Uzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Uzel
Uzel
La mairie.
Blason de Uzel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Intercommunalité Communauté de communes Loudéac Communauté - Bretagne Centre
Maire
Mandat
Gwenaël Choupaux
2020-2026
Code postal 22460
Code commune 22384
Démographie
Gentilé Uzelais
Population
municipale
1 107 hab. (2021 en augmentation de 3,65 % par rapport à 2015)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ nord, 2° 50′ ouest
Altitude Min. 116 m
Max. 238 m
Superficie 6,79 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Loudéac
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Guerlédan
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Uzel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Uzel
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
Uzel
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
Uzel
Liens
Site web uzelpresloust.jimdofree.com

Uzel [yzɛl] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Usel en 1253, en 1271 et 1280, Ussello, Usselo en 1371, Usel en 1569. La forme actuelle Uzel apparaît dès 1669. À la demande de l'administration postale, Uzel devient Uzel-près-l'Oust en 1856 (« la hauteur proche de la rivière Oust »)[1].

Uzel vient de l’ancien breton « uzel » (haut).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Uzel est en centre Bretagne (Argoat), à 25 min par la route de Saint-Brieuc, h 10 min de Rennes, h 20 min de Vannes, h 10 min de Lorient, h 50 min de Brest et h 30 min de Nantes. Uzel était desservie par les TER dont les horaires coïncident avec le TGV de Saint-Brieuc ou de Vannes.

Paysage et relief[modifier | modifier le code]

La commune a une superficie de seulement 679 hectares. Son territoire est délimité à l'ouest par l'Oust et au nord et au sud par des ruisseaux de la rive gauche de l'Oust. Le point le plus bas de la commune (116 mètres) est situé au sud-ouest, au confluent de l'Oust et du ruisseau de Malher, et le point le plus haut (238 mètres), au nord-est du bourg d'Uzel. Le bourg occupe le sommet d'une colline et est à une altitude comprise entre 200 et 225 mètres.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Finistère nord, caractérisée par une pluviométrie élevée, des températures douces en hiver (°C), fraîches en été et des vents forts[3]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur  », exposée à un climat médian, à dominante océanique[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 11,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 937 mm, avec 14,5 jours de précipitations en janvier et 7,3 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Plœuc-L'Hermitage à 10 km à vol d'oiseau[5], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 954,7 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Uzel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudéac, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 22 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,1 %), prairies (21,8 %), zones urbanisées (11,9 %), zones agricoles hétérogènes (3,7 %), forêts (2,5 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Uzel

Les armoiries de Uzel se blasonnent ainsi :
« D'azur aux trois besants d'or »

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

  • Après la vente des terres d'Uzel en 1253 et 1271, à la Révolution, la paroisse appartenait au diocèse de Saint-Brieuc. La seigneurie d'Uzel en 1298 appartenait à Guillaume Budes qui épousa Jeanne Du Guesclin. Il avait son siège au bourg où se trouvait le château, détruit le par un incendie. Silvestre Budes, le fils, fut aussi seigneur d'Uzel. Il épousa Renée Gouyon de Matignon. Celui-ci est célèbre dans l'Histoire de Bretagne, tant par sa bravoure, ses aventures, que par sa mort tragique en 1379. La fille de Silvestre qui fut dame d'Uzel, épousa en 1360 Bertrand du Marchaix, puis Raoul de la Chateigray. La seigneurie passa entre les mains de la famille de Malestroit et y resta jusqu'en 1540. Ensuite, après avoir été longtemps possédée par les Coëtquen, la seigneurie d'Uzel passa par alliance dans la maison de Durfort de Duras, et fut vendu en 1759 pour 334 400 francs à un M. Boschat d'Allineuc.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'essor au XVIe siècle des fabricants et marchands de toiles de lin dans la région de Pontivy, Moncontour, Uzel, Quintin permit la construction de nombreuses églises paroissiales dans la région, mais peu sont restées, la plupart ayant été reconstruites au XVIIIe siècle[15].

Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, une production textile de toiles dites « de Bretagne » se développa dans le quadrilatère Saint-Brieuc - Corlay - Pontivy - Moncontour ; ces toiles étaient exportées en Espagne et dans les colonies espagoles (elles étaient appelées bretanas, quintines ou pondivi) via Cadix principalement, où des marchands français, notamment Malouines (par exemple les familles Magon, de la Haye, Éon) étaient installés[16].

On estime que l'activité textile donnait du travail à près de 40 000 fileuses dans le quadrilatère précité, qui fournissait les fils de lin à environ 5 000 tisserands. Les toiles de lin, une fois tissées, étaient vendues sur les marchés de Quintin, Uzel et Loudéac à des marchands (par exemple le quintinais Rodolphe Baron du Taya[Note 3] ou encore Guillaume Le Deist de Botidoux[Note 4] à Uzel) qui se chargeaient de les faire blanchir par d'autres paysans, notamment au Quillio, avant d'être dirigées vers les ports exportateurs (Saint-Malo principalement, mais aussi Nantes, Morlaix, Landerneau, Lorient[16].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts porte les noms des 65 soldats morts pour la Patrie[17] :

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'ancienne école des garçons d'Uzel fut l'un des centres de torture de la Bezen Perrot pendant la Seconde Guerre mondiale[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune était historiquement le chef-lieu du canton d'Uzel. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Mûr-de-Bretagne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était également le siège de la communauté de communes du Pays d'Uzel-près-l'Oust, créée au . Possédant moins de 5 000 habitants, cette intercommunalité disparaît le et la commune intègre à cette date la Communauté intercommunale pour le développement de la région et des agglomérations de Loudéac[19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
21 mai 1896[20] ? Pierre Le Helloco[20]    
Les données manquantes sont à compléter.
1946 (?) mai 1953 Yves Le Verre (1910-1975) Rad.soc. puis
Soc.ind.
Notaire, président de la Chambre départementale des notaires
Conseiller général d'Uzel (1945 → 1951)
mai 1953 mars 1959 Roger Langlois (1893-1980)   Officier en retraite
mars 1959 mars 1971 Pierre Le Pottier   Médecin
mars 1971 mars 1989 Jean-Paul Le Guyader   Pharmacien
mars 1989 mars 2001 Jean Le Pottier[21] (1929-2020)   Cafetier
mars 2001 mars 2014 Pierre Le Helloco PS Chef d'entreprise
Président de la CC du Pays d'Uzel-près-l'Oust (2001 → 2013)
mars 2014[22] 25 mai 2020 Yves Le Plénier[23],[24] DVG Retraité
25 mai 2020 En cours Gwenaël Choupaux[25] PS Cadre informatique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2021, la commune comptait 1 107 habitants[Note 5], en augmentation de 3,65 % par rapport à 2015 (Côtes-d'Armor : +1,26 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9391 7131 6831 9322 0442 0582 0901 9681 919
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7261 7651 6581 5851 5431 4721 5211 3521 320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2611 2731 2171 1271 0831 0471 0421 0501 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9418999269909438979901 0851 041
2021 - - - - - - - -
1 107--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Buste de Fulgence Bienvenüe.
  • Église paroissiale Saint-Nicolas du XVIIe siècle.
  • l'Atelier du Tissage, espace muséographique qui vous raconte la destinée hors du commun des ateliers Léauté Planeix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Rodolphe Baron du Taya, né le à Quintin, avocat au Parlement de Bretagne, marchand de toiles, maire de Quintin entre 1779 et 1790, député aux États généraux de 1789, décédé le à Quintin.
  4. Guillaume Le Deist de Botidoux, né le au Quillio, décédé le à Saint-Hervé.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Sources[modifier | modifier le code]

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Frey, Étymologie et Histoire d'Uzel . (consulté le 31 janvier 2008)
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  5. « Orthodromie entre Uzel et Plœuc-L'Hermitage », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Ploeuc-sur-Lie » (commune de Plœuc-L'Hermitage) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Ploeuc-sur-Lie » (commune de Plœuc-L'Hermitage) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. André Mussat, Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Rennes, Editions Ouest-France, , 380 p. (ISBN 978-2-737-31932-7, OCLC 34611255).
  16. a et b Jean Martin, La manufacture des toiles Bretagne du XVIIe siècle au XIXe siècle, in "Du lin à la toile. La proto-industrie textile en Bretagne", Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-0560-5).
  17. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  18. « Les Lieux de Mémoire dans les Cotes-du-Nord », sur cerp22.free.fr (consulté le ).
  19. Célian Guignard, « La Cidéral se prépare à grossir ses rangs : La communauté de communes passera de 21 à 33 communes en janvier 2014. Un challenge de taille pour la collectivité territoriale. Les premières actions ont débuté », Ouest France,‎ (lire en ligne).
  20. a et b Le Petit libéral 1896, p. 44.
  21. « Uzel. Jean Le Pottier, ancien maire, s’en est allé », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  22. Ouest-France - 24 mars 2014.
  23. Le Télégramme de Brest - février 2014.
  24. Le Télégramme de Brest - 31 mars 2014.
  25. « Municipales à Uzel. Gwenaël Choupaux a été élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  30. Le Courrier indépendant, 4 août 2020, [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :