Kaspar Villiger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kaspar Villiger
Kaspar Villiger en 2002
Kaspar Villiger en 2002
Fonctions
99e conseiller fédéral suisse
Élection
Président 1995, 2002
Vice-président 1994, 2001
Prédécesseur Elisabeth Kopp
Successeur Hans-Rudolf Merz
Chef du Département fédéral de la défense
Prédécesseur Arnold Koller
Successeur Adolf Ogi
Chef du Département fédéral des finances
Prédécesseur Otto Stich
Successeur Hans-Rudolf Merz
Conseiller aux États
Conseiller national
Biographie
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Pfeffikon
Origine Canton de Lucerne
Parti politique Parti radical-démocratique
Diplômé de École polytechnique de Zurich
Profession Chef d'entreprise
Liste des conseillers fédéraux de Suisse

Kaspar Villiger, né le à Pfeffikon (Lucerne), est un homme politique et un industriel suisse (cigares Villiger Söhne AG – Lucerne), membre du Parti radical-démocratique. Il fut conseiller fédéral de 1989 à 2003, et président du conseil d'administration de UBS de 2009 à 2012.

Ingénieur en mécanique de l'EPFZ et chef d'entreprise[modifier | modifier le code]

Kaspar Villiger est ingénieur de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Après ses études, il rejoint la fabrique familiale de cigares Villiger Fils à l'âge de 25 ans. Sous sa direction, le groupe Villiger s'agrandit pour atteindre 400 employés, et se diversifie dans la fabrication de bicyclettes.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est député radical au Grand Conseil du canton de Lucerne de 1972 à 1982, député au Conseil national de 1982 à 1987 puis député au Conseil des États de 1987 à 1989.

En tant que conseiller national, il est membre de la commission des affaires militaires de 1983 à 1987. Au Conseil des États, il sera membre de la commission de gestion et de la commission des transports.

Élu au Conseil fédéral[modifier | modifier le code]

Il est élu au premier tour au Conseil fédéral le 1er février 1989, après la démission d’Elisabeth Kopp. Il est membre du Conseil fédéral du 1er février 1989 au 31 décembre 2003 et dirige successivement deux départements :

Président de la Confédération[modifier | modifier le code]

Il assume la présidence de la Confédération suisse en 1995 et en 2002. Comme président de la Confédération, il prononce un discours le 7 mai 1995 dans lequel il présente des excuses au nom du gouvernement pour le tampon J apposé sur le passeport des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il préside à nouveau l'exécutif pendant l'année de l'Exposition nationale de 2002. Sa seconde présidence voit l’adhésion de la Suisse à l'Organisation des Nations unies, à laquelle il s'était opposé lors d'un premier vote en 1986 mais à laquelle il est devenu favorable[1],[2].

Président du conseil d'administration d'UBS[modifier | modifier le code]

Il est président du conseil d'administration d'UBS du 15 avril 2009 au 3 mai 2012. Alors qu'il était précédemment un fervent défenseur du secret bancaire[1], il modifie sa position et se prononce en 2012 pour la fin de cette disposition légale[3].

Conseils d'administration[modifier | modifier le code]

  • Membre, Nestlé SA, Vevey, Suisse (depuis 2004)
  • Membre, AG für die Neue Zürcher Zeitung (SA pour la Nouvelle Gazette de Zurich), Suisse
  • Membre, Swiss Re (Swiss Reinsurance Company), Suisse
  • Président, UBS, Basel/Zürich, Suisse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Kaspar Villiger, l'homme qui doit sauver UBS »,‎ (consulté le 20 juin 2015)
  2. « Le gouvernement suisse s'entiche des Nations unies »,‎ (consulté le 21 juin 2015)
  3. « UBS chairman Kaspar Villiger says Switzerland must stop being a tax haven »,‎ (consulté le 20 juin 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]