Match de football France – RFA (1982)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
France - RFA Football pictogram.svg
Pas d'image ? Cliquez ici.
Contexte
Compétition Coupe du monde 1982
Date 8 juillet 1982
Stade Stade Ramón Sánchez Pizjuán
Lieu Séville, Andalousie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Affluence 70 000 spectateurs
Résultat
Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest 3 - 3 Drapeau : France France
Tirs au but 5 - 4 0
Temps réglementaire 1 - 1 0
Mi-temps 1 - 1 0
Buteur(s) RFA
But inscrit après 17 minutes 17e Littbarski
But inscrit après 102 minutes 102e Rummenigge
But inscrit après 108 minutes 108e Fischer

France
But inscrit après 27 minutes 27e (pén.) Platini
But inscrit après 92 minutes 92e Trésor
But inscrit après 98 minutes 98e Giresse
Cartons RFA
Averti après 46 minute(s) 46e Förster

France
Averti après 35 minute(s) 35e Giresse
Averti après 40 minute(s) 40e Genghini
Arbitrage Drapeau des Pays-Bas Charles Corver

Le 8 juillet 1982, au stade Sánchez Pizjuán de Séville (Espagne), devant 70 000 spectateurs, s'est jouée la demi-finale de la Coupe du monde de football de 1982 qui opposa la France à la RFA.

Classique opposition de style entre la rigueur tactique et physique d'une part et le jeu technique et offensif d'autre part, ce match est devenu l'une des rencontres légendaires de l'histoire de la Coupe du monde, souvent simplement appelée la nuit de Séville[1][2] (Nacht von Sevilla en allemand) ou Séville 82. Cette rencontre est surtout marquée par la blessure du Français Patrick Battiston qui fut évacué inconscient du terrain à la suite d'un choc avec le gardien de but allemand Harald Schumacher, ce qui fut ressenti par le public français comme une agression et comme une injustice qui priva la France de la victoire.

Parcours des équipes dans la compétition[modifier | modifier le code]

Parcours de l'équipe de France[modifier | modifier le code]

Après une entame de compétition poussive (débutant par une défaite sans appel contre l'Angleterre à Bilbao, une victoire contre le Koweït et un match nul contre la Tchécoslovaquie), la France est montée en puissance tout au long du tournoi. Qualifiés de justesse pour la deuxième phase de poule, les Bleus se sortent ensuite facilement de leur poule à trois (victoires contre l'Autriche et l'Irlande du Nord) accédant ainsi à leur première demi-finale mondiale depuis 1958.

Parcours de l'équipe de RFA[modifier | modifier le code]

La performance de la RFA est également allée crescendo dans ce tournoi. Battue dès son premier match par l'Algérie à la surprise générale, la Mannschaft s'est relancée en écrasant le Chili, puis s'est qualifiée sans gloire pour le deuxième tour à l'issue d'une victoire contre le voisin autrichien au cours de ce qu'on a appelé le match de la honte sur le score de 1-0 en faveur des Allemands, score permettant de qualifier les deux équipes au détriment de l'Algérie. Au deuxième tour, l'équipe du sélectionneur Jupp Derwall s'est sortie d'un groupe très difficile, obtenant le nul contre l'Angleterre, avant de battre et donc d'éliminer l'Espagne à domicile. Contre les Bleus, la Mannschaft part largement favorite.

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Ce match promet l'opposition de deux styles presque diamétralement opposés. D'un côté, la rigueur allemande se caractérise par de grandes qualités physiques, des remontées de ballons très efficaces, un mental à toute épreuve. De l'autre, les Français font entrevoir un football débordant d'imagination, de spontanéité souvent comparé aux Brésiliens. Mais il ne s'agit alors que d'une équipe prometteuse qui ne croit pas encore suffisamment en ses chances.

Match[modifier | modifier le code]

Déroulement[modifier | modifier le code]

Première période équilibrée[modifier | modifier le code]

Dès le coup d'envoi, les Allemands mettent la pression sur des Français timorés, voire complexés. Aux montées puissantes de Paul Breitner, succèdent les séries de dribble de leur intenable ailier de poche Pierre Littbarski, tantôt à gauche, tantôt à droite. Auteur d'un coup-franc qui s'écrase sur la barre transversale de Jean-Luc Ettori (17e minute), Littbarski ouvre logiquement la marque quelques instants plus tard en reprenant de loin un ballon repoussé par Ettori qui était préalablement sorti dans les pieds de Klaus Fischer, lancé de loin par Breitner. 1-0 pour l'Allemagne.

