Christopher Smart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smart (homonymie).
Christopher Smart
Christopher Smart.jpg

Christopher Smart

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Shipbourne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Pembroke College
Durham School (en)
Maidstone Grammar School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Écrivain, acteur de théâtre, compositeur, auteur-compositeur de chants religieux, auteur de littérature d'enfanceVoir et modifier les données sur Wikidata

Christopher Smart ( à Shipbourne (à 49 ans) à la prison de King's Bench) est un poète anglais. Ami de Samuel Johnson et de Henry Fielding qui le surnommaient « Kit », il est surtout connu pour deux de ses œuvres, A Song to David et surtout Jubilate Agno (1759-1763), un long poème religieux. Il les écrivit alors qu'il vivait dans l'une des « petites maisons » de Bethnal Green, l'asile psychiatrique de Londres, où il était enfermé pour des troubles mentaux dus à son alcoolisme.

Le Jubilate Agno (en) (« Réjouissez-vous en l'Agneau ») est un immense poème de plusieurs centaines de pages, écrit tout entier à la gloire de Dieu, que Smart a voulu célébrer à travers l'ensemble de sa Création. Christopher Smart était un fervent anglican. Ce texte ne fut publié qu'en 1939 et devint alors fort célèbre en Grande-Bretagne, d'abord pour la cantate qu'il inspira à Sir Benjamin Britten, Rejoice in the Lamb (en) (op. 30, 1943), et en raison du passage consacré à son chat Jeoffry et qui commence par ces mots : For I will consider my cat Jeoffry...

Sur les autres projets Wikimedia :