Médiumnité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La médiumnité est définie comme la capacité de communiquer avec les esprits. On appelle médium une personne qui présenterait cette capacité. La communication en elle-même peut prendre plusieurs formes, comme par exemple la manipulation d'objets (planche ouija, télékinésie), la manipulation de personne (l'esprit communiquerait en prenant le contrôle du médium), les apparitions visuelles ou sonores. La communication avec les esprits permettrait d'obtenir des informations sur le passé, le présent ou le futur, ainsi que sur la vie après la mort.

L'idée de médiumnité est ancienne. Lors de l'âge d'or du spiritisme au 19ème siècle, un grand nombre de médiums se sont avérés être des charlatans.[réf. souhaitée] L'étude scientifique de la médiumnité a généralement abouti à l'absence de phénomène.[réf. souhaitée]


Historique[modifier | modifier le code]

La médiumnité est une idée ancienne. Durant l'Antiquité, les vestales romaines et les sibylles grecques étaient supposément dotées de cette capacité. On peut aussi citer l’Egérie de Numa, les songes de Scipion et les voix de Jeanne d’Arc comme autres exemples historiques.

Au XIXe siècle, la médiumnité connait un engouement certain. Un cas notable est celui des Sœurs Fox, qui font carrières à la suite d'un nombre de phénomènes inexpliqués dans la maison familiale. Bien plus tard, Margaret Fox a admis que les phénomènes et les séances de médiumnité en découlant n'étaient des supercheries[1]. Allan Kardec a cherché à donner une dimension scientifique à la médiumnité en codifiant le Spiritisme [réf. souhaitée]

Approche scientifique[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps au XIXe siècle, l'étude des séances de spiritisme a fait ressortir que de nombreux phénomènes étaient des manipulations. Les séances se déroulant dans le noir, il était facile de faire apparaître de l'ectoplasme, des silhouettes ou des bruits sans qu'on se rende compte de la supercherie.

Par la suite, les séances ont perdu leur intérêt aux yeux du publique. Au XXe siècle, l'étude scientifique des capacités de médiums a fait ressortir la mise en œuvre de techniques de manipulation bien connues du monde des mentalistes lors de spectacles, classiquement : la lecture à chaud (récolte d'information préalablement à la séance), la lecture à froid (basée sur l'observation et la déduction), la ruse de l'arc-en-ciel (dire une chose et son contraire), l'effet Barnum (déclarations qui s'adressent à un large public) ou le tir au petit plomb (y aller par tâtonnement).

  • La technique de la lecture à chaud consiste à récolter des informations sur la personne qui consulte. Cela peut être via des discussions entre des complices et les participants aux séances, le questionnement de l'entourage, la récolte d'information sur l'internet voir le recours à des détectives privés.
  • La lecture à froid commence par l'observation en partant du général pour finir par les détails.
  • L'effet Barnum est l'effet selon lequel les individus acceptent la description qu'on fait de leur personnalité si celle-ci reste suffisamment vague.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Earl Fornell. (1964). The Unhappy Medium. Austin: University of Texas Press. p. 179

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]