La Prénessaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Prénessaye
La Prénessaye
La statue de la Vierge à l'Enfant de la chapelle Notre-Dame de Toute-Aide, Querrien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Communauté de communes Loudéac Communauté - Bretagne Centre
Maire
Mandat
Isabelle Corouge
2020-2026
Code postal 22210
Code commune 22255
Démographie
Gentilé Prénessayais, Prénessayaise
Population
municipale
879 hab. (2019 en augmentation de 1,27 % par rapport à 2013)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 02″ nord, 2° 37′ 58″ ouest
Altitude 109 m
Min. 76 m
Max. 203 m
Superficie 16,97 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Loudéac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loudéac
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
La Prénessaye
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
La Prénessaye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Prénessaye
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Prénessaye

La Prénessaye [la pʁenəsɛ] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Prénessaye se situe dans les Côtes-d'Armor, entre Plémet et Loudéac . Elle est desservie par la RN 164 .

Communes limitrophes de La Prénessaye
La Motte Plémet
Loudéac La Prénessaye Plémet
Saint-Barnabé Plémet

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Prénessaye est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudéac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (62,2 %), zones agricoles hétérogènes (25,6 %), prairies (8,6 %), zones urbanisées (1,8 %), forêts (1,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes capella de Perenessata en 1263, Parrochia de la Prenessois en 1312, ecclesia de Penesseia vers 1330, La Pennesaie en 1426, Prenessaye en 1441, La Pernesaye en 1473, La Preneessaye en 1489, La Prenessaye en 1480, 1514, 1536 et en 1569[8].

La Prénessaye vient de Perennes ou Perenesius, abbé de Redon de 1045 à 1061[8].

La Prénessaye (Perenessata) a seulement été une chapelle en 1263.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La Pennessaie, diocèse de Saint-Brieuc, a le titre de paroisse dès 1427 mais avait une église depuis 1330. La Prénessaie devint paroisse entre 1263 et 1427, probablement dès le XIVe siècle.

En 1652, la jeune Jeanne Courtel déclare voir la Vierge Marie. Après enquête de l'évêque du lieu Mgr Denis de La Barde, une chapelle est construite près de la fontaine Saint-Gall, la Chapelle Notre-Dame-de-Toute-Aide de Querrien devient rapidement un lieu de pèlerinage qui attire une foule croissante[9].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms des 98 soldats morts pour la Patrie[10] :

  • 89 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 8 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 1 est mort durant la Guerre d'Algérie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1970 Joseph Kermeur    
1970 1983 Jean Houssaye    
mars 1983 juin 1995 Théophile Macé    
juin 1995 mars 2001 Victor Flageul   Retraité EDF
mars 2001 mars 2008 Arlette Haguest    
mars 2008 23 mai 2020 Daniel Thomas DVD DRH retraité
Conseiller général du canton de La Chèze (2011 → 2015)
23 mai 2020 En cours Isabelle Corouge[11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2019, la commune comptait 879 habitants[Note 3], en augmentation de 1,27 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7101 5671 5241 5841 7711 6991 6471 7651 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6161 6401 7661 5681 6751 6551 6071 6401 511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5241 4541 3441 2681 2011 1931 2371 082993
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
942845737791854858829818842
2014 2019 - - - - - - -
877879-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Carte postale de Notre-Dame de Toute-Aide, années 1920 - AD22, 16FI4531
  • La chapelle Notre-Dame-de-Toute-Aide de Querrien, construite en 1652 à la suite des apparitions mariales de Querrien (1652-1656 côté du chœur ; 1719-1790 côté du clocher et sacristie). Elle est le but d'un pèlerinage qui a lieu le 2e dimanche de septembre et le . Plus de 70 000 pèlerins s'y rendent chaque année[16],[17].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste, construite en 1848-1853 par l'architecte Alphonse Guépin, possède à l'ouest une porte du XVe siècle.
  • L'enceinte dite des douves à Saint-Sauveur-le-haut dont il ne reste plus aujourd'hui qu'un pan de mur et quelques pierres éparses.
  • Le château de la Tronchaie dont il ne subsiste que le porche modifié.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie Briand (1870-1955), en religion Mère Marie Agnès, missionnaire mariste à Fiji, née à La Prénessaye

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a et b « Étymologie et Histoire de La Prénessaye », sur infobretagne.com (consulté le ).
  9. Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Perrin, , 427 p. (ISBN 978-2-262-02832-9), p. 41,143-145.
  10. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  11. « Municipales à La Prénessaye. Isabelle Corouge a été élue maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. Carole Collinet-Appéré, « Sanctuaire de Querrien : seul lieu en Bretagne où la Vierge serait apparue », France 3 région,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Chapelle Notre-Dame de Toute Aide », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :