Joshua Reynolds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joshua et Reynolds.
Joshua Reynolds
Self-portrait c.1747-9 by Joshua Reynolds (2).jpg

Joshua Reynolds, Autoportrait (1748),
Londres, National Portrait Gallery.

Naissance
Décès
(à 68 ans)
Londres
Nationalité
Activités
Autres activités
Président de la Royal Academy
Maître
Élève
Lieu de travail
Mouvement
Père
Samuel Reynolds (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Frances Reynolds (en)
Mary Palmer (en)
Elizabeth Johnson (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Sir Joshua Reynolds, né le à Plympton Saint Maurice (comté de Devon) et mort le à Londres, est un peintre et graveur britannique.

Spécialisé dans l'art du portrait, il est le premier président de la Royal Academy[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lady Elizabeth Delmé et ses enfants (1777-1779), Washington, National Gallery of Art.

Né à Plympton Saint Maurice dans le Devon, Joshua Reynolds fait son apprentissage chez Thomas Hudson de 1740 à 1743. Entre 1749 et 1752, il séjourne en Italie, principalement à Rome.

Après son installation à Londres en 1753, il domine en Grande-Bretagne, avec son rival Thomas Gainsborough, l'art du portrait dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Il est l'ami de Oliver Goldsmith, Edmund Burke, David Garrick et Angelica Kauffmann. Reynolds fonde le Literary Club avec Samuel Johnson.

Après avoir perdu l'usage de l'œil gauche en 1789, il meurt le à Londres à Leicester Fields (actuellement Leicester Square). Il est enterré dans la cathédrale Saint-Paul.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Allemagne
  • Berlin, Gemäldegalerie : George Clive (1720-1779) et sa famille avec un serviteur indien, 1765-1766, huile sur toile, 141 × 174 cm[2].
Aux États-Unis
En France
Au Royaume-Uni

Joshua Reynolds dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans Leçons de ténèbres (Éditions de La Différence, 2002), traduit de l'italien (Lezioni di tenebre, 2000), Patrizia Runfola imagine une scène de la vie du peintre dans la nouvelle « On meurt même en Arcadie ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Benoit, Reynolds, Paris, Librairie de l'Art ancien et moderne, coll. « Les Maîtres de l'Art », , 176 p..
  • Nicholas Penny et Pierre Rosenberg, Sir Joshua Reynolds, Paris, RMN, coll. « Exposition du Grand Palais / Royal Academy of Arts », , 272 p..
  • (en) Marta Hamilton-Phillips, « Sir Joshua Reynolds », Print Quarterly, volume 3, no 3, 1986.
  • Jan Blanc, Les Écrits de Sir Joshua Reynolds, 2 vol., Brepols , 2015, 1113 p. (ISBN 978-2-503-54337-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :