Corlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune des Côtes-d'Armor
Cet article est une ébauche concernant une commune des Côtes-d'Armor.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Corlay
Mairie de Corlay.
Mairie de Corlay.
Blason de Corlay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Mûr-de-Bretagne
Intercommunalité CIDERAL
Maire
Mandat
Pierre-Yvon Corbel
2014-2020
Code postal 22320
Code commune 22047
Démographie
Gentilé Corlaysien
Population
municipale
982 hab. (2013)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 05″ Nord, 3° 03′ 20″ Ouest
Altitude 220 m (min. : 157 m) (max. : 257 m)
Superficie 13,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Corlay

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Corlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corlay

Corlay (Korle en breton) est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Corlay se trouve à proximité de Saint-Mayeux, du Haut Corlay, de Plussulien, au centre de la Bretagne, à mi-chemin entre Saint-Brieuc et Pontivy.

La paroisse fait partie du territoire breton traditionnel du pays Fañch.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous les formes Mons de Corle en 1184 et en 1221, Corle en 1235 et en 1246, Par. de castro de Corle en 1276, Corle en 1309 et en 1318, Castrum Corle vers 1330 et en 1368, Castrum Corlay en 1516 et en 1574, Corlay en 1535-1536. On trouve les formes Castro Corlé (en 1603), Corllé, Corrllay et Corlay (dès 1620).

L'explication de Jacques Cambry, selon laquelle Corlay vient de « korr lez », « la cour des nains »[1], est totalement farfelue. Corlay pourrait plus vraisemblablement dériver du latin coryletum qui signifie coudraie, un lieu planté de coudriers.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les ruines du château de Corlay en 1896.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au lion d’or, la tête contournée, senestré en chef d’une étoile d'argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1819 1834 Tremeur Henry Auffret   Notaire
mars 1995 mars 2014 Roger Turmel   Retraité
mars 2014 en cours Pierre-Yvon Corbel DVG Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 428 1 483 1 255 1 387 1 389 1 475 1 485 1 413 1 473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 407 1 537 1 495 1 541 1 525 1 504 1 525 1 604 1 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 566 1 559 1 569 1 240 1 251 1 206 1 180 1 149 1 174
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
1 150 1 088 1 133 1 071 1 044 978 1 028 1 046 1 011
2013 - - - - - - - -
982 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour de la muraille du château.
  • Château de Corlay, XIIe siècle et XVe siècle, visitable de Pâques à septembre.
  • Six éoliennes produisant 17 millions de kWh sur la commune du Haut-Corlay.
  • Chapelle Sainte-Anne du XVIe siècle.
  • Église Saint-Sauveur de Corlay, du XVe siècle.

Hippisme et élevage équin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cheval de Corlay.
Course de chevaux à Corlay au XIXe siècle.
Expression populaire corlaysienne

Le cheval est une passion que le jeune Corlaysien suce avec son lait[4]

Corlay est réputée pour ses courses de chevaux, la ville dispose d'ailleurs d'un hippodrome, « Le Petit Paris ». La société de courses de Corlay est créée en 1842. Le cheval de Corlay est la race chevaline locale créée au début du XIXe siècle à partir de croisements entre le bidet breton et des chevaux de sang. En exploitant un filon calcaire (le seul de centre-Bretagne) à Cartravers, près de Corlay, les éleveurs ont enrichi leurs pâtures en calcium, conférant aux chevaux élevés une meilleure ossature[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Cambry, Mémoires pour l'Académie celtique, page 320.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  4. Association bretonne et union régionaliste bretonne de Saint-Brieuc, « Dans nos pays », Comptes rendus, procès-verbaux, mémoires, Vol. 126, Presses bretonnes, 1999, p. 555
  5. Emilie Colin, « Dans le pays Fanch : Corlay, au rythme des chevaux », France 3 Bretagne,‎ (consulté le 5 janvier 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]