Nullement troublés par l'ouverture du score allemande, les Français réagissent et commencent à hausser leur niveau de jeu. Jouant de plus en plus bas, les Allemands multiplient les fautes. Un coup franc tiré plein axe par Giresse trouve la tête de Platini, qui remise sur Rocheteau, lequel est grossièrement retenu par la taille par Bernhardt Förster dans les 16 mètres. L'arbitre Monsieur Corver indique sans hésiter le point de penalty. Michel Platini embrasse le ballon, le pose sur le point de penalty et égalise d'une frappe puissante tirée à ras de terre, comme à son habitude (27e). 1-1

De plus en plus pressants, les Français font le siège de la surface de réparation allemande, sans parvenir à véritablement inquiéter le portier allemand Harald Toni Schumacher, lequel, très agressif, se distingue en multipliant les fautes et les provocations sur les joueurs français et leur public.

Seconde période : l'agression de Schumacher[modifier | modifier le code]

De retour des vestiaires, les Français subissent une grosse déconvenue avec la sortie sur blessure de Bernard Genghini, touché à la cheville suite à un contact en fin de première mi-temps avec le défenseur allemand Manfred Kaltz. Évoluant au milieu de terrain, Genghini est remplacé par Patrick Battiston, arrière latéral de nature, mais replacé pour la circonstance au milieu. Cette rentrée de Battiston n'est pas loin d'être décisive. Dès son entrée en jeu, il se distingue par une frappe lointaine. Les Français prennent les choses en mains, et marquent un but par Dominique Rocheteau (53e), refusé pour une faute peu évidente sur Bernd Förster. Puis, quelques minutes plus tard, parfaitement lancé par une ouverture lumineuse de Michel Platini, Battiston se présente seul face au gardien allemand Harald Schumacher, sorti à sa rencontre. Le tir lobé de Battiston manque de peu le cadre, mais Schumacher poursuit sa course, et vient percuter Battiston avec une rare violence. Gisant inconscient sur la pelouse, Battiston est évacué hors du terrain sur une civière accompagné par son ami Michel Platini. Pendant ce temps, l'arbitre M. Corver se contente d'ordonner une remise en jeu en faveur de l'équipe allemande, ce que les analystes classeront a posteriori comme une des pires décisions d'arbitrage et une des plus grandes injustices de l'histoire de la Coupe du monde[3].

Les Français, révoltés, haussent encore d'un ton leur niveau de jeu, dominant outrageusement une équipe d'Allemagne de plus en plus fébrile, tandis que le public du stade Sánchez Pizjuán, qui hue Schumacher à chacune de ses interventions, prend fait et cause pour le football offensif des Bleus. Ils vont alors réaliser une deuxième mi-temps de toute beauté, balayant les doutes qu'on pouvait avoir à leur égard. Mais souvent maladroits dans les 16 mètres, les attaquants français se montrent incapables de concrétiser leurs nombreuses occasions et de prendre l'ascendant au tableau d'affichage.

La dernière minute du temps réglementaire est marquée par la violente frappe lointaine du latéral français Manuel Amoros qui s'écrase sur la barre transversale de Schumacher. Mais dans les arrêts de jeu, les Allemands se rappellent au bon souvenir de tous par un tir croisé qui oblige Ettori à réaliser une spectaculaire parade en deux temps.

Prolongations[modifier | modifier le code]

La prolongation débute parfaitement pour la France. En position d'avant-centre, le stoppeur français Marius Trésor reprend de volée un coup franc excentré et donne l'avantage aux Bleus (93e). Toujours aussi offensifs, les Bleus continuent de déferler par vagues sur la défense allemande. À la 99e minute, Dominique Rocheteau remonte la balle sur l'aile droite, transmet à Platini qui renverse vers Didier Six sur la gauche. L'ailier gauche français temporise un peu et sert en retrait Alain Giresse qui décoche une frappe à la limite de la surface. La balle frappe le poteau avant de rentrer dans la cage allemande. L'image de la joie de Giresse courant ivre de bonheur tel un pantin désarticulé restera à jamais figée comme un grand moment du football français. À 3-1, les Bleus semblent s'ouvrir la route vers la première finale de leur histoire, mais seulement quatre minutes après le but de Giresse, alors que les Bleus continuent toujours de camper dans les 16 mètres allemands, une première faute de Forster sur Giresse non sifflée, puis une deuxième sur Platini permettent aux joueurs allemands de contre-attaquer : l'attaquant allemand Rummenigge, tout juste rentré en jeu, réduit l'écart en reprenant d'un revers du pied gauche un centre devant le but (103e). La rentrée en jeu de Rummenigge pose visiblement un véritable problème aux Bleus, incapables d'adapter leur organisation au renfort offensif des Allemands. Le match change soudain d'âme. Désormais, ce sont les offensives allemandes qui se multiplient tandis que les Français apparaissent débordés. Confirmation dès l'entame de la seconde période de la prolongation lorsque Fischer, démarqué dans la surface de réparation française, arrache l'égalisation d'un superbe retourné acrobatique après un centre de l'intenable Littbarski relayé par la légendaire tête de Hrubesh (108e). Ce retourné a été élu meilleur but de l'année 1982 en Allemagne, Fisher avait déjà remporté cette distinction à deux reprises pour des retournés également[4]. La fin de la prolongation tourne au calvaire pour les Bleus, mais le score ne change plus. Pour la première fois de l'histoire de la Coupe du monde de football, un match va se jouer aux tirs au but.

Dénouement aux tirs aux buts[modifier | modifier le code]

Giresse, qui tourne ostensiblement le dos à Schumacher avant de s'élancer, est le premier joueur à tirer… et à marquer. Le capitaine Manfred Kaltz lui répond. Amoros mâchonne son chewing-gum, prend deux pas d'élan et avec un exceptionnel sang-froid trouve la lucarne de Schumacher. C'est ensuite au tour du vétéran Breitner de ne pas trembler. Rocheteau inscrit le troisième tir français, avant que Stielike n'échoue face à Ettori. L'Allemand est alors effondré et se recroqueville. Le réalisateur de la télévision espagnole est encore fixé sur Stielike, en larmes dans les bras de Littbarski, lorsque Six échoue à son tour[5]. Six s'écroule de la même façon que le fit Stielieke. En inscrivant son tir, Littbarski remet donc les deux équipes à égalité. Après Platini et Rummenigge, c'est au tour de Maxime Bossis, auteur d'un match exceptionnel à son poste de latéral droit, de s'élancer. Sa frappe, repoussée par Schumacher, offre une balle de match à l'Allemagne, balle de match que Horst Hrubesch se charge de transformer en victoire, envoyant la Mannschaft en finale.

Feuille de match[modifier | modifier le code]

8 juillet 1982
21 h 00
historique Historique des rencontres
Allemagne de l'Ouest Drapeau : République fédérale d'Allemagne 3 – 3
(1 – 1)
Drapeau : France France Sanchez Pizjuan, Séville
Spectateurs : 70 000
Arbitrage : Drapeau : Pays-Bas Charles Corver

Littbarski But inscrit après 17 minutes 17e
Rummenigge But inscrit après 102 minutes 102e
Fischer But inscrit après 108 minutes 108e

(rapport)

Platini But inscrit après 27 minutes 27e (pén.)
Trésor But inscrit après 92 minutes 92e
Giresse But inscrit après 98 minutes 98e

Manfred Kaltz Réussi
Paul Breitner Réussi
Ulrich Stielike Manqué (tir arrêté)
Pierre Littbarski Réussi
Karl-Heinz Rummenigge Réussi
Horst Hrubesch Réussi

Tirs au but

5 – 4

Alain Giresse Réussi
Manuel Amoros Réussi
Dominique Rocheteau Réussi
Didier Six Manqué (tir arrêté)
Michel Platini Réussi
Maxime Bossis Manqué (tir arrêté)

Titulaires :

Remplaçants :

Entraîneur :

Titulaires :

Remplaçants :

3 Patrick Battiston Entré après 50 minutes 50e  Remplacé après 60 minutes 60e
6 Christian Lopez Entré après 60 minutes 60e 

Entraîneur :

France Équipe de France

Après avoir essayé diverses mises en place tactiques depuis le début de la compétition, Michel Hidalgo opte pour le même schéma de jeu que celui inauguré lors du match précédent contre l'Irlande du Nord. Il aligne un milieu de terrain à vocation très offensive, dans lequel on retrouve trois joueurs que l'on peut qualifier de « meneurs de jeu », avec Platini, Genghini et Giresse, auxquels s'ajoute l'infatigable mais également très technique Jean Tigana. Le carré magique est né. En réalité, l'animation du jeu est surtout confiée à Platini et Giresse, Genghini évoluant aux côtés de Tigana dans un rôle de milieu relayeur. En attaque, Didier Six, qui joue à Stuttgart en Allemagne, est préféré à Gérard Soler pour épauler Dominique Rocheteau, incertain jusqu'au coup d'envoi à la suite de sa blessure au genou contractée en marquant son second but contre l'Irlande du Nord.

Drapeau : République fédérale d'Allemagne Allemagne de l'Ouest :

Une absence de taille en équipe d'Allemagne de l'Ouest au coup d'envoi, celle de l'attaquant Rummenigge, blessé à la cuisse et incapable de tenir sa place. Il ne rentrera qu'au cours de la prolongation.

Évolution du score[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : France 0 - 1 Drapeau : Allemagne : Drapeau : Allemagne (18e) Pierre Littbarski, ballon qui file entre les jambes d'Ettori après qu'il l'a repoussé sur première frappe de Fischer.
  • Drapeau : France 1 - 1 Drapeau : Allemagne : Drapeau : France (27e) Michel Platini, penalty (faute de B. Förster qui ceinture Rocheteau dans la surface suite à une remise de la tête de Platini)
  • Drapeau : France 2 - 1 Drapeau : Allemagne : Drapeau : France (93e) Marius Trésor, reprise de volée à 8 m dans l'axe d'un coup franc tiré par Giresse dévié par le mini mur allemand à la limite droite de la surface de réparation.
  • Drapeau : France 3 - 1 Drapeau : Allemagne : Drapeau : France (99e) Alain Giresse, reprise à 18 m dans l'axe d'une passe latérale de Six à gauche.
  • Drapeau : France 3 - 2 Drapeau : Allemagne : Drapeau : Allemagne (103e) Karl-Heinz Rummenigge, après deux fautes consécutives non sifflées sur les attaquants français, remontée du ballon rapide : Rummenigge devance Janvion et bat Ettori.
  • Drapeau : France 3 - 3 Drapeau : Allemagne : Drapeau : Allemagne (108e) Klaus Fischer, centre de Littbarski, remise de la tête de Hrubesch et retourné acrobatique de Fischer qui lobe Ettori et pétrifie les défenseurs français.

Après-match[modifier | modifier le code]

À l'issue du match, Patrick Battiston se montrera d'une grande mansuétude vis-à-vis de son agresseur Harald Schumacher. Le portier allemand lui fera cette déclaration en répondant à un journaliste à la sortie de la rencontre sportive : „Dann zahl' ich ihm seine Jacketkronen“ (« alors je lui paierai ses couronnes »)[1].

Le lendemain, le quotidien sportif L'Équipe écrit en une « Fabuleux ! ». À l'époque, les journalistes dans le stade ne disposaient pas des ralentis et n'ont pu réagir dans l'édition du jour à l'agression du gardien allemand. S'ensuivent des reproches des lecteurs qui y voyaient dans l'exagération la perte de la troisième guerre mondiale. Jean Cau dans Paris Match qualifie également le match de « troisième guerre mondiale»[6] et un flot de rancœur saisit alors la France, Schumacher étant alors fréquemment comparé à un SS[6].

Le 9 juillet, le chancelier Helmut Schmidt envoie un télégramme au président François Mitterrand disant „Das Gottesurteil, das jedem Zweikampf getreu den klassischen Mythen eigen ist, hat es gewollt, daß das Glück im Spiel auf die deutsche Seite fiel. Wir fühlen mit den Franzosen, die den Sieg ebenso verdient hatten wie wir.“[1] (« Le jugement de Dieu qui, selon la mythologie classique, est propre à chaque duel a voulu que la chance, dans ce match, échoie au camp allemand. Nous sommes de tout cœur avec les Français qui méritaient la victoire tout autant que nous. ») En signe d'apaisement, François Mitterrand et Helmut Schmidt publient un communiqué commun[7].

Le 10 juillet, les Français s'inclinent 3-2 contre la Pologne pour la 3e place. Le 11 juillet, jour de la finale, l'Allemagne s'incline trois buts à un face à l'Italie.

Le match dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le livre La Tranchée d’Arenberg et autres voluptés sportives de Philippe Delerm une nouvelle y est dédié.
  • Dans le film Un ticket pour l'espace, Vincent Moscato interprète le rôle d'un vigile qui a décidé d'exercer cette profession après avoir vu l'agression d'Harald Schumacher lors de France-Allemagne 1982. Avant la demi-finale, il exerçait le métier de pâtissier.
  • Le 8 août 2006, au Parc des Princes, l'artiste Massimo Furlan joua la pièce Numéro 10. Seul sur la pelouse et sans ballon, il reproduisit le match de Michel Platini lors de la demi-finale[8].
  • Le chanteur Bartone interprète une chanson intitulée France Allemagne 82 sur son album Cador (2005).
  • Le groupe Java dans sa chanson J'me marre cite : « La défaite est un art, regarde les grands, ceux qui ont marqué l'histoire : Vercingétorix, Didier Six, Maxime Bossis quand il a tiré sur la barre. Enfin, j'vais pas te refaire le scénar, quand j'parle de Séville 82, j'ai envie de chialer... ».
  • À la fin de la chanson Solexine et Ganja d'Hubert-Félix Thiéfaine, on entend indistinctement en fond sonore le reportage radiophonique (voix de Jacques Vendroux) de l'échec de Stielieke puis de Six pendant la séance de tirs aux buts.
  • En 1986, à l'occasion de la Coupe du monde au Mexique, la chanson Viva les Bleus, fait référence à la demi-finale[9].

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2012, Harald Schumacher a confessé au Figaro : « Je ferais la même sortie si l'action devait se reproduire »[10]. Le 4 juillet 2014, au matin d'une nouvelle confrontation entre la France et l'Allemagne en coupe du monde, Battiston, qui assure être indifférent aux propos de l'ancien gardien de but, a dit sur i>Télé avoir des séquelles aux cervicales du choc de 1982[11].

« Aucun film au monde, aucune pièce ne saurait transmettre autant de courants contradictoires, autant d'émotions que la demi-finale perdue de Séville. »
Michel Platini

« Séville est à part. Moi, je le range définitivement dans le musée imaginaire du football. Dans cinquante ans, les enfants s'en donneront encore à cœur joie. Ils se bousculeront devant les images, afin d'observer ce qu'une défaite peut avoir de grandiose lorsque le champ de bataille est à la hauteur […]. D'une certaine façon, Séville n'est même plus un rendez-vous manqué. C'est un combat figé dans l'histoire du sport. »
Pierre-Louis Basse, extrait de son livre Séville 82

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Louis Basse, Séville 82 : France-Allemagne Le match du siècle, Éditions Privé,‎ septembre 2005 (ISBN 2-35076-003-0)
  • France Football, N°3456 bis : La légende de Séville.

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Emilio Maillé, Un 8 juillet à Séville, production Flash film pour France 2[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c  Karambolage d'avant l'ouverture de la coupe du monde 2014 (mp4) [Production de télévision]. Arte éditions.
  2. François Duboisset, Les grandes dates de l'histoire du sport, First, coll. « Petit livre de »,‎ 2011 (lire en ligne)
  3. (en) World's worst refereeing decisions
  4. oldschoolpanini.com : "les retournés de Klaus Fisher"
  5. Lorsque Didier Six manqua son tir au but, le réalisateur de la télévision espagnole repassait le ralenti et filmait la détresse de Stielike réconforté par Littbarski. Il y avait bien une seconde caméra derrière les buts mais elle n'a pas non plus enregistré le pénalty de Six. Il n'existe ainsi aucune image du penalty manqué par Six!
  6. a et b "A Séville, le match de la discorde", GEO Histoire, France - Allemagne, février-mars 2013, page 98.
  7. Football Séville ! juillet 1982, L'Équipe, David Fioux, 8 juillet 2012.
  8. Séville 1982 bis sur lexpress.fr
  9. Viva les Bleus sur Bide et musique.
  10. Cyrille Haddouche, Schumacher : « Je ne suis pas le méchant qu'on décrit », lefigaro.fr, 26 février 2012.
  11. Patrick Battiston a toujours "un petit problème aux cervicales", émission Team Toussaint, i>Télé, 4 juillet 2014.
  12. fiche du film sur flachfilm.com

Liens externes[modifier | modifier le code]