipe de France en 2012
Mois janv. fév. mars avril mai juin juillet août sept. oct. nov. déc.
Rang en stagnation15 en diminution 17 en augmentation16 en stagnation16 en stagnation16 en augmentation14 en stagnation14 en diminution15 en stagnation15 en augmentation13 en diminution18 en augmentation17

Afin de déterminer dans quel chapeau se trouve la France pour le tirage au sort des groupes de l'Euro 2012, le coefficient UEFA est calculé pour chaque nation en additionnant :

  • 40 % du coefficient de la phase de qualification de l'Euro 2012.
  • 40 % du coefficient de la phase de qualification et de la phase finale de la coupe du monde 2010.
  • 20 % du coefficient de la phase de qualification et de la phase finale de l'Euro 2008[56].

Bilan[modifier | modifier le code]

Bilan annuel[modifier | modifier le code]

En 2012, l'équipe de France dispute 14 matchs soldés par 8 victoires, 3 nuls et 3 défaites, soit 20 points obtenus. Les Bleus affichent une différence de but positive (+9) avec 21 buts marqués et 12 buts encaissés. Contre l'Estonie, la France s'offre sa plus large victoire (4-0) sous l'ère Laurent Blanc avec un écart de 4 buts, ce qui n'était plus arrivé depuis septembre 2009 et une victoire 5-0 contre les Îles Féroé[57]. Lors de l'Euro, la Suède met un terme à la série d'invincibilité (23 matchs sans défaite) de l'équipe de France, ayant débuté en septembre 2010, en battant 2-0 les Tricolores[58].

Classement du groupe de qualifications[modifier | modifier le code]

À l'issue des trois premières journées, l'équipe de France est en tête de son groupe de qualifications pour la Coupe du monde 2014, à égalité avec l'Espagne. En effet, avec respectivement deux victoires et un match nul, les deux équipes possèdent 7 points au classement. Derrière eux, la Géorgie est troisième avec 4 points et un match en plus. Tout comme la Biélorussie qui a 3 points, tandis que la Finlande est dernière du groupe avec seulement 2 points malgré un match en retard.

À noter que seul les premiers de chaque groupe sont qualifiés directement pour la Coupe du monde 2014. Les 8 meilleurs deuxièmes doivent passer aux matchs de barrage des qualifications tandis que les autres sont éliminés.

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.) Drapeau : Espagne Drapeau : France Drapeau : Géorgie Drapeau : Biélorussie Drapeau : Finlande
1 Drapeau : Espagne Espagne 7 3 2 1 0 6 1 +5 Drapeau : Espagne Espagne 1-1 - - -
2 Drapeau : France France 7 3 2 1 0 5 2 +3 Drapeau : France France - - 3-1 -
3 Drapeau : Géorgie Géorgie 4 4 1 1 2 2 4 -2 Drapeau : Géorgie Géorgie 0-1 - 1-0 -
4 Drapeau : Biélorussie Biélorussie 3 4 1 0 3 3 8 -5 Drapeau : Biélorussie Biélorussie 0-4 - 2-0 -
5 Drapeau : Finlande Finlande 1 2 0 1 1 1 2 -1 Drapeau : Finlande Finlande - 0-1 1-1 -

Joueurs et encadrement[modifier | modifier le code]

Dernière liste des 23 joueurs convoqués[modifier | modifier le code]

Effectif et encadrement de l'équipe de France au 14 novembre 2012[59],[60]
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Lloris, HugoHugo Lloris Capitaine 11 951 26/12/1986 (32 ans) 43 0 Drapeau : Angleterre Tottenham Hotspur 2008
16 G Mandanda, SteveSteve Mandanda 12 589 28/3/1985 (34 ans) 15 0 Drapeau : France Olympique de Marseille 2008
23 G Landreau, MickaëlMickaël Landreau 14 734 14/5/1979 (40 ans) 11 0 Drapeau : France LOSC Lille 2001
15 D Réveillère, AnthonyAnthony Réveillère 14 554 10/11/1979 (39 ans) 20 1 Drapeau : France Olympique lyonnais 2003
13 D Debuchy, MathieuMathieu Debuchy 12 467 28/7/1985 (34 ans) 13 1 Drapeau : France LOSC Lille 2011
4 D Rami, AdilAdil Rami 12 315 27/12/1985 (33 ans) 24 1 Drapeau : Espagne Valence CF 2010
5 D Sakho, MamadouMamadou Sakho 10 806 13/2/1990 (29 ans) 11 0 Drapeau : France Paris SG 2010
17 D Koscielny, LaurentLaurent Koscielny 12 423 10/9/1985 (34 ans) 7 0 Drapeau : Angleterre Arsenal 2011
2 D Yanga-Mbiwa, MapouMapou Yanga-Mbiwa 11 080 15/5/1989 (30 ans) 3 0 Drapeau : France Montpellier Hérault SC 2012
3 D Évra, PatricePatrice Évra 14 002 15/5/1981 (38 ans) 47 0 Drapeau : Angleterre Manchester United 2004
22 D Trémoulinas, BenoîtBenoît Trémoulinas 12 314 28/12/1985 (33 ans) 1 0 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 2012
21 M Gourcuff, YoannYoann Gourcuff 12 119 11/7/1986 (33 ans) 30 4 Drapeau : France Olympique lyonnais 2008
6 M Cabaye, YohanYohan Cabaye 12 297 14/1/1986 (33 ans) 19 1 Drapeau : Angleterre Newcastle United 2010
12 M Matuidi, BlaiseBlaise Matuidi 11 847 9/4/1987 (32 ans) 9 0 Drapeau : France Paris SG 2010
11 M Sissoko, MoussaMoussa Sissoko 10 987 16/8/1989 (30 ans) 6 0 Drapeau : France Toulouse FC 2009
21 M Gonalons, MaximeMaxime Gonalons 11 085 10/5/1989 (30 ans) 6 0 Drapeau : France Olympique lyonnais 2011
20 M Capoue, ÉtienneÉtienne Capoue 11 388 11/7/1988 (31 ans) 4 1 Drapeau : France Toulouse FC 2012
14 A Ménez, JérémyJérémy Ménez 11 819 7/5/1987 (32 ans) 21 2 Drapeau : France Paris SG 2010
8 A Valbuena, MathieuMathieu Valbuena 12 770 28/9/1984 (34 ans) 18 3 Drapeau : France Olympique de Marseille 2010
7 A Ribéry, FranckFranck Ribéry 13 310 7/4/1983 (36 ans) 70 11 Drapeau : Allemagne Bayern Munich 2006
10 A Payet, DimitriDimitri Payet 11 858 29/3/1987 (32 ans) 3 0 Drapeau : France LOSC Lille 2010
9 A Giroud, OlivierOlivier Giroud 12 038 30/9/1986 (32 ans) 14 2 Drapeau : Angleterre Arsenal 2011
18 A Gomis, BafétimbiBafétimbi Gomis 12 458 6/8/1985 (34 ans) 10 3 Drapeau : France Olympique lyonnais 2008
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Philippe Lambert
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Franck Raviot
Kinésithérapeute(s)
  • Drapeau : France Jean-Yves Vandewalle
  • Drapeau : France Christophe Geoffroy
  • Drapeau : France Thierry Laurent
  • Drapeau : France Cyril Praud
Médecin(s)
  • Drapeau : France Franck Le Gall

Directeur administratif

  • Drapeau : France Frédéric Forestas

Coordinateur sportif

  • Drapeau : France Erwan Le Prévost

Légende

modifier


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueurs suivants ne font pas partie du dernier groupe appelé mais ont été retenus en équipe nationale lors de l'année 2012.

Les joueurs qui comportent ce signe Injury icon 2.svg, sont blessés lors du rassemblement de novembre pour le match contre l'Italie.

Pos. Nom Date de Naissance Sél. Buts Club Dernier appel
AT Karim Benzema Injury icon 2.svg (31 ans) 54 15 Drapeau : Espagne Real Madrid vs Drapeau : Espagne Espagne, 16 octobre 2012
DF Gaël Clichy Injury icon 2.svg (34 ans) 16 0 Drapeau : Angleterre Manchester City vs Drapeau : Espagne Espagne, 16 octobre 2012
DF Christophe Jallet Injury icon 2.svg (35 ans) 3 1 Drapeau : France Paris SG vs Drapeau : Espagne Espagne, 16 octobre 2012
ML Clément Chantôme Injury icon 2.svg (32 ans) 1 0 Drapeau : France Paris SG vs Drapeau : Espagne Espagne, 16 octobre 2012
ML Abou Diaby Injury icon 2.svg (33 ans) 16 1 Drapeau : Angleterre Arsenal vs Drapeau : Biélorussie Biélorussie, 11 septembre 2012
ML Rio Mavuba Injury icon 2.svg (35 ans) 9 0 Drapeau : France LOSC Lille vs Drapeau : Biélorussie Biélorussie, 11 septembre 2012
ML Marvin Martin (31 ans) 15 2 Drapeau : France LOSC Lille vs Drapeau : Uruguay Uruguay, 15 août 2012
AT Jimmy Briand (34 ans) 5 0 Drapeau : France Olympique lyonnais vs Drapeau : Uruguay Uruguay, 15 août 2012
DF Raphaël Varane (26 ans) 0 0 Drapeau : Espagne Real Madrid vs Drapeau : Uruguay Uruguay, 15 août 2012
ML Florent Malouda (39 ans) 80 9 Drapeau : Angleterre Chelsea Euro 2012, 23 juin 2012
ML Alou Diarra Injury icon 2.svg (38 ans) 44 0 Drapeau : Angleterre West Ham Euro 2012, 23 juin 2012
ML Samir Nasri (32 ans) 35 4 Drapeau : Angleterre Manchester City Euro 2012, 23 juin 2012
DF Philippe Mexès (37 ans) 29 1 Drapeau : Italie AC Milan Euro 2012, 23 juin 2012
ML Yann M'Vila (29 ans) 22 1 Drapeau : France Stade rennais Euro 2012, 23 juin 2012
ML Hatem Ben Arfa (32 ans) 13 2 Drapeau : Angleterre Newcastle United Euro 2012, 23 juin 2012
GB Cédric Carrasso (37 ans) 1 0 Drapeau : France Girondins de Bordeaux Euro 2012, 23 juin 2012
AT Loïc Rémy (32 ans) 17 4 Drapeau : France Olympique de Marseille vs Drapeau : Islande Islande, 27 mai 2012
DF Éric Abidal Injury icon 2.svg (40 ans) 61 0 Drapeau : Espagne FC Barcelone vs Drapeau : Allemagne Allemagne, 29 février 2012
AT Louis Saha (41 ans) 20 4 Drapeau : Angleterre Sunderland vs Drapeau : Allemagne Allemagne, 29 février 2012
AT Kevin Gameiro (32 ans) 8 1 Drapeau : France Paris SG vs Drapeau : Allemagne Allemagne, 29 février 2012
ML Morgan Amalfitano (34 ans) 1 0 Drapeau : France Olympique de Marseille vs Drapeau : Allemagne Allemagne, 29 février 2012

Groupe des 23 joueurs pour l'Euro 2012[modifier | modifier le code]

