La Chaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chaise (homonymie).

La Chaise
La Chaise
Tour à hirondelles de fenêtres construite par le Centre permanent d'initiatives pour l'environnement du pays de Soulaines-Dhuys
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Canton Bar-sur-Aube
Intercommunalité Communauté de communes de Soulaines
Maire
Mandat
Christophe Tournemeulle
2014-2020
Code postal 10500
Code commune 10072
Démographie
Population
municipale
39 hab. (2015 en augmentation de 5,41 % par rapport à 2010)
Densité 4,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 47″ nord, 4° 39′ 38″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 182 m
Superficie 8,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chaise

La Chaise est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chaise se situe à une latitude de 48.366667° Nord et à une longitude de 4.666667° Est. Au niveau national, le village occupe le 36350e rang avec sa population, le 22081e rang par sa superficie et le 36135e rang par sa densité.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme de langue oil « cheze » se retrouve en toponymie sous les formes chaise, chaize du latin « casa » hutte, maison puis exploitation rurale et probablement aussi domaine [1].

Un cadastre du XIXe siècle cite au territoire : Amboise, Auger, Bouron, bois st-Vincent et Vincent ; Buisson-du-Grés, Chantecoq, Champ-de-la-Croix, Croix-de-Fer, Didier, étangs de Madame, des Ferrières ; Fontaine-Noire, Fortelle, Jarlet[2], Minière, st-Lièbault, st-Tiburce, Vièville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fief relevait de Brienne, le comte y avait droit de haute et basse justice, de juré sur les bourgeois et franches personnes. En 1790 sont comme seigneurs, Jean-Nicolas d'Allonville et sa mère Antoinette Sauvage.

La Chaise dépendait sous l'Ancien Régime de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Bar-sur-Aube et du bailliage de Chaumont.

Amboise[modifier | modifier le code]

Ancien fief qui avait comme seigneur Étienne de Mosseron, aussi seigneur de Fuligny en 1573, et comme dernier seigneur Jean-Baptiste de Mosseron d'Amboise en 1789[3].

Bouron[modifier | modifier le code]

Ancien fief qui relevait de Brienne, comme seigneurs sont connus au XVIIIe siècle, la marquise de Traînel, M. de Montmorency, Claude de Sallart-Bouron[4]. Le fief fut vendu comme bien national, Gallio Jean Marie Manda ayant émigré, en An V et en An VII. La maison était en mauvais état en 1814 lorsque les habitants du voisinage s'y réfugièrent pour fuir les armées alliées, elle fut détruite peu après pour ne plus être qu'un bois.

Les Ferrières[modifier | modifier le code]

C'est un ancien lieu qui subsiste pour désigner un étang et un bois. La communauté avait une église du XIIe siècle qui semble être celle qui existe actuellement et était une paroisse qui est cité jusqu'en 1407. Ferrières et La Chaise semblent être confondus après cette date. Le pouillé de 1761 cite encore La Chaise ou Ferrières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de La Chaise.

La Chaise faisait partie du canton de Soulaines entre le 29 janvier et le 29 novembre 1790, passait à celui de Ville-sur-Terre jusqu'en An IX avant de repasser à celui de Soulaines.

Mandat des élus communaux
Période Identité Étiquette Qualité
Elections mars 1987 mars 1994 Josiane Belletramélie   Maire
Elections mars 1994 mars 2001 Jean-Charles Bergeon   Maire
Elections mars 2001 mars 2008 Jean-Charles Bergeon   Maire
Elections mars 2008 mars 2014 Jean-Charles Bergeon   Maire
Elections mars 2014 en cours Christophe Tournemeulle DVD Agent technique, Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 39 habitants[Note 1], en augmentation de 5,41 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1281151059196989196107
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
14912612512712112012210798
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
797971776671815080
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
474335322729343535
2013 2015 - - - - - - -
4039-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château et les écuries

Construit dans un style anglo-suisse rare par Madame la Marquise Noémie de Compiègne, ce château fut achevé vers 1864 et inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en mai 2000. La serre située contre la face arrière du château n'existe plus mais dans le mur où elle était adossée, on trouve d'étonnantes concrétions calcaires.

  • L'église Saint-Berchaire. C'était une paroisse de l'archidiaconné et du diaconné de Brienne, à la collation de l'évêque mais étant pauvre, plusieurs curé résignèrent et c'était le curé de Morvilliers qui venait pour la messe. L'église st du XIIe siècle et une abside du XIVe siècle, le portail a été remanié au XVIe siècle.

Le cimetière de La Chaise abrite le caveau de la famille Messiaen : le grand-père d'Olivier, le compositeur, ainsi que sa grand-mère, ses tantes et oncles dont trois d'entre eux sont morts victimes de la Première guerre mondiale. La statue qui orne le caveau est une réplique d'une œuvre de son oncle, Premier prix de l'École des Beaux Arts de Paris "L'énergie fauchée", réalisée en 1915 et exposée en 1919 aux Champs-Élysées.

  • L'étang

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • famille Messiaen
  • famille de Compiègne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. - Auguste VINCENT- « Toponymie de la France »
  2. Ancien fief qui appartenait en 1549 à Antoien II de Luxembourg, comte de Brienne.
  3. Louis-François Le Fèvre de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne..., Monsieur de Caumartin, édité à Châlons-en-Champagne : chez Jacques Seneuze, imprimeur et libraire ordinaire du Roy, sur le pont de Nau, à l'enseigne du Lion, 1623, notice Mosseron.
  4. Abbé Caulin, Quelques seigneuries au Vallage et en Champagne propre, Troyes, 1867.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :