Clairaudience

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La clairaudience serait une faculté d’audition paranormale. Le phénomène se manifesterait généralement par un sifflement dans l'oreille gauche suivi de signaux sonores de style morse ou plus précisément comme une voix donnant des informations (voir aussi channeling).

Clairaudience et facultés extrasensorielles[modifier | modifier le code]

Ce phénomène serait à distinguer de la télépathie. Un clairaudient pourrait cependant établir un dialogue avec les voix de personnes vivantes ou décédées. Il pourrait arriver qu'une ou plusieurs voix parlent dans une langue inconnue (xénoglossie). Un clairaudient aurait la faculté d'enregistrer des chansons et de les restituer mentalement. Plus généralement, la clairaudience fournirait une précognition ou une rétrovision d'événements ou d'informations.

Position sceptique[modifier | modifier le code]

Le phénomène se confond avec la schizophrénie. Extrait du livre de Henri Loevenbruck, le syndrome Copernic :

« Mon nom est Vigo Ravel, j'ai trente-six ans et je suis schizophrène. Du moins, c'est ce que j'ai toujours cru. À l'âge de vingt ans - si je me le rappelle bien, car mes souvenirs ne remontent pas aussi loin et je dois me fier à ce que mes parents m'ont dit -, on a diagnostiqué chez moi des troubles psychiques symptomatiques d'une schizophrénie paranoïde aiguë. Perturbation de la mémoire à court et à long terme, dérangement de la pensée logique, et surtout, surtout, mon principal symptôme, dit « positif » : je souffre d'hallucinations auditives verbales. Oui. J'entends des voix dans ma tête. Des centaines de voix, différentes, nouvelles, proches ou lointaines. Tous les jours, partout, ici, maintenant. Comme des murmures venus de nulle part, des menaces, des insultes, des cris ou des sanglots, des voix surgies des grilles du métro, des voix flottant dans les bouches d'égout, grondant derrière les murs... Elles viennent au milieu de crises où ma vue se trouble et mon cerveau hurle de douleur. Depuis cette époque, on m'a fait suivre un traitement à base de neuroleptiques antiproductifs, qui réduisent plus ou moins mes délires et mes hallucinations. Les médicaments ont évolué. Ma maladie, non. J'ai appris à vivre avec elle comme avec les effets secondaires des antipsychotiques : prise de poids, apathie, regard fuyant, perte de libido... L'apathie, au bout du compte, aide énormément à accepter tout le reste. Et à ne plus lutter. À force, j'ai fini par accepter que j'étais simplement malade, que ces voix n'étaient que la production de mon cerveau défaillant. Malgré le réalisme étonnant de mes hallucinations, je les ai reconnues comme telles, me suis rendu à l'évidence, comme me le demandait mon psychiatre. »

L'existence de ces perceptions n'est pas reconnue par la communauté scientifique.

Cas renommés[modifier | modifier le code]

Jeanne d'Arc est une figure populaire de clairaudience.

La page psychographie ainsi que la catégorie transcommunication contiennent plusieurs exemples de personnages ayant écrit sous la dictée (écriture automatique) ou sous l'intuition (écriture intuitive) d'une voix apparemment externe entendue d'elles seules, ce qui constitue un cas particulier de clairaudience.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le personnage de la médium Oda Mae Brown campée par Whoopi Goldberg dans le film Ghost (1990) a la capacité de dialoguer avec une personne décédée.

Article connexe[modifier | modifier le code]