Numéro / Nom Équipe Sél. (but) Date de naissance J. Soccer.svg Yellow card.svg Yellow card.svgRed card.svg Red card.svg
Gardiens de but
1 Hugo Lloris Capitaine Drapeau de la France Olympique lyonnais 36 (0) (32 ans) 3 0 0 0 0
16 Steve Mandanda Drapeau de la France Olympique de Marseille 15 (0) (34 ans) 0 0 0 0 0
23 Cédric Carrasso Drapeau de la France Girondins de Bordeaux 1 (0) (37 ans) 0 0 0 0 0
Défenseurs
2 Mathieu Debuchy Drapeau de la France Lille OSC 8 (1) (34 ans) 3 0 1 0 0
3 Patrice Évra Drapeau de l'Angleterre Manchester United 42 (0) (38 ans) 1 0 0 0 0
4 Adil Rami Drapeau de l'Espagne Valence CF 23 (1) (33 ans) 3 0 0 0 0
5 Philippe Mexès Drapeau de l'Italie AC Milan 29 (1) (37 ans) 3 0 2 0 0
13 Anthony Réveillère Drapeau de la France Olympique lyonnais 17 (1) (39 ans) 0 0 0 0 0
21 Laurent Koscielny Drapeau de l'Angleterre Arsenal 3 (0) (34 ans) 0 0 0 0 0
22 Gaël Clichy Drapeau de l'Angleterre Manchester City 14 (0) (34 ans) 2 0 0 0 0
Milieux de terrain
6 Yohan Cabaye Drapeau de l'Angleterre Newcastle United 15 (1) (33 ans) 2 1 0 0 0
8 Mathieu Valbuena Drapeau de la France Olympique de Marseille 12 (2) (34 ans) 0 0 0 0 0
11 Samir Nasri Drapeau de l'Angleterre Manchester City 34 (4) (32 ans) 3 1 0 0 0
12 Blaise Matuidi Drapeau de la France Paris SG 4 (0) (32 ans) 0 0 0 0 0
15 Florent Malouda Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC 79 (9) (39 ans) 2 0 0 0 0
17 Yann M'Vila Drapeau de la France Stade rennais 21 (1) (29 ans) 2 0 0 0 0
18 Alou Diarra Drapeau de la France Olympique de Marseille 44 (0) (38 ans) 3 0 0 0 0
19 Marvin Martin Drapeau de la France FC Sochaux 14 (2) (31 ans) 2 0 0 0 0
Attaquants
7 Franck Ribéry Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich 63 (10) (36 ans) 3 0 0 0 0
9 Olivier Giroud Drapeau de la France Montpellier HSC 8 (1) (32 ans) 2 0 0 0 0
10 Karim Benzema Drapeau de l'Espagne Real Madrid 48 (15) (31 ans) 3 0 0 0 0
14 Jérémy Ménez Drapeau de la France Paris SG 15 (2) (32 ans) 2 1 1 0 0
20 Hatem Ben Arfa Drapeau de l'Angleterre Newcastle United 13 (2) (32 ans) 2 0 0 0 0

Capitaine = capitaine -- Gardien de butDéfenseurMilieu de terrainAttaquantSélectionneur

Matchs[modifier | modifier le code]

Date Stade, ville, pays Adversaire Score Compétition
Weserstadion
Brême, Allemagne
Drapeau : Allemagne Allemagne 1 - 2 A
Stade du Hainaut
Valenciennes, France
Drapeau : Islande Islande 3 - 2 A
Stade Auguste-Delaune
Reims, France
Drapeau : Serbie Serbie 2 - 0 A
MMArena
Le Mans, France
Drapeau : Estonie Estonie 4 - 0 A
Donbass Arena
Donetsk, Ukraine
Drapeau : Angleterre Angleterre 1 - 1 Euro 2012
Donbass Arena
Donetsk, Ukraine
Drapeau : Ukraine Ukraine 0 - 2 Euro 2012
Stade olympique
Kiev, Ukraine
Drapeau : Suède Suède 2 - 0 Euro 2012
Donbass Arena
Donetsk, Ukraine
Drapeau : Espagne Espagne 2 - 0 Euro 2012
Stade Océane
Le Havre, France
Drapeau : Uruguay Uruguay 0 - 0 A
Stade olympique d'Helsinki
Helsinki, Finlande
Drapeau : Finlande Finlande 0 - 1 QCM
Stade de France
Saint-Denis, France
Drapeau : Biélorussie Biélorussie 3 - 1 QCM
Stade de France
Saint-Denis, France
Drapeau : Japon Japon 0 - 1 A
Stade Vicente Calderon
Madrid,Espagne
Drapeau : Espagne Espagne 1 - 1 QCM
Stade Ennio-Tardini
Parme,Italie
Drapeau : Italie Italie 1 - 2 A

Aspects tactiques[modifier | modifier le code]

Portrait, de face, d'Hugo LLoris lors de la présentation des équipes
Désigné capitaine par Laurent Blanc, Hugo Lloris garde la confiance du sélectionneur, Didier Deschamps.

Fidèle à son 4-3-3 instauré en début de mandat de sélectionneur, Laurent Blanc reproduit ce même schéma de jeu à chaque match mis à part contre l'Allemagne où il met en place un 4-2-3-1 avec Samir Nasri comme meneur de jeu[61]. Après la parenthèse allemande, il revient au 4-3-3 pour les matchs de préparation avant l'Euro[62]. Au terme de ces rencontres, une « équipe-type » se dégage : Hugo Lloris dans les buts ; Mathieu Debuchy, Adil Rami, Philippe Mexès et Patrice Évra (en concurrence avec Gaël Clichy) forment la ligne défensive ; Viennent ensuite les trois milieux de terrain avec Alou Diarra en sentinelle encadré par Yohan Cabaye et Florent Malouda ; Enfin, la ligne d'attaque est composée de Franck Ribéry à gauche et Karim Benzema en pointe ; Seul le côté droit de l'attaque reste incertain où Samir Nasri, Jérémy Ménez et Hatem Ben Arfa se disputent la place de titulaire[63],[64]. Ce onze de départ est reconduit quasiment tout le long de l'Euro à quelques remaniements près. Par contre, à la suite d'un concours de circonstances, Laurent Blanc doit effectuer plusieurs changements majeurs lors du quart-de-finale contre l'Espagne. Il remplace Philippe Mexès (suspendu) par Laurent Koscielny et place Anthony Réveillère au poste d'arrière droit faisant avancer d'un cran Mathieu Debuchy. Alou Diarra est lui aussi remplacé, poste pour poste, par Yann M'Vila[65].

Pour son premier match avec les Bleus, Didier Deschamps, le nouveau sélectionneur, établit un 4-4-2 classique contre l'Uruguay avec notamment quatre joueurs absents à l'Euro et aligne, pour la première fois en tant que titulaire, le duo Giroud-Benzema[66],[67]. Par la suite, Deschamps revient au 4-3-3 (qu'il a utilisé pendant 3 saisons à l'OM) et fait émerger plusieurs joueurs au sein du groupe comme Rio Mavuba, Mamadou Sakho, Mapou Yanga-Mbiwa, Blaise Matuidi ou encore Moussa Sissoko. Il garde aussi sa confiance à Hugo Lloris, le capitaine des Bleus, malgré son statut de remplaçant à Tottenham[68]. En se privant de joueurs comme Philippe Mexès, Florent Malouda ou encore Samir Nasri, Deschamps marque la rupture avec l'ère Laurent Blanc[69]. Contre l'Espagne, l'équipe de France change son schéma de jeu en seconde période pour un 4-2-3-1, ce qui s'avère efficace puisque les Bleus arrache le nul face aux champions d'Europe et du monde en titre. Sur la lancée de la belle prestation contre l'Espagne, Didier Deschamps reconduit le 4-2-3-1 face à l'Italie avec Mathieu Valbuena en meneur de jeu[70].

Tactique de l'équipe de France lors de l'Euro 2012
Premier tour : France-Angleterre (1-1)
Premier tour : Ukraine-France (0-2)
Premier tour : Suède-France (2-0)
Quart de finale : Espagne-France (2-0)

Statistiques[modifier | modifier le code]

Résultats détaillés[modifier | modifier le code]

Match amical Drapeau : Allemagne Allemagne 1 – 2 Drapeau : France France Weserstadion
Brême, Allemagne

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Cacau But inscrit après 90 minutes 90e (0 – 1) But inscrit après 21 minutes 21e Olivier Giroud
But inscrit après 69 minutes 69e Florent Malouda
Spectateurs : 37 800
Arbitrage : Drapeau : Italie Paolo Tagliavento
Rapport

Match amical Drapeau : France France 3 – 2 Drapeau : Islande Islande Stade du Hainaut
Valenciennes, France

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Mathieu Debuchy But inscrit après 52 minutes 52e
Franck Ribéry But inscrit après 85 minutes 85e
Adil Rami But inscrit après 87 minutes 87e
(0 – 2) But inscrit après 28 minutes 28e Birkir Bjarnason
But inscrit après 34 minutes 34e Kolbeinn Sigþórsson
Spectateurs : 20 580
Arbitrage : Drapeau : Belgique Sebastien Delferière
Rapport

Match amical Drapeau : France France 2 – 0 Drapeau : Serbie Serbie Stade Auguste-Delaune
Reims, France

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Franck Ribéry But inscrit après 11 minutes 11e
Florent Malouda But inscrit après 15 minutes 15e
(2 – 0) Spectateurs : 18 000
Arbitrage : Drapeau : Allemagne Knut Kircher
Rapport

Match amical Drapeau : France France 4 – 0 Drapeau : Estonie Estonie MMArena
Le Mans, France

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Franck Ribéry But inscrit après 24 minutes 24e
Karim Benzema But inscrit après 37 minutes 37e But inscrit après 47 minutes 47e
Jérémy Ménez But inscrit après 90 minutes 90e
(2 – 0) Spectateurs : 23 500
Arbitrage : Drapeau : Israël Liran Liany
Rapport

Euro 2012 Drapeau : France France 1 – 1 Drapeau : Angleterre Angleterre Donbass Arena
Donetsk, Ukraine

18 h 00 (UTC+1)
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Samir Nasri But inscrit après 39 minutes 39e (1 – 1) But inscrit après 30 minutes 30e Joleon Lescott Spectateurs : 50 000
Arbitrage : Drapeau de l'Italie Nicola Rizzoli
Rapport

Euro 2012 Drapeau : Ukraine Ukraine 0 – 2 Drapeau : France France Donbass Arena
Donetsk, Ukraine

18 h 00 (UTC+1)
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 - 0) But inscrit après 53 minutes 53e Jérémy Ménez
But inscrit après 56 minutes 56e Yohan Cabaye
Spectateurs : 48 000
Arbitrage : Drapeau des Pays-Bas Björn Kuipers
Rapport

Euro 2012 Suède Drapeau : Suède 2 – 0 Drapeau : France France Stade olympique
Kiev, Ukraine

20 h 45 (UTC+1)
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Zlatan Ibrahimović But inscrit après 54 minutes 54e
Sebastian Larsson But inscrit après 90+1 minutes 90+1e
(0 - 0) Spectateurs : 63 000
Arbitrage : Drapeau du Portugal Pedro Proença
Rapport

Euro 2012 Espagne Drapeau : Espagne 2 – 0 Drapeau : France France Donbass Arena
Donetsk, Ukraine

20 h 45
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Xabi Alonso But inscrit après 19 minutes 19e But inscrit après 90+1 minutes 90+1e (pén.) (1 – 0) Spectateurs : 48 000
Arbitrage : Drapeau : Italie Nicola Rizzoli
Rapport

Match amical Drapeau : France France 0 – 0 Drapeau : Uruguay Uruguay Stade Océane
Le Havre, France

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 – 0) Spectateurs : 25 000
Arbitrage : Drapeau : Italie Daniele Orsato
Rapport

Qualifications Coupe du monde Drapeau : Finlande Finlande 0 – 1 Drapeau : France France Stade olympique
Helsinki, Finlande

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 – 1) But inscrit après 20 minutes 20e Abou Diaby Spectateurs : 35 111
Arbitrage : Drapeau : Écosse Craig Thomson
Rapport

Qualifications Coupe du monde Drapeau : France France 3 – 1 Drapeau : Biélorussie Biélorussie Stade de France
Saint-Denis, France

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Étienne Capoue But inscrit après 49 minutes 49e
Christophe Jallet But inscrit après 68 minutes 68e
Franck Ribéry But inscrit après 80 minutes 80e
(0 – 0) But inscrit après 72 minutes 72e Anton Putsila Spectateurs : 55 000
Arbitrage : Drapeau : Turquie Hüseyin Göçek
Rapport

Match amical Drapeau : France France 0 – 1 Drapeau : Japon Japon Stade de France
Saint-Denis, France

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(0 – 0) But inscrit après 89 minutes 89e Shinji Kagawa Spectateurs : 55 000
Arbitrage : Drapeau : Écosse William Collum
Rapport

Qualifications Coupe du monde Drapeau : Espagne Espagne 1 – 1 Drapeau : France France Stade Vicente-Calderón
Madrid, Espagne

21 h 00
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Sergio Ramos But inscrit après 25 minutes 25e (1 – 0) But inscrit après 90+4 minutes 90+4e Olivier Giroud Spectateurs : 48 000
Arbitrage : Drapeau : Allemagne Felix Brych
Rapport

Match amical Drapeau : Italie Italie 1 – 2 Drapeau : France France Stade Ennio Tardini
Parme, Italie

20 h 50
Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Stephan El Shaarawy But inscrit après 35 minutes 35e (1 – 1) But inscrit après 37 minutes 37e Mathieu Valbuena
But inscrit après 67 minutes 67e Bafétimbi Gomis
Spectateurs : 19 665
Arbitrage : Drapeau : Espagne Undiano Mallenco
Rapport

Temps de jeu des joueurs[modifier | modifier le code]

En 2012, Franck Ribéry est le joueur qui a disputé le plus de matchs (14), soit toutes les rencontres de l'équipe de France cette année-là. En minutes, c'est Hugo Lloris qui a eu le plus de temps de jeu avec 1 170 minutes écoulées sur les terrains alors que Ribéry n'en compte que 989. De plus, le gardien tricolore a gardé le brassard lors de tous les matchs sauf contre l'Islande où c'est Philippe Mexès qui a hérité du capitanat. Le joueur ayant eu le moins de temps de jeu est Benoît Trémoulinas avec seulement une minute à son actif contre l'Italie.

Joueurs Drapeau : Allemagne Drapeau : Islande Drapeau : Serbie Drapeau : Estonie Drapeau : Angleterre Drapeau : Ukraine Drapeau : Suède Drapeau : Espagne Drapeau : Uruguay Drapeau : Finlande Drapeau : Biélorussie Drapeau : Japon Drapeau : Espagne Drapeau : Italie
Gardiens de but
Hugo Lloris (Olympique lyonnais puis Tottenham Hotspur) 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine
Steve Mandanda (Olympique de Marseille) 90
Défenseurs
Philippe Mexès (Milan AC) 90 Carton jaune 90 Capitaine Carton jaune 72 Remplacé Carton jaune 90 90 90 Carton jaune 90 Carton jaune
Adil Rami (Valence CF) 90 90 But inscrit 18 Entré  90 90 90 90 90
Éric Abidal (FC Barcelone) 90
Mathieu Debuchy (Lille OSC) 90 90 But inscrit 90 90 90 Carton jaune 90 64 Remplacé 28 Remplacé 45 Remplacé 90 47 Remplacé
Patrice Évra (Manchester United) 90 90 90 90 90 90 90 90
Anthony Réveillère (Olympique lyonnais) 90 90 90 43 Entré 
Laurent Koscielny (Arsenal FC) 90 25 Entré  90 90 90 Carton jaune 90
Gaël Clichy (Manchester City) 90 90 90 90 90
Mamadou Sakho (Paris SG) 90 90 90 90 90 90
Mapou Yanga-Mbiwa (Montpellier HSC) 90 90 Carton jaune 90 Carton jaune
Christophe Jallet (Paris SG) 28 Entré  90 But inscrit 45 Entré 
Benoît Trémoulinas (Girondins de Bordeaux) 1 Entré 
Milieux
Yann M'Vila (Stade rennais) 62 Remplacé 5 Remplacé 22 Entré  83 Remplacé 79 Remplacé
Yohan Cabaye (Newcastle United) 62 Remplacé 58 Remplacé 61 Remplacé 52 Remplacé 84 Remplacé 68 Remplacé But inscrit 90 Carton jaune 73 RemplacéCarton jaune 75 Remplacé 90
Samir Nasri (Manchester City) 90 58 Remplacé 90 73 Remplacé 90 But inscrit 90 77 Remplacé 25 Entré 
Mathieu Valbuena (Olympique de Marseille) 68 Remplacé 15 Entré  38 Entré  75 Remplacé 63 Entré  59 Entré  45 Entré  33 Entré  72 Remplacé But inscrit
Franck Ribéry (Bayern Munich) 45 Remplacé 15 Entré  But inscrit 61 Remplacé But inscrit 65 Remplacé But inscrit 90 90 90 90 90 89 Remplacé 89 Remplacé But inscrit 22 Entré  90 63 Remplacé
Jérémy Ménez (Paris SG) 45 Entré  75 Remplacé 29 Entré  17 Entré  But inscrit 73 Remplacé Carton jaune But inscrit 13 Entré  26 Entré  Carton jaune 63 Remplacé 89 Entré  68 Remplacé 68 Remplacé 27 Entré 
Alou Diarra (Olympique de Marseille puis West Ham) 28 Entré  32 Entré  85 Entré  65 Remplacé 90 90 90
Florent Malouda (Chelsea) 28 Entré  But inscrit 32 Entré  76 Remplacé But inscrit 73 Remplacé 85 Remplacé 31 Entré  65 Remplacé
Morgan Amalfitano (Olympique de Marseille) 22 Entré 
Yoann Gourcuff (Olympique lyonnais) 75 Remplacé 18 Entré 
Hatem Ben Arfa (Newcastle United) 58 Remplacé 14 Entré  17 Entré  6 Entré  59 Remplacé
Marvin Martin (FC Sochaux-Montbéliard puis Lille OSC) 32 Entré  29 Entré  25 Entré  5 Entré  17 Entré  63 Entré  Carton jaune
Rio Mavuba (Lille OSC) 46Remplacé 90 90
Maxime Gonalons (Olympique lyonnais) 90 22 Entré  57 Remplacé Carton jaune 7 Entré 
Étienne Capoue (Toulouse FC) 45 Entré  Carton jaune 90 But inscrit 68 Remplacé 83 Remplacé
Abou Diaby (Arsenal FC) 90 But inscrit
Blaise Matuidi (Paris SG) 73 Entré  Carton jaune 75 Entré  45 Remplacé 90 90
Moussa Sissoko (Toulouse FC) 90 22 Entré  90 Remplacé
Clément Chantôme (Paris SG) 30 Entré  Remplacé
Attaquants
Olivier Giroud (Montpellier HSC puis Arsenal FC) 76 Remplacé But inscrit 32 Entré  29 Entré  17 Entré  15 Entré  7 Entré  11 Entré  74 Remplacé 59 Remplacé 90 7 Entré  But inscrit 63 Entré 
Louis Saha (Tottenham Hotspur puis Sunderland AFC) 14 Entré 
Karim Benzema (Real Madrid) 58 Remplacé 61 Remplacé 73 Remplacé But inscrit But inscrit 90 75 Remplacé 90 90 63 Remplacé 90 90 45 Remplacé 87 Remplacé
Bafétimbi Gomis (Olympique lyonnais) 14 Entré  74 Entré  1 Entré  15 Entré  27 Entré  But inscrit
Jimmy Briand (Olympique lyonnais) 75 Entré 

Buteurs[modifier | modifier le code]

En 2012, Franck Ribéry est le meilleur buteur de l'équipe de France avec 4 buts. Ces trois premiers buts ont été inscris lors des matchs de préparation pour l'Euro, respectivement contre l'Islande, la Serbie et l'Estonie. Le quatrième but est marqué contre la Biélorussie, match qualificatif pour le Mondial 2014.

Tableau des buteurs français
Place Nom Matchs amicaux Euro 2012 Qualifications Mondial 2014 TOTAL des BUTS
1 Franck Ribéry 3 buts (Drapeau : Islande Islande, Drapeau : Serbie Serbie, Drapeau : Estonie Estonie) - 1 but (Drapeau : Biélorussie Biélorussie) 4 buts
2 Karim Benzema 2 buts (Drapeau : Estonie Estonie, Drapeau : Estonie Estonie) - - 2 buts
- Florent Malouda 2 buts (Drapeau : Allemagne Allemagne, Drapeau : Serbie Serbie) - - 2 buts
- Jérémy Ménez 1 but (Drapeau : Estonie Estonie) 1 but (Drapeau : Ukraine Ukraine) - 2 buts
- Olivier Giroud 1 but (Drapeau : Allemagne Allemagne) - 1 but (Drapeau : Espagne Espagne) 2 buts
3 Mathieu Debuchy 1 but (Drapeau : Islande Islande) - - 1 but
- Adil Rami 1 but (Drapeau : Islande Islande) - - 1 but
- Samir Nasri - 1 but (Drapeau : Angleterre Angleterre) - 1 but
- Yohan Cabaye - 1 but (Drapeau : Ukraine Ukraine) - 1 but
- Abou Diaby - - 1 but (Drapeau : Finlande Finlande) 1 but
- Étienne Capoue - - 1 but (Drapeau : Biélorussie Biélorussie) 1 but
- Christophe Jallet - - 1 but (Drapeau : Biélorussie Biélorussie) 1 but
- Mathieu Valbuena 1 but (Drapeau : Italie Italie) - - 1 but
- Bafétimbi Gomis 1 but (Drapeau : Italie Italie) - - 1 but
Détails 16 buteurs français 13 buts 3 buts 5 buts 21 buts

Passeurs[modifier | modifier le code]

En 2012, Karim Benzema est le meilleur passeur de l'équipe de France avec 6 offrandes pour 5 joueurs différents.

6 passes
Karim Benzema (Drapeau : Islande Islande pour Mathieu Debuchy, Drapeau : Estonie Estonie pour Franck Ribéry, Drapeau : Ukraine Ukraine pour Jérémy Ménez et Yohan Cabaye, Drapeau : Finlande Finlande pour Abou Diaby, Drapeau : Biélorussie Biélorussie pour Franck Ribéry)

4 passes
Franck Ribéry (Drapeau : Estonie Estonie pour Karim Benzema, Drapeau : Biélorussie Biélorussie pour Étienne Capoue et Christophe Jallet, Drapeau : Espagne Espagne pour Olivier Giroud)

3 passes
Olivier Giroud (Drapeau : Islande Islande pour Franck Ribéry et Adil Rami, Drapeau : Estonie Estonie pour Jérémy Ménez)

2 passes
Mathieu Debuchy (Drapeau : Allemagne Allemagne pour Olivier Giroud et Florent Malouda)

Aspects socio-économiques[modifier | modifier le code]

Maillots[modifier | modifier le code]

Portrait, de face, de Franck Ribéry possédant le ballon
Franck Ribéry portant la maillot extérieur de l'équipe de France.

L'équipe de France porte en 2012 un maillot confectionné par Nike, équipementier des Bleus depuis 2011.

Le maillot extérieur est dévoilé en février peu avant le match contre l'Allemagne, il est entièrement blanc et assez classique avec des rayures sur les manches et une longue patte de boutonnage[71]. Le maillot domicile est quant à lui présenté en avril au Couvent des Célestins, siège de l'état-major de la garde républicaine, dans le 4e arrondissement de Paris. De même qu'en 2011, le maillot est composé de lignes horizontales de la marinière, insérées de manière plutôt discrète avec un bleu plus foncé que celui qui recouvre l'intégralité du maillot. La principale différence se situe au niveau du col, relevé et d'un bleu plus clair. De plus, l'écusson du coq français est, cette fois-ci, doré tout comme celui du logo de Nike. Les deux maillots sont signés par la phrase « Nos différences nous unissent », référence à la dimension multiculturelle de la France. Ces tuniques seront celles utilisées lors de l'Euro 2012[72],[73].

Couleurs Bleu et blanc
Marque Nike
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile bis
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Audiences[modifier | modifier le code]

Jour de diffusion Match Compétition Diffuseur Téléspectateurs Part d'audience Référence
Allemagne - France Amical TF1 6 489 000 26,3 % [74]
France - Islande 5 700 000 26,6 % [75]
France - Serbie 6 383 000 26 % [76]
France - Estonie 6 697 000 27,2 % [77]
France - Angleterre Championnat d'Europe (Phase de groupe) 10 300 000 50,2 % [78]
Ukraine - France M6 10 500 000 46,6 % [79]
Suède - France 12 200 000 44,5 % [80]
Espagne - France Championnat d'Europe (Quart de finale) TF1 11 264 000 52,3 % [81]
France - Uruguay Amical 5 186 000 27,4 % [82]
Finlande - France Qualification Coupe du monde 2014 M6 5 212 000 21,8 % [83]
France - Biélorussie TF1 6 900 000 29 % [84]
France - Japon Amical 5 124 000 21,3 % [85]
Espagne - France Qualification Coupe du monde 2014 8 538 000 33,1 % [83]
Italie - France Amical 6 043 000 23 % [86]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références extraites de L'Année du football 2012[modifier | modifier le code]

  1. Le Chevallier 2012, Olivier Giroud fait capituler l'Allemagne
  2. Le Chevallier 2012, Pas si nul pour un départ
  3. Le Chevallier 2012, Coup de foudre à Donetsk
  4. Le Chevallier 2012, Coup de panne à Kiev
  5. Le Chevallier 2012, Regrets éternels
  6. Le Chevallier 2012, Des sales gosses chez les Bleus
  7. Le Chevallier 2012, Didier Deschamps fera-t-il mieux que Laurent Blanc ?

Références extraites de Football 2012 - Toute la saison 2011-2012[modifier | modifier le code]

  1. L'Équipe 2012, Huit mois pour grandir, p. 157
  2. L'Équipe 2012, Ça change le paysage, p. 158-159
  3. L'Équipe 2012, Une vraie prise de risques, p. 160
  4. L'Équipe 2012, Il faudra regarder derrière, p. 161
  5. L'Équipe 2012, Ribéry-Clichy-Malouda, la gauche forte, p. 161
  6. L'Équipe 2012, Benzema et les tripoteurs, p. 161
  7. L'Équipe 2012, « Ça s'adressait à vous ! », p. 164
  8. L'Équipe 2012, Le but de l'orgueil, p. 164
  9. L'Équipe 2012, Et le ciel s'éclaircit, p. 165
  10. L'Équipe 2012, « Un poids en moins », p. 166
  11. L'Équipe 2012, Difficile à qualifier, p. 167
  12. L'Équipe 2012, Des « missiles » dans le vestiaire, p. 167
  13. L'Équipe 2012, Partis sans laisser de trace, p. 170
  14. L'Équipe 2012, Pour l'image, on repassera, p. 171
  15. L'Équipe 2012, Une ombre sur la fin, p. 172

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Laurent Blanc : "Notre objectif à l'Euro ? Gagner un match" », sur lemonde.fr (consulté le 8 février 2013)
  2. [vidéo] « Lloris : « Premier objectif, les quarts de finale » », sur fff.fr,
  3. « EdF - Le Graet : « Objectif quart de finale » », sur goal.com,
  4. « Equipe de France à l'Euro 2012 : objectif quarts de finale », sur sudouest.fr (consulté le 8 février 2013)
  5. Le Graët laisse un Blanc sur le site sports.orange.fr, Consulté le 10 septembre 2012
  6. Blanc-Le Graët, divorce consommé sur le site sports.orange.fr, Consulté le 10 septembre 2012
  7. « L'équipe de France s'impose 2 à 1 face à l'Allemagne », sur france24.com (consulté le 5 novembre 2012)
  8. « La France épingle l'Allemagne à Brême », sur uefa.com (consulté le 5 novembre 2012)
  9. « L'équipe de France se rassure en Allemagne avant l'Euro 2012 », sur rfi.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  10. Première pré-liste française UEFA.com
  11. Yanga Mbiwa et Gourcuff retenus dans la deuxième pré-liste de 15 joueurs eurosport.fr
  12. Les bannis sont partis euro.tf1.fr
  13. « Fiche du match France-Islande 3-2 », sur lequipe.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  14. « France-Islande 3-2 : les bons (Giroud) et les mauvais (Evra) points », sur rue89.com (consulté le 5 novembre 2012)
  15. « La France fait vite face aux Serbes », sur uefa.com (consulté le 5 novembre 2012)
  16. « Foot : la France gagne (2-0) face à la Serbie », sur europe1.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  17. « Euro 2012: la France se rassure encore contre l'Estonie », sur lexpress.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  18. « La France et Benzema d'attaque », sur uefa.com (consulté le 5 novembre 2012)
  19. « Avez-vous pardonné aux Bleus? », sur lexpress.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  20. La plus large victoire de Blanc sur le site lequipe.fr, Consulté le 6 juin 2012
  21. Ribéry-Benzema : un sacré duo sur Le Figaro, 6 juin 2012
  22. Ribéry-Benzema si complices… sur Le Dauphiné libéré, 6 juin 2012
  23. EdF : Blanc pointe du doigt sa défense sur maxifoot.fr, 6 juin 2012
  24. « Fiche du match France-Angleterre (1-1) », sur lequipe.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  25. « EURO 2012. France/Angleterre (1-1) : les Bleus méritaient de gagner », sur nouvelobs.com (consulté le 5 novembre 2012)
  26. « Euro 2012. Nasri à L'Equipe: "Ferme ta gueule!" », sur lexpress.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  27. « Fiche du match Ukraine-France (0-2) », sur lequipe.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  28. « Euro 2012 : victoire de la France (2-0) face à l'Ukraine ! », sur lepoint.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  29. « Euro: précieux succès pour la France face à l'Ukraine (2-0) », sur leparisien.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  30. « Equipe de France: Les Bleus qualifiés mais inqualifiables », sur 20minutes.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  31. « Euro 2012 : la France va en quarts par la petite porte », sur lemonde.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  32. « EdF : ce qui s'est vraiment passé dans le vestiaire après la défaite contre la Suède », sur footmercato.net (consulté le 5 novembre 2012)
  33. « La France éliminée de l'Euro après sa défaite contre l'Espagne (0-2) », sur francetvinfo.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  34. « Euro 2012: La France bute sur plus fort qu'elle (0-2) », sur 20minutes.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  35. « La France a-t-elle réussi son Euro ? », sur francetvinfo.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  36. « Altercation entre Nasri et un journaliste », sur sofoot.com (consulté le 5 novembre 2012)
  37. « Euro 2012 : Après France-Suède, la presse allume les Bleus », sur sudouest.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  38. « Euro 2012: selon vous, les Bleus doivent-ils renoncer à leurs primes? », sur lexpress.fr (consulté le 5 novembre 2012)
  39. Laurent Blanc quitte les Bleus, francefootball.fr, 30 juin 2012.
  40. « Foot – Bleus : Deschamps sélectionneur (officiel) », L'Équipe, 8 juillet 2012.
  41. « France - Uruguay : 0-0 », sur lequipe.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  42. « Les Bleus de Deschamps accrochés par l'Uruguay », sur lemonde.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  43. « Fiche du match France-Finlande (1-0) », sur lequipe.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  44. « Football : la bonne entrée en matière des Bleus face à la Finlande (1-0) », sur leparisien.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  45. « Mondial 2014. La France enchaîne bien contre la Biélorussie (3-1) », sur ouest-france.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  46. « Fiche du match France-Biélorussie (3-1) », sur lequipe.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  47. « France-Biélorussie : Ribéry enfin décisif », sur rmcsport.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  48. « France - Japon : 0-1 », sur lequipe.fr (consulté le 6 novembre 2012)
  49. « Football. Amical France-Japon (0-1) : une défaite peu rassurante », sur letelegramme.com (consulté le 6 novembre 2012)
  50. Des Bleus héroïques sur le site leparisien.fr, Consulté le 23 octobre 2012
  51. Espagne - France : 1-1 sur le site lequipe.fr, Consulté le 23 octobre 2012
  52. « ESPAGNE - FRANCE (1-1). Quand le match nul se transforme en victoire », sur nouvelobs.com (consulté le 6 novembre 2012)
  53. « Football : belle victoire «amicale» des Bleus en Italie », sur rfi.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  54. « Une victoire de prestige », sur lequipe.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  55. « Classement mondial FIFA/Coca-Cola », sur fifa.com (consulté le 31 décembre 2012)
  56. (en) « National Team Coefficient Ranking », sur uefa.com (consulté le 8 février 2013)
  57. « La plus large de Laurent Blanc », sur francefootball.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  58. « La France, plus belle série d'Europe », sur francetvsport.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  59. « Liste des joueurs sélectionnés par Didier Deschamps », sur fff.fr, Fédération française de football (consulté le 10 novembre 2012)
  60. « L'encadrement des Bleus », sur fff.fr, Fédération française de football (consulté le 9 août 2012)
  61. « Blanc vers le 4-2-3-1 ? », sur lefigaro.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  62. « Pas touche au 4-3-3 pour Blanc et les Bleus », sur foot01.com (consulté le 15 novembre 2012)
  63. « EdF : l'équipe type de Blanc pour l'Euro se dessine », sur maxifoot.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  64. « Euro:l'équipe-type des Bleus alignée contre l'Estonie en match de préparation », sur lepoint.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  65. « Euro 2012: quels changements contre l'Espagne pour les Bleus? », sur lexpress.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  66. « Deschamps et les obligations du 4-4-2 », sur rmcsport.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  67. « Amical France-Uruguay: Deschamps aligne le duo Giroud-Benzema pour débuter », sur ladepeche.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  68. « Le sélectionneur garde confiance en Lloris », sur fan2sport.com (consulté le 15 novembre 2012)
  69. « EQUIPE DE FRANCE. Mavuba in, Mexès et Malouda out: Deschamps rompt avec l'ère Blanc », sur nouvelobs.com (consulté le 15 novembre 2012)
  70. « Football: Capoue, Sissoko, Valbuena titulaires contre l'Italie », sur lepoint.fr (consulté le 15 novembre 2012)
  71. « Nike dévoile le nouveau maillot extérieur de l'Equipe de France de Football 2012-2013 », sur suchablog.com (consulté le 15 novembre 2012)
  72. « Nike dévoile le nouveau maillot domicile de l'Equipe de France de Football 2012-2013 », sur suchablog.com (consulté le 15 novembre 2012)
  73. « Le nouveau maillot domicile de l'équipe de France dévoilé ! », sur footmercato.net (consulté le 15 novembre 2012)
  74. « 6,5 millions de téléspectateurs pour le match France-Allemagne sur TF1 », sur nouvelobs.com (consulté le 7 février 2013)
  75. « Audiences prime: TF1 en tête avec le football hier soir », sur jeanmarcmorandini.com (consulté le 7 février 2013)
  76. « Audiences prime: 6,3 millions de téléspectateurs pour la rencontre France/Serbie sur TF1 », sur jeanmarcmorandini.com (consulté le 7 février 2013)
  77. « Audiences prime: 6,6 millions de téléspectateurs pour le match France/Estonie sur TF1 », sur jeanmarcmorandini.com (consulté le 7 février 2013)
  78. « Euro 2012 : 14 millions de téléspectateurs pour le dénouement de France-Angleterre », sur nouvelobs.com (consulté le 7 février 2013)
  79. « Euro 2012 : 10,5 millions de téléspectateurs devant France – Ukraine », sur enpleinelucarne.net (consulté le 7 février 2013)
  80. « Euro 2012 / France – Suède : 12,2 millions de téléspectateurs sur M6 », sur enpleinelucarne.net (consulté le 7 février 2013)
  81. « France – Espagne : 11,2 millions de téléspectateurs », sur enpleinelucarne.net (consulté le 7 février 2013)
  82. « 5,1 millions de téléspectateurs pour France - Uruguay sur TF1 », sur leparisien.fr (consulté le 7 février 2013)
  83. a et b « 8,5 millions de téléspectateurs devant Espagne – France », sur enpleinelucarne.net (consulté le 7 février 2013)
  84. « France-Biélorussie en tête des audiences », sur enpleinelucarne.net (consulté le 7 février 2013)
  85. « Audiences TV : TF1 en tête avec France / Japon, bon score pour NRJ 12 et Les Cordier, Juge et Flic », sur tele.premiere.fr (consulté le 7 février 2013)
  86. « 6 Millions de téléspectateurs devant Italie – France », sur enpleinelucarne.net (consulté le 7 février 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]