La Chèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chèze
La Chèze
Ruines du château de la Chèze.
Blason de La Chèze
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Communauté de communes Loudéac Communauté - Bretagne Centre
Maire
Mandat
Marie-Gwénola Hollebecq
2020-2026
Code postal 22210
Code commune 22039
Démographie
Gentilé Chézien, Chézienne
Population
municipale
554 hab. (2019 en diminution de 3,82 % par rapport à 2013)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 56″ nord, 2° 39′ 18″ ouest
Altitude 104 m
Min. 67 m
Max. 141 m
Superficie 2,53 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Loudéac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loudéac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
La Chèze
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
La Chèze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chèze
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chèze

La Chèze [la ʃɛz] (Kaez en breton) est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Chèze est située au centre de la Bretagne, à la frontière sud des Côtes-d'Armor.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief, géologie[modifier | modifier le code]

La Chèze est traversée par la rivière Lié. Au centre du village se trouve un étang.

Image panoramique très large et peu haute
L'étang (à gauche) et la rivière Lié (à droite) à La Chèze.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 859 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Loudeac », sur la commune de Loudéac, mise en service en 1987[7] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,4 °C et la hauteur de précipitations de 901,3 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 46 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[11] à 11,2 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Chèze est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudéac, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (76,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (53,4 %), zones urbanisées (20,6 %), prairies (16,6 %), zones agricoles hétérogènes (9,4 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes La Chese en 1239, forteritia et villa de la Cheze en 1241, Chesia en 1250, La Cheise 1302, ecclesia de Chesia vers 1330, La Cheze en 1424[21].

La Chèze vient, semble-t-il, du latin casa (« maison »)[22], formé sur chese, chiese en langue d’oïl.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms de 29 soldats morts pour la Patrie[23] :

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion couronné d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1933
(décès)
M. Baron    
17 février 1933[24] ? Joseph Fairier   Notaire honoraire
Réélu en 1935
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1946 Yves Le Bouché    
1946 octobre 1947 Louis Chériaux Centre gauche  
octobre 1947 20 mars 1977 André Fairier[25] (1901-1994) SFIO puis
Rad.soc.
Notaire et gérant de société
Conseiller général de La Chèze (1949 → 1967)
20 mars 1977[26] 2 mars 1992[27]
(décès)
Théodore Angoujard (1926-1992) PS Vétérinaire
Conseiller général de La Chèze (1979 → 1992)
8 mai 1992[28] juin 1995 Marie-Thérèse Angoujard
Veuve de Théodore Angoujard
PS  
juin 1995 29 mars 2014 Jean-Yves Botherel PS Médecin généraliste
Conseiller général de La Chèze (1992 → 2011)
29 mars 2014[29] 25 mai 2020 Catherine Journel DVG Vétérinaire
25 mai 2020 En cours
(au 19 janvier 2021)
Marie-Gwénola Hollebecq[30],[31] SE Retraitée

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • Le Bougard
  • Belle-vue
  • Des Colombières
  • La Grange

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
435428399399405445410403437
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
420450399382418434429470530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
486498467459498492498493504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
566587606571597569616569566
2019 - - - - - - - -
554--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André.

Église Saint-André[modifier | modifier le code]

On peut trouver au sol de l'église Saint-André une pierre octogonale en schiste datant du XIe siècle, la pierre fait partie du dallage d’origine de la première chapelle[34],[35].

Tour du Château de La Chèze en rénovation (décembre 2017).

Château[modifier | modifier le code]

Histoire

Le Château de La Chèze est construit entre 1180 et 1231 pour Eudon III par Eudon II. Le château remanié par Olivier V de Clisson, seigneur de la Chèze, entre 1370 et 1400 par acquêt de la châtellenie de Josselin. Allenor, petite-fille d'Eudon III, et épouse de Alain V de Rohan, y vivra jusqu'à sa mort. Les Rohan vont s'y succéder , ils affronteront notamment les troupes anglaises, pendant une trentaine d'années, jusqu'en 1381, la Bretagne étant à l'époque, sous l'administration anglaise, dirigée par Henri II de Plantagenet.

En a lieu la signature d'un traité de mariage en vue de l'union de Jean II avec la fille du Duc François 1er, Marie de Bretagne. Au cours du 15e siècle, le château de La Chèze est la principale résidence des Rohan qui y installent leur chambre des comptes et de grands travaux de renforcement de l'enceinte ont lieu. Vers 1479 le Vicomte Jean II de Rohan sera incarcéré pour avoir tué son beau-frère René de Keradreux, la vicomtesse quittera le château pour Vannes. Une dizaine d'années plus tard il récupère son domaine grâce à l'intervention du Roi Charles VIII. Entre-temps, divers sièges ont lieu notamment par le Prince d'Orange à la tête d'une armée de Bretons et d'Allemands. Pour aider à réparer les dommages subis, Charles VIII autorise Jean II à recevoir de ses vassaux un droit de billot. En 1488, l'armée ducale, commandée par le maréchal de Rieux, investit le château. Après 1495, Jean II de Rohan aménage le château en résidence, en même temps, il reconstruit le château de Josselin.

À partir du XVIe siècle la place perd de son intérêt militaire du fait de l'apparition des armes à feu et de l'ancienne butte de défense placé au nord, en effet si l'assaillant en est maître, le bombardement du château devient aisé.

Entre 1589 et 1598, le château est occupé par les troupes du Duc de Mercoeur (Gouverneur de Bretagne).

À la suite de la rébellion protestante du Duc Henri de Rohan en 1628, Louis XIII fait saisir ses biens. Richelieu ordonne de commencer le démantèlement. En 1743, pour des raisons inconnues, le Général de la Paroisse de Loudéac autorise le dépècement du château au profit de la construction de la nouvelle église de Loudéac et de nombreuses maisons rue de Loudéac et de Pontivy. De 1779 à 1820, le château fait l'objet de ventes successives. Vers 1857 a lieu la destruction quasi totale des vestiges.

Plan du Château de La Chèze. (La scène du Festival Blues au Château est sur la tour no 6).

En 1979, la famille de Thomas de la Pintière cède le château à la ville. En ruines, ce lieu accueille le festival Blues au Château et est restauré petit à petit par la mairie de La Chèze[36],[37].

Description

Le château est aujourd’hui en ruine. Les vestiges s’élèvent sur un socle de schiste ardoise. Il subsiste des éléments de courtine, la base de deux tours circulaires et du châtelet d’entrée, deux poternes superposées donnant sur un boyau débouchant dans la cour. Le château était autrefois entouré de fossés, mais ceux-ci ont été remblayés et transformés en promenade. L’élément le plus marquant est le donjon polygonal (XIIIe – XVe siècle) dont il reste 17 mètres d’élévation, soit les deux premiers niveaux. Le premier, voûté, a été rebouché au XVe siècle pour donner au donjon plus de résistance contre l’artillerie. Le troisième étage portant les défenses somitales n’existe plus. Il était desservi par une tourelle d’escalier aujourd’hui disparue[38].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Musée régional des métiers[modifier | modifier le code]

Installé dans l'ancienne tannerie construite sur le bord du Lié par la famille Allaire en 1880[39], le musée régional des métiers présente les façons de vivre, les mœurs, coutumes et habitudes des artisans[40].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Manifestation culturelle[modifier | modifier le code]

Festival Blues au Château[modifier | modifier le code]

Scène du château du Festival Blues au Château de La Chèze.

Le festival Blues au Château créé en 2006 a pour but de soutenir l'Association dans la sauvegarde du château de La Chèze, plusieurs concerts sont organisés dans la ville pendant 4 jours consécutifs, avec la présence d'artistes internationaux.

Programmation[modifier | modifier le code]

  • Édition 2018 : La 12e édition a eu lieu du 16 au , sur la scène de la ferme et la scène du manoir notamment[41].
    • Jeudi : Ladyva, An Diaz et Raphaël Wressnig and the Soul Gift Band.
    • Vendredi : Dave Kelly (en), Sarah James, Ladyva, Jose Luis Pardo (solo) et Raphaël Wressnig and the Soul Gift Band.
    • Samedi : An Diaz, Brooks Williams (en), Dave Kelly, Jose Lui Pardo (band) et Josh Hoyer & Soul Colossal (en).
    • Dimanche : Jose Luis Pardo (solo), Sarah James, Brooks Williams et Josh Hoyer and Soul Colossal.
  • Édition 2017 : La 11e édition a eu lieu du 17 au , à la scène de la Grange et la scène du château notamment[42].
  • Édition 2016 : La 10e édition a eu lieu du 20 au , au manoir, à l'étang et sur la scène du château notamment.
    • Jeudi : Pugsley Buzzard, Paola Ronci et the Hay Bale Stompers.
    • Vendredi : Slidin Slim, Paola Ronci, the Hay Bale Stompers, Julian Burdock trio, Thorbjørn Risager et The Black Tornado.
    • Samedi : Julian Burdock, Pugsley Buzzard, Slidin Slim, Daniel Eriksen et Ian Parker Band.
    • Dimanche : Ian Parker, Paolo Ronci, the Hay Bale Stumpers, Sydney Ellis et Her Midnight Preachers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Chèze, Une Histoire de la Bretagne médiévale, Office du Tourisme du Pays Centre-Bretagne, Stéphanie Olivier.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Loudeac - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre La Chèze et Loudéac », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Loudeac - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre La Chèze et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de La Chèze » (consulté le ).
  22. Stéphane Gendron -Les noms des lieux en France: essai de toponymie - Page 142
  23. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  24. « La Chèze. M. Fairier est élu maire », L'Ouest-Éclair,‎
  25. « Il a été maire et conseiller général : La Chèze : le décès d’André Fairier », Ouest-France (archives du journal),‎
    « André Fairier est décédé lundi après-midi dans sa 93e année. Il fut maire de La Chéze d’octobre 1947 à mars 1977, et conseiller général de 1949 à 1967. »
  26. « Le docteur Angoujard élu maire », Ouest-France (archives du journal),‎
    « Hier, a eu lieu l'élection du maire et de ses adjoints en présence d'une trentaine de Chéziens. »
  27. « Il était maire et conseiller général de La Chèze : Le décès de Théodore Angoujard », Ouest-France (archives du journal),‎
    « Théodore Angoujard, maire et conseiller général de La Chèze, s'est éteint à son domicile lundi à l'âge de 66 ans. »
  28. « Marie-Thérèse Angoujard maire de La Chèze », Ouest-France (archives du journal),‎
    « Après avoir été élue conseillère municipale le 26 avril, Marie-Thérèse Angoujard a été élue vendredi maire de La Chèze. Elle prend la succession de son mari Théodore Angoujard, décédé en février dernier. »
  29. « Conseil municipal. Catherine Journel élue maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  30. « Municipales à La Chèze. Un premier mandat de maire pour Marie-Gwénola Hollebecq », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  31. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. « Eglise Saint André à La Chèze  - Pays Centre Bretagne », sur www.centrebretagne.com (consulté le ).
  35. « Horaires », sur Eglise info (consulté le ).
  36. « http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=INSEE&VALUE_98=22039&NUMBER=1&GRP=0&REQ=((22039)%20:INSEE%20)&USRNAME=nobody&USRPWD=4$%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=100&MAX3=100&DOM=Tous », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  37. « http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_98=INSEE&VALUE_98=22039&NUMBER=6&GRP=0&REQ=((22039)%20:INSEE%20)&USRNAME=nobody&USRPWD=4$%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=100&MAX3=100&DOM=Tous », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  38. « BRETAGNE, CÔTES-D’ARMOR (22) LA CHÈZE, CHÂTEAU », sur sauvegardeartfrancais.fr.
  39. « Musée des métiers - La Chèze  - Pays Centre Bretagne », sur www.centrebretagne.com (consulté le ).
  40. « Accueil », sur Site Jimdo de museedesmetierslacheze! (consulté le ).
  41. https://www.bluesauchateau.com/wa_files/programme%20bac.pdf
  42. « FESTIVAL "BLUES AU CHATEAU" - 17 au 20 Août 2017 », sur www.bluesauchateau.com (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :