Xénoglossie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La xénoglossie ou xénolalie[1] désigne la faculté de parler une langue étrangère sans l’avoir apprise[2]

Christianisme[modifier | modifier le code]

Ce phénomène est mentionné dans Actes des Apôtres chapitre 2 à la Pentecôte, lorsque les premiers disciples de Jésus-Christ, se sont réunis au nombre de cent-vingt et des langues de feu se sont posées sur chacun d'eux, formalisant la venue de l'Esprit dans un épisode de communication inspirée qui permet aux disciples de s'exprimer dans d'autres langues que le galiléen et d'être compris par des étrangers[3],[4],[5].

Plusieurs récits de capacités miraculeuses de certaines personnes à lire, écrire, parler ou comprendre une langue étrangère telles que mentionnées dans la Bible ont été relatées dans des récits chrétiens similaires au Moyen Âge [6]. Des affirmations semblables ont également été faites par certains théologiens du pentecôtisme en 1901[7].

Spiritisme[modifier | modifier le code]

Le terme a été proposé par le professeur Charles Richet en 1905. Il décrit alors la capacité qu'ont certains médiums de parler ou écrire en langues étrangères existantes ou ayant existé, mais ignorées d'eux-mêmes et parfois des assistants à la séance. Ces communications étant cohérentes et justes grammaticalement (après traduction et vérification) et sont également capables de répondre à des questions impromptues, posées en temps réel, par des témoins assistant à la séance[8],[9].On recense surtout deux catégories de xénoglossie :

  1. Les cas obtenus par l'automatisme parlant et la médiumnité auditive.
  2. Les cas obtenus par l'écriture automatique ou psychographie.

Les langues et dialectes ainsi obtenus sont nombreux et certains très rares, appartenant aux langues d'aujourd'hui, mais aussi à des langues mortes depuis des milliers d'années pour certaines[10].

Réincarnation[modifier | modifier le code]

Le psychiatre Ian Stevenson a étudié quelques cas de xénoglossie[11], qu'il interprétait comme une possible preuve de la réincarnation. Mais ses travaux ont été critiqués par des linguistes car manquant de preuves suffisamment solides : les sujets étudiés (en état d'hypnose) n'ont qu'un faible vocabulaire (une centaine de mots) et ne font pas de phrases complexes en guise de réponse aux questions qu'on leur pose, se limitant à quelques mots[12],[13]. Selon le chercheur en sciences religieuses J. Gordon Melton, les recherches de Stevenson sur la xénoglossie apportent des preuves substantielles en faveur de la réincarnation et selon lui personne jusqu'ici (en 2007) n'a produit une réfutation convaincante de son travail[14].

L'historien bouddhiste Dominique Lormier décrit un cas : « Un célèbre médecin de New York, le docteur Marshall Duffie, mort dans les années 1930, raconte comment ses deux fils jumeaux parlaient entre eux une langue étrangère inconnue. Les deux enfants furent emmenés au département de langues étrangères de l’université Columbia, mais aucun des professeurs s’y trouvant ne put identifier leur idiome. On fit venir par la suite un professeur de langues anciennes qui, à son grand étonnement, découvrit que les deux bambins parlaient l’araméen, langue courante à l’époque du Christ[15]. »

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'épisode 7, saison 7 de la série télévisée Médium s'intitule Xénoglossie : Allison DuBois se retrouve capable de comprendre la langue navajo.

Harry Potter a appris à parler fourchelangue à la suite de sa première rencontre avec Voldemort, et l'utilise avec les serpents (spontanément, sans s'en rendre compte).

Dans la BD Les Démons d'Alexia, l'héroïne est capable de comprendre spontanément le latin.

Dans le film québécois Mémoires affectives le personnage principal émerge du coma. Dans l’une des scènes il parle sous hypnose une langue étrangère qu’il n’a jamais apprise.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Richet, Traité de Métapsychique, 1922 [lire en ligne]
  • Ernest Bozzano, La médiumnité polyglotte, 1934.
  • Ian Stevenson, Xenoglossy: A Review and Report of A Case. University of Virginia Press. 1974.
  • Ian Stevenson, Unlearned Language: New Studies in Xenoglossy. 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alessandra Pozzo, « Un langage inspiré « efficace ». La xénolalie dans les récits hagiographiques du Moyen Âge dans Le pouvoir des mots au Moyen Âge: Études réunies », (consulté le )
  2. Xénoglossie, sur Larousse.fr
  3. Mal Couch, A Bible Handbook to the Acts of the Apostles, Kregel Academic, USA, 1999, p. 38
  4. Bill Lockwood, 'Gift of tongues' involved speaking foreign languages, timesrecordnews.com, USA, 10 décembre 2016
  5. Marie Françoise Baslez, Bible et Histoire, éd. Gallimard, coll. Folio Histoire, 2003, p. 219-243.
  6. Christine F. Cooper-Rompato, The Gift of Tongues: Women's Xenoglossia in the Later Middle Ages, Penn State Press, 2011, p.1-2
  7. Craig S. Keener, Spirit Hermeneutics, Wm. B. Eerdmans Publishing, USA, 2016, p. 64
  8. Professeur Charles Richet, Traité de Métapsychique, Paris, p 280 de la première édition
  9. Ernest Bozzano, La médiumnité polyglotte, Monts, Les éditions Philman, , 210 p. (ISBN 979-10-97346-05-8), introduction
  10. Ernest Bozzano, La médiumnité polyglotte, Monts, Les éditions Philman, , 210 p. (ISBN 979-10-97346-05-8), p 40 à 45
  11. « Ils parlent des langues qu’ils n’ont pas apprises par André Dumas | 3e millénaire - Spiritualité - Connaissance de soi - Non-dualité - Méditation », sur www.revue3emillenaire.com (consulté le )
  12. Sarah Thomason, Xenoglossy in Gordon Stein, The Encyclopedia of the Paranormal, Prometheus Books, 1996, lire en ligne.
  13. William J. Samarin (1976). Review of Ian Stevenson Xenoglossy: A Review and Report of a Case, Language 52: 270-274.
  14. J. Gordon Melton, The Encyclopedia of Religious Phenomena, Visible Ink Press, (lire en ligne), p. 359-360.
  15. Dominique Lormier, Les vies antérieures, Editions du Félin, 2004, p. 102

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]